Papy ronchon – Katia Delmas & Églantine Ceulemans

Couv-Papy-Ronchon

 

Éditeur : Scrineo

Parution : 10 octobre 2019

Genre : Roman enfant

 

Résumé : Papy Ronchon est un vieux grognon. Il n’est jamais content et il n’aime personne.

Alors quand il vient garder Célestin, son petit-fils, en l’absence de ses parents, le petit garçon se dit que le temps va être long … très long.

Pire encore … quand il entend son grand-père dire qu’il veut se débarrasser de lui, il est carrément terrorisé !

Comment déjouer les épouvantables plans de Papy Ronchon ?

 

Avis : C’est poussée par l’envie d’une petite lecture sympa et sans prise de tête que je me suis tournée l’autre soir vers Célestin et son papy Ronchon !

Alors que ses parents sont à l’hôpital suite à un accident de voiture (pas très cool comme point de départ !), Célestin va être gardé quelques jours à la maison par papy Ronchon. Ce dernier a gagné son surnom à force de râler, de critiquer, de faire des blagues qui n’amusent que lui. Inutile de dire que notre jeune ami n’est pas très enthousiaste à l’idée de cette cohabitation forcée… d’autant plus qu’il surprend une drôle de conversation qui viserait à l’éliminer… Mais hors de question de se laisser faire !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la relation de Célestin et son grand-père n’est pas au beau fixe au début de cette histoire ! Mais après tout, qui n’a jamais été effrayé, surpris, choqué par une personne âgée qui cracherait son dentier pour s’amuser ? 😛 Vous savez ce que j’ai préféré dans ce roman ? Voir justement leur relation évoluer au fil des pages.

Bourrée d’humour, l’intrigue est rendue mystérieuse par cette étrange discussion surprise par Célestin. Nous aussi on a envie de savoir ! De quiproquos en quiproquos, la situation se complique de jour en jour. Mais alors, la palme de l’inventivité revient au jeune garçon qui va redoubler d’imagination pour échapper à la cruauté (réelle ou supposée) de son papy.

Le roman est ponctué d’illustrations d’Églantine Ceulemans que j’ai pour ma part beaucoup aimées : elle renforce le côté humoristique de l’histoire.

Au final, on passe un agréable moment de lecture avec ce roman drôle aux personnages attachants et surtout à la relation touchante. A partir de 8 ans.

La révolution d’Aurore ; 1793 aux côtés d’Olympe de Gouges – Catherine Cuenca

9782092563977

 

Éditeur : Nathan

Collection : Un regard sur…

Parution : Août 2016

Genre : Roman jeunesse, historique

 

Résumé : Paris, décembre 1792. Aurore, 20 ans, assiste au procès de Louis XVI et rencontre enfin celle qu’elle admire plus que tout : Olympe de Gouges. Cette intellectuelle engagée combat pour les libertés et porte la voix des femmes, grandes oubliées de la Révolution. Devenue sa secrétaire particulière, la jeune fille découvre à ses côtés la réalité d’une vie de lutte, et comprend bientôt qu’Olympe est en danger. Car nombreux sont ceux qui veulent la réduire au silence…

 

Avis : L’année dernière je découvrais la plume de Catherine Cuenca avec l’assassin du marais, que j’avais vraiment beaucoup aimé. Alors, en retombant sur ce livre dans ma vielle PAL, je me suis dit qu’il était peut-être temps d’y jeter un œil !

Fin 1792, la jeune Aurore assiste au procès de Louis XVI. Peu de temps après, elle faire la connaissance d’Olympe de Gouges, cette grande voix féminine qui ne semble jamais s’arrêter mais plutôt prête à tout pour se faire entendre. Grande admiratrice, Aurore entre à son service et très vite les deux femmes deviennent amies. Bientôt, la jeune femme prend conscience de l’importance de son combat, et surtout, réalise que ses opposants sont nombreux.. et surtout prêts à tout pour faire taire Olympe.

Je dois dire que si je connais le nom d’Olympe de Gouges et les grandes – très grandes – lignes de son histoire, je suis loin de connaître les détails. J’étais donc ravie de découvrir ce roman où, si certains faits (comme le personnage d’Aurore) sont fictifs, la plupart ont réellement eu lieu. Les débats de l’époque, les questionnements que posent Olympe par ses réflexions/actes, les menaces qui pèsent sur elle, mais aussi la place des femmes laissée par les hommes (notamment quand je vois le père et le frère d’Aurore), j’ai trouvé le tout vraiment très intéressant.

Question époque, j’adore : on est juste après la révolution française et on ressent très bien la tension qui a suivi, toute cette effervescence dans laquelle chacun semble prendre position. On a une assez bonne idée du contexte politique de l’époque, entre les derniers événements et ce qui s’amorce. Addictif et bien écrit, ce roman se lit vraiment très vite.

Au final, j’ai vraiment passé un bon moment avec ce roman. Si vous aussi vous avez envie de partir à la rencontre d’une femme courageuse, intelligente, engagée pour les libertés, considérée comme l’une des premières féministes, laissez-vous tenter 🙂

 

De la même autrice :

Heartstopper, tome 1 – Alice Oseman

9782017108313-001-T

 

Éditeur : Hachette

Parution : 9 octobre 2019

Genre : Roman Graphique, YA

 

Résumé : Ceci est l’histoire de deux lycéens.
Nick, le rugbyman au sourire solaire.
Charlie, le musicien au cœur solitaire.

Parce qu’ils évoluent dans des cercles différents,
parce qu’ils n’ont pas le même caractère,
leur amitié n’était pas gagnée.

Pourtant, petit à petit, de façon irrésistible, Charlie tombe amoureux.
Même s’il sait que Nick aime les filles. Même s’il sait qu’il n’a aucune chance.
Alors, pour ne pas mettre en péril cette amitié naissante
qui compte pour lui plus que tout, Charlie préfère garder le silence…

 

Avis : Ces derniers mois, vous avez probablement vu passer des posts Instagram sur Heartstopper ou nombre de chroniques dithyrambiques, c’est probablement pour ça que j’ai laissé traîner ce premier tome si longtemps dans ma PAL, mais aussi à cause de son format : à l’époque la suite n’était pas encore parue, et un roman graphique, eh bien, ça se lit vite et après l’attente est longue 😛

Charlie est au lycée. Plutôt populaire aujourd’hui, il a été victime de harcèlement lorsque certains camarades ont découvert son homosexualité. Alors que son histoire avec Ben se termine, il fait la connaissance de Nick, un peu plus vieux, accro au rugby, et surtout hétéro. Petit à petit, ils vont devenir amis, et Charlie tombe amoureux sans même vraiment s’en rendre compte, sachant pertinemment qu’il n’a aucune chance. Pourtant, certains signes ne trompent pas, et Nick finit par se poser des questions…

Mon avis ne va probablement pas vous surprendre, mais j’ai adoré ! L’histoire est superbe, Nick et Charlie sont tout mignons, on a juste envie de les voir ensemble et qu’ils soient heureux. J’avais envie de quelque chose de doux, et j’ai été servie !

Derrière cette histoire pleine de tendresse, on parle tout de même de tolérance, de harcèlement, de coming-out, d’acceptation, mais sans que ça ne devienne trop « pesant ». Je pense même que ce livre pourrait aider pas mal de jeunes qui se cherchent un peu, se posent des questions au collège ou au lycée. Et vu la fin de ce premier tome, je sens que la suite risque d’amener son lot de questionnements et de sujets intéressants, et j’ai hâte de lire ça.

Quant aux dessins, je les ai trouvé simples mais adorables (oui, tout est adorable dans ce livre !) et pour moi ils collent vraiment  bien à la douceur de l’histoire ! D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé découvrir cette histoire sous la forme d’un roman graphique, voir ce qu’on aurait pas forcément vu sans le texte, les joues qui rougissent, les mains qui s’effleurent, l’émotion dans les blancs, les gênes, les regards en coin.

D’Alice Oseman j’avais déjà lu l’Année Solitaire, que j’avais plutôt bien aimé, et en relisant ma chronique je vois que j’avais dit que j’aurais aimé en apprendre davantage sur Charlie (c’est le frère du personnage principal de ce roman), c’est désormais chose faite, et c’est trop bien !

En bref, voici une histoire douce, juste, intelligente, sensible, réaliste, qui met du baume au cœur. N’hésitez pas à vous lancer, pour ma part je ne vais pas tarder à me procurer la suite !

Pièces Détachées – PHOEBE MORGAN

616x-KRZNCL

 

Éditeur : L’Archipel

Parution : 18 juin 2020

Genre : Thriller

 

Résumé : Corinne, Londonienne de 34 ans, a déjà eu recours à trois FIV. Mais cette fois, elle en est sûre, c’est la bonne. Elle va tomber enceinte. Cette cheminée miniature en terre cuite, qu’elle découvre un matin sur le pas de sa porte, n’est-elle pas un signe du destin ?

Cette cheminée coiffait le toit de la maison de poupée que son père adoré – célèbre architecte décédé il y a bientôt un an – avait construite pour elle et sa sœur Ashley quand elles étaient enfants.

Bientôt, d’autres éléments de cette maison de poupée font leur apparition : une petite porte bleue sur le clavier de son ordinateur, un minuscule cheval à bascule sur son oreiller…

Corinne prend peur. Qui s’introduit chez elle ? Qui l’espionne ? La même personne qui passe des coups de téléphone anonymes à Ashley ? Y a-t-il encore quelqu’un en qui la jeune femme puisse avoir confiance ?

 

Avis : Alors qu’elle essaie désespérément de tomber enceinte depuis un moment, Corinne trouve sur son chemin d’étranges rappels du passé – qu’elle choisit de prendre comme autant de signes : les choses vont bien tourner pour elle. Mais, très vite, tout ça devient plus envahissant, plus angoissant, surtout quand elle réalise que quelqu’un s’introduit chez elle en son absence. Alors qu’elle essaie d’en discuter avec sa mère, celle-ci se comporte bizarrement. Du côté de sa sœur : peine perdue, cette dernière se ronge les sangs à cause d’appels anonymes et de son mari de plus en plus distant. Et si tout ça était lié ? Et si leur passé était sur le point de rejaillir ?

Dès les premières pages, j’ai été happée par ce roman, séduite notamment par sa construction qui dynamise fortement le récit : on oscille entre plusieurs points de vue, celui de Corinne, de Ashley ou de Dominique – bien que des trois seule Corinne à le droit au « je » – mais aussi d’une voix différente, italique, appartenant au passé, dont on ne connaît pas le nom, une voix plus secrète et empreinte de beaucoup de souffrances, une voix qui, ont le sait, aura son rôle à jouer au présent. Et j’ai beaucoup aimé cette dernière voix, qui donne vraiment un éclairage et une ambiance particulière à l’intrigue. Ajouté aux différents événements auxquels est confrontée Corinne, à mesure que le temps passe, que le passé se rapproche du présent, on sait que quelque chose va avoir lieu : la tension est palpable, l’angoisse est là, l’atmosphère est pesante… et c’est génial !

On retrouve ici tout ce qui fait un bon thriller domestique. Des personnages attachants – et en même temps fragiles, à tel point qu’on se demande parfois ce que l’on doit croire… Chaque personnage évolue dans son univers, on croise beaucoup de collègue de travail, une nounou, autant de personnes relativement proches/importantes pour notre trio principal. On retrouve également des secrets, des non-dits, des manipulations, des mensonges, et du suspens !

Je dois dire que j’ai beaucoup aimé ce qu’a fait l’autrice, ses rebondissements glaçants, et pourtant, j’en avais deviné une très grande partie, ce qui fait que les 2 grosses révélations n’étaient pour moi qu’une confirmation. Pourtant, étonnamment, ça n’a pas entaché mon plaisir de lecture et j’ai vraiment passé un bon moment. Quant à la fin, elle est tout bonnement glaçante, et en un sens, parfaite ! Je préfère largement ce genre de fin (#sadique).

En bref, si vous cherchez un thriller psychologique addictif et angoissant, n’hésitez pas ! Pour ma part j’ai frôlé le coup de cœur et ait vraiment passé un super moment ! Je serais très curieuse de lire un autre roman de l’autrice 🙂

 

Merci aux éditions de l’Archipel pour la confiance et l’envoi !

Quand Mamie était petite… comme moi – Hélène Lasserre & Gilles Bonotaux

41OCWnl4GZL._SX378_BO1,204,203,200_

 

Éditeur : Saltimbanque

Parution : 12 Juin 2020

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : J’aime beaucoup les parutions de Hélène Lasserre et Gilles Bonotaux, pour moi voir leurs noms sur un livre est un gage de qualité, ce n’est donc pas très surprenant de ma part d’avoir voulu découvrir ce titre dès que je l’ai vu parmi les nouveautés des éditions Saltimbanque 🙂

51Haenh8FvL

On ne naît pas Mamie, on le devient ! En revanche, chaque Mamie a été un jour une petite fille – et ça, c’est vrai qu’on a parfois tendance à l’oublier ! 😛 Ici, une petite fille nous raconte le quotidien de sa mamie quand elle avait 8 ans, en 1964 – qui n’est pas malgré ce que l’on pourrait croire, l’époque des dinosaures 😛 On découvre la chambre de cette enfant du milieu du XXème siècle, on rappelle qu’à l’époque on n’avait pas école les jeudis et les dimanches. A l’époque, pas de micro-ondes, le lait bouillait dans une casserole et formait une peau beurk beurk sur le dessus. Pas de pantalons mais des collants en laine les jours où il faisait trop froid. A l’époque, l’école n’était même pas mixte ! Et tellement d’autres choses que vous (re)découvrirez dans ce livre.

51MUDs7V-1L

En nous racontant le quotidien de cette petite fille des années 60, cet album est une véritable mine d’information sur l’époque. La façon dont on se lavait, se préparait, s’habillait. Sur l’école, sur la façon dont on chauffait les maisons, ou les vacances, le cinéma, la capitale.

61xXgCrOuxL

C’est vrai qu’avec tout notre confort moderne, toute la technologie ou ce qui est inventé aujourd’hui pour nous faciliter la vie, on oublie parfois que ça n’a pas toujours été le cas. Il faudrait que je demande à ma mère (et ma belle-mère aussi d’ailleurs) si elle se reconnaît beaucoup dans cet album, mais quand Manon sera un peu plus grande ça serait chouette qu’elle lise ce titre avec pour pouvoir voir les différences entre la vie d’alors et celle d’aujourd’hui et en discuter.

615dKWeH4uL

Vous l’aurez sûrement deviné, mais cet album est très intéressant : il pourra initier de belles discussions entre générations. Les illustrations sont chouettes, elles sentent bon la nostalgie, le temps passé, et collent très bien au texte. En bref, coup de cœur pour cet album de transmission et de partage, à offrir dès 6 ans !

71kSrV14H1L

 

Merci aux éditions Saltimbanque pour la confiance et l’envoi !

 

Des mêmes auteurs :

Félix le chien – Blanca Lacasa & Ana Gomez

9782092581766

 

Éditeur : Nathan

Parution : Janvier 2019

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Voici l’histoire de Félix, un petit chien toooout mignon.

61FpBRBfSUL

Bon, le seul souci, c’est que Félix ne fait rien comme les autres chiens : il ne va pas chercher la balle, il ne court pas après les bâtons, il n’aboie pas, il ne se roule pas par terre, il ne remue même pas la queue !

71fehp1r72L

Une nuit, Max, son petit propriétaire se lève et réalise que Max n’est plus là. Pire, il semblerait que le soir, il sort de la maison ! Courageux comme tout, Max décide de le suivre et là, le choc ! Chaque soir, Félix rejoint ses copains chats, et avec eux, il fait tout ce qu’il veut. Il miaule-aboie, s’entortille dans des pelotes de laine, se frotte aux poteaux et fais ses griffes, bref, là, il est lui-même ! Après une nuit de réflexion, Max comprend ce qu’il lui reste à faire.

J’ai beaucoup aimé ce petit album, qui nous parle de différence et d’acceptation à travers nos relations à nos animaux domestiques. Max et ses parents tentent par tous les moyens de faire en sorte que Félix fasse ce que l’on attend de lui (c’est un chien après tout !).

61vLgpdjBNL

Mais lui, ce qui le rend heureux, ce n’est pas ça, et Max va bientôt le comprendre. Et finalement, c’est tellement plus chouette de voir qu’on fait le bonheur de quelqu’un, non ?

Quant aux illustrations, elles sont très sympas, drôles, vives et colorées, promettant un bon moment de lecture.

En bref, si humour et tendresse sont au rendez-vous, le message de cet album est donc plus important que ce que l’on pourrait penser au premier abord : tolérance, amour, respect, acceptation. Le tout amené avec intelligence. De quoi aborder la question des différence et de l’acceptation avec les petits dès 3-4 ans. Coup de cœur ici !

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et la découverte !

Merveilles de la nature ; découvre le monde fabuleux des fleurs en pop-up – Yoojin Kim, Nicole Yen & Kathryn Selbert

Sans titre

 

Éditeur : Kimane

Parution : 28 mai 2020

Genre : Album enfant, pop-up

 

Avis : Vous connaissez peut-être mon amour pour les pops-up, c’est bien souvent un travail de dingue et le rendu est toujours canon. Ici, on n’échappe pas à la règle, alors quand j’ai feuilleté cet album je ne pouvais pas ne pas le ramener à la maison 😛

Avec ce pop-up, on embarque pour le fabuleux monde des fleurs. On nous explique leur naissance sous forme de bourgeons, comment les graines deviennent fleurs, comment elles évoluent rapidement pour ne plus se ressembler et prendre des formes, des couleurs, des odeurs différentes. On découvre également le rôle des abeilles ou de certains animaux, la pollinisation, leur importance pour la nature.

Cet ouvrage est donc plutôt intéressant pour les plus jeunes, pour une première approche de ce monde fabuleux et essentiel. Mais, surtout, c’est une petite merveille pour les yeux. Le pop-up est tout simplement magnifique, à chaque fois qu’on tourne la page on se demande ce qu’on va trouver. En prime, on a de petites choses à soulever également, une feuille, une fleur, l’aile d’une chauve-souris ou d’un oiseau, qui nous révèlent toujours plus d’informations.

Même si pour le moment Manon n’est pas très délicate avec les livres, j’aime beaucoup la regarder s’émerveiller quand je lui ouvre le livre. C’est vraiment un super travail qui a été réalisé ici et je ne me lasse pas de l’admirer !

Se taire ou mourir ? – Karen M. McManus

9782092590447

 

Éditeur : Nathan

Parution : 12 mars 2020

Genre : Young adult, policier

 

Résumé : Ellery et Ezra, soeur et frère jumeaux de 17 ans, s’installent à Echo Ridge pour vivre avec leur grand-mère.
La petite ville est connue pour avoir été le théâtre de deux meurtres inexpliqués en 20 ans, dont la tante des jumeaux. À Echo Ridge, chacun semble avoir ses secrets… C’est ce que découvre Ellery lorsqu’une de ses amies disparaît à son tour. Elle décide de mener l’enquête, déterrant par mégarde des indices sur les précédents meurtres…

 

Avis : Il y a deux ans j’ai découvert Qui ment ? de la même autrice, que j’avais vraiment beaucoup aimé. Alors quel plaisir de recevoir en début d’année le nouveau roman de Karen M. McManus ! Vous vous en doutez bien, du coup j’en attendais beaucoup ! Verdict ?

Alors que leur mère ne peut pas s’occuper d’eux pour le moment, Ellery et son frère jumeau Ezra sont envoyés chez leur grand-mère à Echo Ridge. Si d’apparence cette ville pourrait sembler paisible, plusieurs drames ont affecté durablement ses habitants. La tante d’Ellery, justement, a disparu un soir de bal, il y a 20 ans. Des années plus tard, une jeune fille a été retrouvée morte à son tour, et malgré plusieurs suspects, personne n’a été arrêté. Alors que le nouveau bal approche à grands pas, quelqu’un semble prendre un malin plaisir à déterrer le passé et effrayer les prétendantes au titre de reine d’une soirée. Et si toutes ces histoires étaient liées ?

Est-ce utile de vous préciser que je me suis plongée dans ce roman, que j’ai dévoré vite, trop vite ? L’histoire est addictive, surprenante, on a envie de comprendre ce qui se passe « aujourd’hui » mais également d’avoir le fin mot sur ce qui s’est passé il y a des années.  D’autant plus qu’à peine les jumeaux débarqués, un événement tragique a lieu… Quant à l’intrigue, elle est bien construite, bien pensée.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Ellery (j’adore les ados passionnés par les affaires non élucidées), son frère mais aussi Malcolm (évidemment !) ainsi que la meilleure amie de ce dernier. On a d’ailleurs une alternance de points de vue entre Ellery et Malcolm, et vous le savez, j’aime beaucoup ce procédé qui dynamise le récit. D’autant plus que nos deux amis ont des histoires familiales compliquées et se retrouvent mêlés de près à tout ça. Comme Ellery, on soupçonne tour à tour un peu tout le monde (et si j’ai à un moment soupçonné la bonne personne, j’étais loin d’avoir tous les tenants et aboutissants de l’histoire), c’est angoissant, ça crée une tension particulière qui fait qu’on a beaucoup de mal à reposer le livre avant de savoir.

Quand j’ai posté ma photo sur Instagram, je disais que je m’attendais à être bluffée, et bien, le moins que l’on puisse dire c’est que Karen M. McManus m’a scotchée, notamment avec la révélation finale ! C’est diaboliquement intelligent, un peu glaçant… Maintenant, j’ai juste envie de lire un nouveau thriller de l’autrice 😀

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment passé un bon moment avec ce roman. Si vous cherchez un thriller addictif qui vous captivera le temps de quelques heures, n’hésitez pas 🙂

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !

 

De la même autrice :

Le lion et l’oiseau – Marianne Dubuc

Le-Lion-et-l-oiseau

 

Éditeur : Saltimbanque éditions

Parution : 10 avril 2020

Genre : Album Jeunesse

 

Résumé : Lion travaille dans son jardin quand il entend un bruit.
Oh ! Un oiseau blessé.
Il ne peut pas le laisser ainsi, le pauvre petit.

Et l’hiver passe ainsi, à deux, un jour à la fois.
Un matin, le beau temps revient et son ami s’envole.
C’est la vie.

Les saisons passent et reviennent.
Son ami aussi ?

Un album sur la force de l’amitié et l’espoir qui nourrit.

 

Avis : Un jour, alors qu’il travaille au jardin, Lion entend un drôle de bruit. Oh, un oiseau blessé ! Il le ramasse, le ramène à la maison, le soigne. Les jours passent, l’hiver arrive, file lentement, mais à deux, on voit moins le temps passer.

Enfin, le printemps revient, et avec lui, les oiseaux. C’est l’heure pour son ami de le laisser… Les jours passent, et Lion est nostalgique de ces moments de complicité partagés. Reviendra-t-il ? Un jour, il entend de nouveau chanter dans le jardin…

Cet album est un petit bijou de tendresse. J’aime beaucoup le travail de Marianne Dubuc, et c’est un plaisir de la retrouver ici. Il y a finalement très peu de texte, mais ses illustrations, douces, poétiques, tendres, nous en disent finalement beaucoup sur le lien entre ces deux nouveaux amis, la nostalgie quand il est temps de quitter le nid, le temps qui passe, mais aussi le changement des saisons.

Cet album, simple en apparence, est empreint d’une belle douceur. Une ode à l’amitié, aux belles rencontres que le temps et la séparation n’affectent pas. Un joli coup de cœur à découvrir et offrir.

 

Merci aux éditions Saltimbanque pour la confiance et l’envoi !

 

De la même autrice :

Ours veut écrire une histoire – Claire Freedman & Alison Friend

9782378622961pre_pp

 

Éditeur : Circonflexe

Parution : Juin 2020

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Ours adore lire ! D’ailleurs, il a tellement lu son livre d’histoires préféré qu’il est tout abîmé. Mais un jour, un coup de vent fait s’envoler toutes les pages, laissant le pauvre Ours démuni. Après une courte réflexion, l’évidence lui apparaît : à lui d’écrire sa propre histoire.

Mais on ne trouve pas l’inspiration comme ça… Afin de trouver comment commencer son histoire, il décide d’aller se promener. Il commence par rencontrer Souris, ensemble ils dansent, mais l’inspiration ne vient toujours pas. A la rivière, il aide Lapine qui a perdu ses rames, mais même s’il a nagé, il ne sait toujours pas comment commencer son histoire. Après avoir aidé bébé Hibou à regagner son nid, il rentre à la maison manger. Puis, d’un coup, l’inspiration lui vient.

Voici une histoire douce, tendre, mignonne (comme les illustrations !), qui fait la part belle à l’imagination, l’amitié, et l’entraide. C’est grâce aux rencontres qu’Ours fera alors qu’il cherche son inspiration, ces petites aventures, qu’il trouvera matière à écrire. Et le truc chouette, c’est qu’on a même le résultat, sur une page qui se déplie ! Evidemment, la fin est adorable 🙂