Un livre pour savoir à quoi ça ressemble d’être un adulte – Henry Blackshaw

144776_couverture_Hres_0

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 16 janvier 2020

Genre : Album Jeunesse (dès 4 ans)

 

Avis : Voici un scoop ! En chaque adulte, sommeille un enfant. Celui qu’il a été, celui qu’il semble avoir parfois oublier. Mais parfois, l’enfant ressort, le temps d’une chanson, le temps d’un caprice, d’une colère ou d’une dispute, il semble trépigner à l’intérieur et ne demander qu’à s’exprimer. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est tellement plus amusant de laisser parler l’enfant en nous !

J’ai beaucoup aimé les illustrations : à la représentation de l’adulte se superpose celle de l’enfant qu’il était. Un enfant qui sautille, qui trépigne, qui s’énerve ou qui danse, qui a peur ou est intimidé. C’est marrant de voir le lien entre les deux. Grandir, ce n’est pas renoncer à l’enfant qu’on était, au contraire !

144776_extrait_extrait_0-3_0

En bref, voici un album tendre, nostalgique, qui rappelle surtout de prendre soin de son enfant intérieur, de ne pas l’oublier, car c’est lui qui rend la vie plus chouette !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

Occupé – Matthieu Maudet

71czj1ZBVHL

 

Éditeur : L’école des loisirs

Collection : Loulou & Cie

Parution : 15 janvier 2020

Genre : Album jeunesse, cartonné

 

Avis : Vite, vite, viiiiite ! Le Petit Chaperon Rouge a une envie pressante, elle court, court, jusqu’à trouver des toilettes. Mince, c’est occupé ! Alors qu’elle attend, un petit Cochon arrive, pris d’une envie pressante également.

 

 

Puis un deuxième Cochon arrive, puis un oiseau (qui s’annonce avec une petite phrase qui n’est pas sans rappeler un précédent album de Matthieu Maudet 🙂 ).

Décidément, en voilà un qui prend son temps aux toilettes ! Vu les sollicitations extérieures, il accélère … tire la chasse … met sa culotte … met son pantalon – tiens, tiens, cela n’est pas sans me rappeler une célèbre comptine, mais du coup … – et enfiiiin le voilà qui sort ! Bah, alors ? Pourquoi il n’y a plus personne devant la porte ?

Le nouvel album de Matthieu Maudet est complètement irrésistible ! Au fil des pages, la tension monte – qui peut bien se cacher derrière la porte ? – jusqu’à la chute, très drôle.

J’aime beaucoup les couleurs et les illustrations qui s’étendent sur les doubles pages. Les textes sont courts et sous forme de bulles.

En bref, voici un très chouette album cartonné – où les clins d’œil sont nombreux – qui joue sur le comique de répétition et qui offre une fin désopilante. A lire et relire avec les petits, fous rires garantis !

 

Merci aux éditions l’école des loisirs pour la confiance et l’envoi !

 

Du même auteur :

#Trahie – Louison Nielman

NIELMAN_#Trahie_EXE.indd

 

Éditeur : Scrineo

Collection : Engagé

Parution : 9 janvier 2020

Genre : Jeunesse, dès 12 ans

 

Résumé : À 14 ans, Apolline ne pensait pas qu’Aurian pourrait la remarquer, et pourtant… Depuis cette fameuse soirée, son cœur danse dans les bras de ce lycéen dont elle est folle amoureuse.

Mais quand Aurian va trop loin, l’amour vole en éclat.

Trahie, l’adolescente vit une véritable descente aux enfers, ne sachant plus vers qui se tourner…

Comment se reconstruire quand les autres sont capables du pire ?

 

Avis : Quand j’ai vu ce titre dans le programme des éditions Scrineo, j’avais très envie de le découvrir. J’aime beaucoup les romans qui abordent des sujets importants, qui parlent de harcèlement, pas parce que je suis sadique, mais parce que ça reste malheureusement toujours d’actualité et que je trouve que c’est important de sensibiliser les plus jeunes. Alors quand en plus c’est bien fait, c’est parfait !

Apolline a 14 ans, et l’envie de vivre propre à cet âge. Quand elle croise le regard d’Aurian, ce beau lycéen, elle se dit qu’il ne la remarquera jamais. Pourtant l’inimaginable arrive, et bientôt, les voilà qui sortent ensemble. Apolline est sur un petit nuage. Peu importe les rumeurs qu’essaie de lui rapporter sa grande sœur. Peu importe la différence d’âge ou si ses notes baissent un peu. Pourtant, un jour, les choses dérapent et Aurian va trop loin. Trahie, meurtrie au plus profond d’elle, Apolline arrivera-t-elle à parler ? Et surtout, à se relever avant qu’il ne soit trop tard ?

Le roman commence par un compte à rebours. J-23. 23 petits jours avant que tout vole en éclats, avant que le compte de fée ne vire au cauchemar. Jour après jour, on voit leur histoire commencer, éclore. A l’approche du jour fatidique, on guette les signes, on attend le drame. Ce rythme crée une tension, et pour être honnête, les pages ont défilées à toute vitesse. Pas seulement avant. Parce que l’histoire ne s’arrête pas là, à cette triste soirée. Il y a l’après. Le moment où Apo comprend que celui qu’elle aime l’a trahie. Le moment où les autres découvrent. Le moment où il faut parler. Avancer. Toute cette reconstruction qui a été si intéressante à suivre ici.

Sans minimiser, en lisant le résumé et les rumeurs sur Aurian, je m’attendais à quelque chose de «  »pire » ». Pourtant, même s’il ne s’agit « que » d’une photo, on parle du corps de quelqu’un, d’une intimité violée, et de tout ce que ça implique, de moquerie, d’harcèlement. A l’heure d’internet et des réseaux sociaux, de Snapchat, des groupes Facebook, les informations se diffusent à toute vitesse, et très vite tout le monde devient finalement complices. Si Aurian n’aurait jamais dû agir ainsi à la base, c’est sûr, ses amis sont peut-être les pires, en s’appropriant à leur tour le corps d’une autre. En tout cas, de tels comportements sont clairement inacceptables, et le plus rageant quand on y pense c’est que probablement aucun d’entre eux n’aurait aimé se retrouver à la place d’Apo.

J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’autrice. Belle, poétique, elle ne tombe jamais dans le pathos sans oublier pour autant de faire passer son message. De rappeler qu’il faut se demander si l’on est prêt, la première fois (et si l’on en a vraiment envie les suivantes). Rappeler aussi à quel point un tel comportement comme ici par Aurian et ses potes est punissable, que le (cyber)harcèlement n’est pas à prendre à la légère. Rappeler les notions de vie privée, de consentement, de respect. Rappeler l’importance de parler dans de tels cas (on retrouve d’ailleurs à la fin du livre tout un tas de liens et de numéros à contacter si le lecteur ou l’un de ses proches est concerné). Mais, au-delà de l’horreur que vie Apo, je retiens aussi l’espoir, sa propre force, mais aussi la force et le soutien des siens. J’aimerais vraiment qu’avec ce genre de romans, les choses changent, pour qu’un jour, en en lisant un, on se dise « c’est fou ce genre d’histoire, ça ne se passerait jamais aujourd’hui » – oui je crois que je rêve un peu, mais bon…

En bref, voici un roman poignant, mais essentiel, sur le harcèlement, le consentement, le respect et la vie privée. Un roman à lire absolument. Dès 12 ans.

 

D’autres romans qui parlent de harcèlement :

Agatha Raisin enquête, tome 15 : Bal fatal – M.C.Beaton

9782226435552-j

 

Éditeur : Albin Michel

Parution : 27 février 2019

Genre : Policier,

Traductrice : Esther Ménévis

Titre original : The deadly dance

 

Résumé : Calme plat dans les Cotswolds : pas un meurtre à la ronde pour notre détective préférée, Agatha ! Lorsqu’une riche divorcée lui demande d’élucider les menaces de mort dont sa fille Cassandra est victime, Agatha saute sur la proposition. Enfin une grosse affaire et sûrement un sacré coup de pub ! Elle ne croit pas si bien dire : lors d’un bal en l’honneur des fiançailles de Cassandra, elle déclenche une émeute en déjouant un assassinat… dont elle risque bien d’être la prochaine cible.

 

Avis : A force de résoudre des enquêtes – et de ne pas en tirer la reconnaissance qu’elle estime mériter – Agatha a pris une grande décision : elle va ouvrir sa propre agence de détectives privés ! Si dans un premier temps elle est déçue d’apprendre que son nouveau voisin est en réalité une femme (bah oui, elle a la fâcheuse manie de tomber amoureuse de ses voisins !), elle finit par l’embaucher. Bientôt, elles se retrouvent à enquêter pour une riche famille dont la fille a reçu des menaces de mort. Après avoir déjoué une tentative d’assassinat, Agatha semble avoir mis le doigt dans un terrible engrenage et pourrait bien devenir une cible à son tour…

Quel plaisir de repartir le temps d’une aventure dans les Cotswolds ! Si les différents épisodes sont parfois inégaux, ici, j’ai vraiment passé un super moment ! Même si Agatha ne peut s’empêcher de s’amouracher du premier venu, j’ai apprécié que pour une fois, ça ne soit pas un voisin, et que, somme toute, ça reste en second plan. Surtout, j’ai aimé ce que le personnage d’Emma apporte, sous son air de petite vieille inoffensive, il vaut mieux ne pas trop la chercher… d’ailleurs au début elle me faisait penser à Agatha, à craquer pour quelqu’un à la moindre attention.

A nouveau, Agatha peut compter sur Roy et Charles (quand il est d’humeur) pour enquêter. Des Cotswolds à Paris, ils vont voyager, enquêter, inquiéter, risquer leur vie plusieurs fois… Pas de temps mort ici, je ne me suis pas ennuyée une seconde, avec cette nouvelle intrigue rocambolesque où suspens et rebondissements sont bien présents. Le fait que notre quinquagénaire préférée ait ouvert son agence donne une nouvelle dynamique à la série, et j’avoue que je suis assez curieuse de voir ce que cela va donner par la suite.

Vous l’aurez compris, voici une nouvelle enquête rondement menée, avec laquelle on sourit souvent : un bon moment de détente assuré !

 

Dans la même série :

 

Hamish Macbeth :

Time Bomb – Joelle Charbonneau

9782408007812

 

Éditeur : Milan

Parution : 28 août 2019

Genre : Young Adult

Traductrice : Amélie Sarn

 

Résumé : En ce samedi précédant la rentrée, le lycée devrait être vide. Pourtant, six ados y sont : Diana, la fille du sénateur, qui veut s’occuper de l’annuaire des élèves ; Rachid, qui cherche à se fabriquer une nouvelle carte de lycéen qui ne le stigmatiserait pas ; Z, parce qu’il est à la rue suite au décès de sa mère quelques semaines auparavant ; Tad, qui entend remettre à leur place ses coéquipiers de l’équipe de foot ; Cassandra, victime de bullying et bien déterminée à faire bouger les choses. Chacun a une bonne raison d’être là ; chacun a quelque chose à cacher.

Soudain, deux bombes explosent, et les ados se retrouvent confinés dans le lycée. Chacun jauge l’autre, se méfie. Les peurs et les vieux démons redoublent lorsque les lycéens comprennent que le poseur de bombes est parmi eux, et qu’une troisième bombe menace d’exploser. Aussitôt, les soupçons se tournent vers Rachid, parce qu’il est musulman. Mais le véritable poseur de bombes, bien sûr, a un tout autre motif pour agir…

 

Avis : Dorénavant, il suffit que je vois le nom de Joelle Charbonneau sur la couverture d’un livre pour avoir envie de le lire. Cette fois encore, ça n’a pas loupé, sans même vraiment lire le résumé, je voulais le découvrir ! – et puis, il faut dire que je trouvais ça intéressant de la lire dans un autre registre que du fantastique.

Quelques jours avant la rentrée, des bombes explosent dans un lycée. Parmi les personnes présentes, on trouve Diana, Frankie, Tad, Cass, Z et Rachid. Des ados qui pour la plupart ne s’étaient jamais adressé la parole, et qui vont devoir s’entraider pour survivre. Se faire confiance. Parce qu’il semblerait qu’une nouvelle bombe est sur le point d’exploser, et que le responsable serait parmi eux…

Ce roman s’ouvre sur une scène en plein cœur du drame, nos protagonistes sont réunis, on apprend que l’un d’eux est responsable. Puis on rembobine, et on redécouvre le fil de cette journée de l’horreur, alternant entre les différents points de vue, à mesure que le temps passe..

La tension est donc à son comble : que l’on suive l’un ou l’autre des personnages, on a envie de leur crier de ne pas se rendre au lycée, de changer de direction. Mais les pages se tournent et les conduisent inexorablement vers leur destin. Parce que chacun d’eux est en colère, blessé, fatigué, chacun d’eux s’est donné une mission aujourd’hui, et chacun d’eux a une raison plus ou moins bonne d’aller au lycée. Bien sûr, on ne sait pas forcément ce qu’ils ont décidé d’y faire, ce qui laisse planer le doute sur chacun… même si pour ma part j’en ai rapidement éliminé deux (l’un parce que ça aurait été trop « facile » et décevant que ça soit lui, l’autre parce que j’ai vite deviné ce qu’elle (oui, c’est une fille :-P) comptait faire au lycée ce jour-là) et finalement deviné le responsable avant la fin.

Voir ces jeunes tout faire pour sauver leur peau, quitter un étage, une salle, mêler leurs idées, leurs compétences pour sauver une vie, a été vraiment prenant ; on ne voit pas défiler les pages, c’est vraiment addictif. Et puis l’écriture de Joelle Charbonneau nous fait parfaitement ressentir l’horreur de la situation, la pression, l’angoisse, la peur de tout voir s’écrouler, s’enflammer, les emporter.

Au-delà de juste savoir qui est responsable, j’ai aimé les questionnements, les réflexions. Déjà, bien évidemment sur ces attentats – on a beau savoir que c’est horrible, là, voir « de l’intérieur », imaginer ce que l’on peut vivre dans ces cas-là, c’est assez terrifiant -, cette facilité à rentrer dans un établissement et provoquer autant de dégâts (humain, matériel). Et puis, on se retrouve avec des personnages tous différents les uns des autres, qui doivent faire face quotidiennement à un deuil, une pression, du racisme, du harcèlement, une différence. Le temps d’un instant, toutes ces barrières tombent, ce sont juste des jeunes qui tentent de survivre et qui vont mêler leurs forces.

Je n’en dirais pas plus pour ne pas dévoiler la fin, mais en tout cas, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Peut-être que l’autrice aurait pu aller un peu plus loin dans la réflexion, mais c’est déjà une bonne chose d’aborder un si grave sujet d’actualité, et de déconstruire un peu les clichés.

En bref, voici un roman addictif, où la tension monte au fur et à mesure des pages, qui rappelle également de ne pas juger les apparences. A découvrir !

 

Merci aux éditions Milan et Pageturners pour la confiance et l’envoi !

Il est où chat ? – Michel Van Zeveren

9782211302876

 

Éditeur : L’école des loisirs

Collection : Pastel

Parution : 15 Janvier 2020

Genre : Bébé, livre cartonné

 

Avis : Alors que Bébé est dans la cuisine avec ses parents, il voit le chat quitter la pièce. Le voilà donc qui se lance à sa recherche. Où est-il ? Dans la challe de bain ? Au chabinet ? Mains posées sur les hanches, bébé va de pièce en pièce dans une attitude vraiment trop mignonne… sans pour autant voir les oreilles ou les pattes dépasser. Enfin, le voilà ! Attention, maman arrive, c’est peut-être l’occasion de lui faire une petite surprise !

Petit format cartonné, cet album est très simple : peu de texte, des dessins clairs et doux. L’enfant pourra suivre bébé dans ses recherches et s’amuser des jeux de mots, mais aussi à trouver le chat dans les différentes pages, avant de savourer la tendresse de la dernière page.

En bref, voici un petit livre idéal pour les petits : cartonné, simple, et à l’histoire efficace, drôle et tendre.

 

Merci aux éditions de l’école des loisirs pour la confiance et l’envoi !

Le grand livre pop-up de Poudlard – Matthew Reinhart & Kevin M. Wilson

83821453_583106872470503_8872925765180588032_n

 

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Parution : 24 octobre 2019

Genre : Pop-up, Harry Potter

 

Avis : Regardez-moi cette beauté ! Peut-être l’avez-vous déjà vu, puisqu’il ne s’agit pas d’une vraie nouveauté en soi, mais ce pop-up sur Poudlard est vraiment une pure merveille ! Déjà paru en 2018, fin 2019 une nouvelle édition est sortie avec cette fois un coffret, qui permet de protéger le tout si comme moi vous n’avez pas forcément envie de laisser le pop-up déplié.

Parce que oui, vous pouvez le déployer entièrement pour découvrir une grande carte de l’univers de Poudlard. C’est vraiment un travail de dingue qui a été réalisé ici. Mais vous pouvez aussi savourer une page après l’autre, vous perdre dans les différents lieux mythiques de Poudlard, découvrir les différentes animations.

Sans mentir, à chaque fois que je l’ouvre, je suis épatée par la beauté de l’objet (tout comme ceux à qui je le montre, n’est-ce pas ? 😛 ). Pour les fans, c’est vraiment un must have. Par contre effectivement, une telle beauté a son coût alors si vous pouvez vous le faire offrir c’est tout aussi bien 😛

En bref, vous l’aurez compris, le grand livre pop-up de Poudlard est une belle réussite graphique et devrait enchanter les fans !

 

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse et à Gilles Paris pour la confiance et l’envoi !

Killing November, tome 1 – Adriana Mather

killing

 

Éditeur : Pocket Jeunesse

Parution : 2 janvier 2020

Genre : Young adult, thriller

Traducteur :  Antoine Pinchot

Titre original : Killing November

 

Résumé : Absconditi est une académie secrète et ultra-élitiste réservée aux enfants des Clans, un ordre tentaculaire qui manipule dans l’ombre les destinées du monde. Cours d’empoisonnement, lancer de couteaux, vols en tout genre… les élèves sont formés aux métiers d’assassin, d’espion, d’escroc. C’est un endroit cruel où les amis sont rares et dangereux : chaque année, des pensionnaires y meurent dans d’étranges circonstances. November Adley ignore pour quelle obscure raison son père l’a placée là, tant elle semble inadaptée à cet environnement. Elle devra pourtant s’y faire, et vite. Pour survivre, il lui faudra fouiller dans son passé et trouver sa place sur l’échiquier des Clans…

 

Avis : Avant de me lancer dans ce roman, j’en avais entendu beaucoup de bien, j’étais donc à peu près sûre que ça allait me plaire. Par contre, je n’ai découvert qu’il s’agissait d’un premier tome qu’en lisant le communiqué de presse, ce n’est mentionné nul part sur le livre, ce que je trouve un peu dommage – personnellement j’aurais sûrement attendu un peu avant de me lancer dans une nouvelle trilogie si je l’avais su. Mais comme j’ai passé un chouette moment de lecture, aller, je pardonne 😛

Alors qu’elle pense partir pour un nouveau pensionnat, November atterri à l’Académie Absconditi, une académie secrète et élitiste, réservée aux enfants des Clans responsables des plus grandes décisions de ce monde depuis des siècles et des siècles. Le souci, c’est que si tout le monde semble savoir ce qu’il fait là, et quel pion déplacer sur l’échiquier des stratégies, November tâtonne et ne sait à qui elle peut réellement se fier.  Entre les cours de lancer de couteaux, d’empoisonnement ou d’espionnage, la jeune fille a du mal à trouver sa place. Mais quand le corps d’un de ses camarades est retrouvé assassiné, elle réalise à quel point tout ceci est réel, et combien elle va devoir redoubler de vigilance et d’intelligence pour survivre et découvrir qui elle est.. et pourquoi tout le monde semble décidé à l’éliminer.

Le gros point fort de ce roman, c’est son ambiance. On est un peu comme November à se poser des questions sur l’Académie et ses pensionnaires, à marcher sur des œufs pour éviter le moindre faux pas, mais on a envie de savoir, d’autant plus quand des rebondissements viennent pimenter l’intrigue. C’est sombre, il y a des meurtres ou des tentatives de meurtre, on ne sait jamais d’où le prochain coup va venir, et surtout, pourquoi. Tout ça donne une ambiance angoissante mais en même temps, rend le tout complètement addictif. On a envie de savoir qui est derrière tout ça,  s’il atteindra son but, et surtout, pourquoi.

Au fil des chapitres on fini par en savoir plus sur November et sa famille, même si j’avoue que j’ai parfois trouvé ça un peu long : ça devient frustrant de ne pas savoir alors que tout le monde semble avoir envie de la tuer. Certaines choses sont un peu prévisible (et pitié, est-ce qu’un jour on pourrait avoir des ados qui soient juste amis et ne tombent pas amoureux ?) mais dans l’ensemble ce n’est pas trop gênant. J’ai beaucoup aimé les personnages, le fait qu’ils ne soient pas mignons-gentils-sans-défense.

En revanche, bravo à l’autrice pour les extraits de cours. Ils sont intéressants, intelligents, bien pensés, on voit qu’elle a bien potassé son sujet pour faire quelque chose de crédible. Des indices sont distillés un peu partout et vraiment, le tout est vraiment bien fait. J’étais loin d’avoir deviné tous les tenants et aboutissants de l’intrigue, alors bravo !

En bref, Killing November est un roman sombre, addictif, plein de mystères qu’on a envie de percer. La fin rend très curieux de la suite, alors j’espère qu’il ne faudra pas attendre trop longtemps !

Bob & Marley, la frontière – Marais & Dedieu

9791023511543-475x500-1

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 21 mars 2019

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Vous le savez sans doute maintenant, j’aime beaucoup ce petit duo de personnages, terriblement attachants et mettant l’amitié à l’honneur.

Aujourd’hui, Marley explique à Bob la frontière de leur pays. Au-delà de l’arbre, c’est un autre pays qui commence, un pays semblable et pourtant étranger. Curieux, Bob s’approche un peu trop près et tombe de l’autre côté. Marley pourrait-il l’aider à repasser la frontière, quitte à devenir hors-la-loi ?

Très drôle, ce petit album parlera forcément aux adultes que nous sommes, pointant du doigt l’absurdité qui régit parfois notre monde. Le sujet abordé ici est plus grave qu’habituellement, mais toujours traité avec humour et douceur : c’est une réussite.

En bref, si vous ne connaissez pas encore notre chouette duo d’amis, je vous les recommande chaudement !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

 

Dans la même série :

La cité lagune, tome 1 : Le pouvoir des sœurs – Anne Kalicky

9782081451131-475x500-1.jpg

 

Éditeur : Flammarion Jeunesse

Parution : 9 octobre 2019

Genre : Roman jeunesse (dès 9 ans)

Illustratrice : Sophie de La Villefromoit

 

Résumé : Dans la cité lagune, habitent des jumelles aux longs cheveux roses. Recueillies petites par une servante et son maître, les deux soeurs ne savent rien de leurs origines. Mais lorsque le danger les menace, elles réalisent qu’un étrange pouvoir les unit…

 

Avis : Quand j’ai reçu ce roman, je dois dire que j’étais très curieuse de le découvrir, tant à cause de son résumé mystérieux que par sa magnifique couverture. 

Pendant un tragique épisode de peste noire, Nella et Mahaut sont retrouvées dans un petit radeau par Simonetta, la servante du grand Maestro Carlo, célèbre enlumineur. Ces deux derniers ne peuvent se résoudre à abandonner les jumelles, et finissent par les élever, devenant ainsi une véritable famille. 10 ans plus tard, alors que le Carnaval a lieu, Nella disparaît. Pour sa jumelle, hors de question  de rester là sans rien faire. 

Quelle chouette nouvelle série ! On y retrouve tous les ingrédients pour en faire quelque chose de super : de la magie, du mystère, une intrigue captivante et des personnages attachants. Faisant surtout effet d’un premier tome introductif, on dévore ce livre très rapidement  tout simplement parce que l’on veut en savoir plus, sur les origines des fillettes, sur ce mystérieux événement qui survient pendant le bal, et surtout, on voudrait bien savoir ce qui est arrivé à Nella… Inutile de vous dire qu’à la fin de ce premier tome, vous serez impatient de découvrir la suite (patience jusqu’au mois de mai !).

L’histoire se passe dans un Moyen-Âge imaginaire, dans une ville italienne imaginaire mais qui s’apparente à Venise ( ❤ ), et c’est vrai que l’on s’y croirait. La plume de l’autrice est fluide et agréable, ça se lit tout seul. C’est vrai que pour un lecteur adulte ça peut sembler court, mais pour la tranche à laquelle s’adresse ce roman ça sera parfait, et je pense vite addictif !

Deux petits mots également sur l’objet livre en lui-même : il est magnifique. Déjà, la couverture est absolument superbe. Mais à l’intérieur, chaque titre/page de chapitre est joliment illustré, c’est vraiment très appréciable !

En bref, voici une chouette nouvelle série pour les jeunes lecteurs en mal de mystères et d’aventures !

 

Un grand merci aux éditions Flammarion pour la confiance et l’envoi !