Une maison à hanter – Morgane de Cadier & Florian Pigé

couvrvb_unemaisonahanter_10cm

Éditeur : Balivernes

Parution :   8 novembre 2016

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Petit Fantôme a grandi et a aujourd’hui mille ans ! Il est temps pour lui de trouver sa propre maison. Hélas, aucune ne convient. C’est alors qu’il rencontre Nathan.

Avis : Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres, Petit Fantôme a mille ans.

anniversaire.jpg

Cela signifie qu’il est temps pour lui de trouver sa propre maison à hanter. Tout fier et plein d’entrain, Petit Fantôme se lance dans sa nouvelle quête, qui s’avère plus difficile que prévu ! Après s’être fait rembarré par deux rossignols, s’être rendu compte que hanter une épave ne serait pas très palpitant, après avoir fui les chats trop bruyants … Petit Fantôme tombe sur Nathan, qui n’a absolument pas peur ! Le petit garçon décide alors de l’aider à devenir un peu plus effrayant – et il se pourrait bien qu’il ait une petite idée sur une maison à hanter …

Ce mignon petit album est plein de moments de tendresse, d’humour, de scènes inattendues et cocasses. Une histoire d’amitié, d’entraide, portée par des illustrations toutes en douceur, qui nous rendent le petit fantôme attachant (il est tellement mignon !) plutôt qu’effrayant ! D’ailleurs, sur ces pages souvent sombres, on ne peut que le remarquer, lui si blanc, si lumineux. Alors que l’on referme l’album sur un bel éclat de rire, on sent qu’une complicité, qu’une amitié sincère est en train de naître, et qu’ensemble, ils iront loin.

En bref, un très chouette petit album à découvrir !  Petit plus, le petit fantôme de la couverture brille la nuit !🙂

Des mêmes auteurs, j’avais découvert « une île sous la pluie », il y a quelques mois : décidément, j’aime beaucoup ce duo ! Retrouvez ma chronique ici.

 

Merci aux éditions Balivernes pour la confiance et la découverte !

Une nouvelle chance – Debbie Macomber

9782368121184fs

Éditeur : Charleston

Collection : Diva

Parution : 18 novembre 2016

Traductrice : Julia Taylor

Titre original : Angels at the table

 

Résumé : Times Square, le soir du Nouvel An.
Lucie et Aren se rencontrent par hasard. Le coup de foudre est immédiat ! Mais très vite, un coup du sort les sépare, les laissant sans aucun moyen de reprendre contact.
Un an plus tard, Lucie est chef d’un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n’ont jamais oublié cette belle soirée – et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d’espièglerie…

 

Avis : Un soir de nouvel an, Lucie et Aren se rencontrent complètement par hasard (du moins le croient-ils) et, le temps d’une soirée, s’apprécient … fortement. Mais la jeune femme est sur le point d’ouvrir son restaurant, a-t-elle vraiment le temps de se consacrer à une histoire d’amour ? Aren accepte de lui laisser une semaine pour réfléchir, et lui donne rendez-vous en haut de l’Empire State Building. Malheureusement, suite à un malencontreux concours de circonstances, Lucie ne viendra jamais, et n’a aucun moyen de le contacter. Près d’un an plus tard, ils se croisent à nouveau. L’occasion pour leurs anges gardiens, Will, Shirley, Mercy et Goodness, de ne pas tout faire capoter cette fois-ci. Car oui, ce que nos deux tourtereaux ignorent, c’est que Will est à l’origine de leur rencontre – et de quelques bêtises également.

Car nos quatre anges, malgré les recommandations de Gabriel, ne peuvent s’empêcher de se mêler de tout pour tenter de rattraper leurs erreurs, provoquant ainsi malentendus, quiproquos, et autres scènes aussi désespérantes (parce qu’on aimerait que tout s’arrange entre Lucie et Aren) que très drôles ! Aren, critique gastronomique, se retrouve donc avec un plat aussi salé que citronné – bref, immangeable – donnant lieu à une critique horrible du restaurant de Lucie, provoquant la colère de cette dernière (qui ne sait pas qu’elle vient d’Aren – vous suivez ?). On a droit à des scènes de fenêtres qui s’ouvrent et se ferment seules, de personnes s’envolant subitement pour donner plus de crédibilité à une pièce de théâtre. Bref, comment ne pas sourire !

Au final, tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un bon moment : c’est la lecture parfaite pour cette période de l’année. J’avais l’impression de me glisser sous mon plaid, devant un feuilleton de Noël (d’ailleurs, si quelqu’un veut adapter ce livre ce serait parfait :-P). Alors oui, on a quelques scènes de très, très grosses coïncidences (par exemple Josie qui décide d’aller dans un restaurant où elle allait avec son ex, qui dit qu’elle espère ne pas l’y croiser, et hop, comme par hasard, le voilà qui arrive), des scènes qu’on voit venir à 1000 kilomètres, mais c’est pas grave, ça passe, parce que c’est une comédie romantique, parce qu’on cherche la détente et qu’on veut que tout se termine bien quand on lit ce genre de livres.

Les personnages sont attachants, j’ai beaucoup aimé Lucie et Aren même si je trouve qu’au final, on n’en sait pas tant que ça sur eux. J’ai aimé ce que Gabriel explique à un moment donné : aider les humains à exaucer leurs prières, oui, mais ne pas leur mâcher le travail ; à eux de comprendre ce qu’il faut changer pour arriver à ce qu’ils veulent. Est-ce que Lucie et Aren méritent d’être ensemble ? Feront-ils ce qu’il faut pour ? Parviendront-ils à mettre fierté et obstination de côté ? Mon coup de cœur va tout de même aux anges, qui m’ont souvent faire (sou)rire avec leurs réactions ou certaines de leurs idées complètement dingues – ce sont eux qui rajoutent tout le côté comique et inattendu de cette histoire.

En bref, une belle histoire, dans la pure tradition des comédies romantiques, à savourer au coin du feu (ou à défaut, sous à plaid :-P). Parfaite en cette saison, c’est le genre d’histoire qui fait du bien au cœur et qui donne le sourire aux lèvres.

 

Merci aux éditions Charleston pour la confiance et la découverte plus que sympa !

Mes petites puces à chanter – Cécile Hudrisier

Éditeur : Didier Jeunesse

Parution :  19 Octobre 2016

Genre : Livres sonores

Avis : Je vous ai déjà parlé de cette petite collection de comptines chez Didier Jeunesse, magnifiquement illustrée par Cécile Hudrisier.

Dans le premier petit livre, découvrez des comptines anglaises : this little bird, knock at the door, Jack be nimble, row row row your boat, Alice the camel. Une double page = une chanson. Et pour chaque chanson, nous avons les paroles, avec la traduction pour chaque phrase, ce qui est très appréciable et une bonne méthode pour peut-être apprendre quelques mots d’anglais ! Pour chaque chanson également, de petits conseils permettent par exemple de mimer l’oiseau qui bat des ailes et s’envole, de faire semblant de frapper à une porte, etc afin de s’amuser sur chaque chanson. En bref, un très chouette album où la musique accompagne les jeux et l’apprentissage.

Dans le deuxième, on retrouve avec plaisir quelques comptines traditionnelles ! Dansons la capucine, Do ré mi la perdrix, l’araignée Gypsie, Toc toc toc Tortue, Ah ! les belles mains, sur le pont d’Avignon. Pour certaines chansons, nous avons aussi ici quelques indications pour faire jouer l’enfant.

Nous avons donc ici deux petits livres sonores de qualité. Les voix enregistrées sont celles d’enfants, très claires et bien enregistrées elles devraient toucher les petits. Les illustrations sont douces, colorées, enfantines : encore une réussite pour cette très chouette collection !

Merci aux éditions Didier Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

A l’intérieur des méchants – Clotilde Perrin

131363_couverture_hres_0

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution :  3 Novembre 2016

Genre : Album jeunesse

Résumé : Il était une fois un loup, un ogre et une sorcière… Et si, pour changer, ce n’étaient pas les gentils Trois Petits Cochons, le valeureux Jack, ou le mignon Petit Poucet les héros du livre, mais les méchants ?…

 

Avis : Mais quelle merveilleuse idée cet album animé ! Clotilde Perrin nous offre l’incroyable chance de découvrir … l’intérieur des méchants !

Et il faut dire que je suis bluffée par tant de talent ! On fait donc connaissance intimement avec le loup, cette bête qui effraie tout le monde. En soulevant la première page, on découvre, sous forme d’article (comme un vrai documentaire pour enfant), ses forces, ses faiblesses, ses plats préférés, ses signes distinctifs, les histoires dans lequel il apparaît, etc. On retrouve également l’histoire du Loups et des sept chevreaux. Enfin, et ce qui m’impressionne le plus, ça a été la page de droite, où l’on voit représenté un loup : hop on soulève sa silhouette, et là, on soulève encore, on tire, découvrant ainsi ses ruses ou encore ce qui fait battre son cœur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après le loup, c’est l’Ogre qu’on découvre sur le même principe, son appétit insatiable qui le pousse à dévorer les petits enfants, miam miam ! C’est Jack et le Haricot Magique qu’on redécouvre comme histoire avec lui, ce monstre certes fort, mais un peu balourd et manquant cruellement d’intelligence. On découvre ses plats préférés, ses objets fétiches, ses passe-temps favoris. Et enfin, on le découvre de l’intérieur : ses couteaux, quelques enfants et … de nombreux tatouages !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, c’est la terrible sorcière qu’on découvre ! Maintenant, vous saurez tout sur ses forces, ses faiblesses, ce qu’elle déteste ou ses plats préférés, ses objets fétiches. Et puis, on la découvre de l’intérieur, avec ses accessoires (chat, miroir, bonbons), son tableau de chasse – un petit garçon en cage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un grand album/documentaire/livre-jeu plein d’humour qui, s’il ne nous présente que trois personnages, est extrêmement bien fait et détaillé : largement de quoi occuper un enfant pendant un petit moment ! Outre le fait d’en apprendre davantage sur ces grands méchants des contes, l’enfant pourra s’amuser à soulever, tirer des éléments, afin de savoir ce qui se passe dans la tête (et dans l’estomac) de ces individus ! Une jolie façon de peut-être les démystifier. Et puis, en bonus, trois petits contes.

A partir de 4 ans.

Un livre conçu et animé en collaboration avec l’Atelier SAJE.

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et la découverte !

Shoes Addict – Olivia Hagimont

9782732480596_cg

Éditeur : De la Martinière Jeunesse

Parution :  3 Novembre 2016

Genre : Bande dessinée, humour

Résumé : Ballerines, richelieus, derbies, boots, baskets, mocassins, sandales compensées… que l’on soit doté de petits petons ou d’un joli cou-de-pied, on les aime nos chaussures, elles sont l’accessoire de mode indispensable !

Cette chronique familiale pleine de vie, drôle et cocasse célèbre l’art d’être bien chaussé en toute circonstance. En famille, entre amis, lors de grandes occasions ou en vacances tout est prétexte à des tribulations entre parodie, fétichisme et … vécu.

Et si nous étions tous un peu des accros de la chaussure ?

Avis : J’ai lu cette bande dessinée, juste après m’être commandé deux paires de chaussures … Est-ce que du coup cette BD était faite pour moi ?

Olivia Hagimont nous fait partager des tranches de vie cocasses d’une famille. Entre la mère accro aux chaussures, l’ado et la petite dernière qui grandissent, le mari étourdi, on a droit à des petites saynètes très drôles. On parle des chaussures que l’on choisi pour les vacances, celle qu’on prête à des amis ou celles qu’on nous conseille, celles de la vie quotidiennes ou celles des grandes occasions.

Même si je ne me suis pas spécialement reconnue dans cette bande dessinée, certaines scènes sont tellement pleines d’humour et sentent tellement le vécu que c’est dur de ne pas sourire.

shoes

En bref, une BD sympa sur cet accessoire de mode indispensable. Un cadeau qui devrait faire plaisir aux accros !

En partenariat avec San Marina.

Merci aux éditions de la Martinière Jeunesse pour la confiance et la découverte !

Questions/réponses ! ; l’encyclopédie des animaux – Nathan

9782092566701fs

Éditeur : Nathan

Parution :  29 Septembre 2016

Genre : Documentaire jeunesse

 

Avis : Dans la très chouette collection « Questions/Réponses » de chez Nathan, nous avons ici une encyclopédie consacrée aux animaux. Vous pouvez retrouver quelques chroniques de cette collection en cliquant ici.

Le livre se découpe en 5 grands chapitres, consacrés chacun à un type d’animaux : les mammifères, les oiseaux, les animaux aquatiques, les invertébrés, et enfin, les reptiles et amphibiens. Dans chaque partie, des séries de questions permettent de découvrir ces animaux et d’en apprendre davantage sur eux.

Ainsi, vous saurez enfin comment la chauve-souris se nourrit dans le noir, si la taupe est réellement aveugle, si l’autruche peut voler, pourquoi le dauphin a-t-il un évent, mais aussi pourquoi le crabe marche de côté, où les fourmis se reposent, ou encore comment la sauterelle chante-t-elle.

De plus, à chaque page un petit quizz express pose trois petites questions supplémentaires dont les réponses se trouvent à la fin du livre.

Un ouvrage ludique et intéressant dans cette collection de qualité, qui permet d’en savoir plus sur la vie des animaux.

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et la découverte !

Les belles vies – Benoît Minville

couv-Les-belles-vies-620x987.jpg

Éditeur : Sarbacane

Collection : Exprim’

Parution : 5 Octobre 2016

Genre : Jeunesse

Résumé : Vasco et Djib, deux banlieusards inséparables, sont envoyés pour un été en pension au cœur de la Nièvre… Un choc des cultures, des personnages flamboyants : la vie belle, les belles vies.

 

Avis : Djib et Vasco sont inséparables, dans la vie comme dans les bêtises. Impulsifs, quand on touche à l’un, on peut être sûr de voir l’autre rappliquer. Et c’est une bagarre – pour une fille, qui les envoie tout droit à Passy, en pleine cambrousse, au cœur de la Nièvre. Si les garçons y vont le cœur lourd, en traînant les pieds, ce mois d’été un peu à l’écart du temps, les changera à jamais.

Chez Tonton et Tata, couple au grand cœur, ils font la connaissance d’adolescents et d’enfants malmenés par la vie, par leurs parents. Dylan, ce grand dur qui, pour se protéger, préfère attaquer. Sa sœur Jessica, qui se protège également derrière une apparence distante, froide. Chloé, cette littéraire qui ne parle que peu d’elle mais décide de monter une pièce de théâtre. Kamel, Farah et Sirine, Gwen et Gaétan les jumeaux, si jeunes et pourtant si marqués. Si les débuts sont plutôt chaotiques, petit à petit, les deux amis trouvent leur place, se lient, et toute cette joyeuse bande s’apprivoise à mesure que les jours passent.

Comment parler le plus justement possible de ce roman ? J’ai eu un coup de cœur pour chacun de ces personnages, si différents, et pourtant unis par les mêmes peurs, par des démons, et par l’amour, la force d’Albert et Marie (Tonton et Tata). Même Dylan, prompt à chercher la bagarre, à tenir des propos racistes, est dur à détester quand on le connaît mieux. Djib et Vasco qui, sans perdre leur lien, vont grandir, faire leurs expériences chacun de leur côté.

Et que dire de la plume de l’auteur ? C’est le premier roman que je lis de lui, et j’en sors émerveillée. Je crois pouvoir dire sans me tromper, que quelqu’un d’autre n’aurait pas réussi aussi bien que lui à nous faire percevoir ces belles vies.

Ce roman, c’est une parenthèse hors du temps, un moment privilégié. Un été où les plaies commencent à se panser – même si le chemin un long. Un été de premières fois. De petits moments de bonheur qui font tout. C’est un roman de tolérance, de vie, d’humanité, porté par des mots justes, vrais, où l’on sent toute la passion, toute la colère, l’espoir, la tendresse, toutes les émotions de ces enfants en ébullition. Un roman dont on aurait voulu qu’il ne finisse jamais – un peu comme quand vient la fin de l’été, des personnages avec qui on voudrait garder contact. Mais j’ai entièrement confiance en eux pour mener une chouette vie.

Alors merci à Benoît Minville de nous avoir offert le privilège de rencontrer ces personnages hauts en couleur. Ces cœurs purs, ces vies cabossées.  Cette belle famille. Ces belles vies.

 

Merci aux éditions Sarbacane pour la confiance et la belle découverte.

Les monstres de la mythologie – Raphaël Martin, Jean-Christophe Piot & Lucas Harari

129189_couverture_Hres_0.jpg

Éditeur : De la Martinière Jeunesse

Parution : 27 Octobre 2016

Genre : Documentaire jeunesse

Résumé : Sortis des labyrinthes, des profondeurs de l’océan ou des enfants brûlants, les monstres les plus extraordinaires de la Mythologie grecque se sont donné rendez-vous dans ce livre.

Oserez-vous les regarder en face ?

Avis : On parle souvent de mythologie, des personnages héroïques, mais qui peut dire qu’il connaît vraiment les monstres ? Le mois dernier est sorti un bel album nous présentant quelques monstres mythiques.

On retrouve ainsi Méduse, victime de Poséidon : souhaitant passer une nuit d’amour, ils se retrouvent dans un temple d’Athéna, provoquant la colère de la déesse, qui punit alors la pauvre Méduse. On découvre sa vie, ses faiblesses, ses atouts. Puis il y a le Minotaure, né pour punir Minos. Cette bête cachée au fond d’un labyrinthe qui dévore sept jeunes hommes et sept jeunes filles tous les 9 ans – jusqu’à ce que Thésée arrive. On parle aussi de Cerbère, Charybde et Scylla, Polyphème le célèbre cyclope, Typhon, Pégase, Python, la Sphinx avec sa célèbre énigme que résoudra Œdipe, les Harpies, Chiron, les sirènes au chant mortel.

Deux doubles pages par monstre, les textes sont concis et clairs, ils permettent de savoir l’essentiel et de les voir sous un autre jour. Les illustrations quant à elles sont très agréables.

Un très bel album pour tous les amoureux de la mythologie, qui n’ont pas peur de croiser quelques personnages terrifiants ! Pour découvrir les dieux de l’Olympe, c’est par ici !

Merci aux éditions de la Martinière Jeunesse pour la confiance et la découverte !

Le fabularium, inventaire des créatures fantastiques, encyclopédie à colorier – Angela Rizza

9782092571446.jpg

Éditeur : Nathan

Parution : Octobre 2016

Genre : Documentaire jeunesse, activité

Résumé : Une incroyable anthologie des animaux fantastiques, monstres légendaires et êtres fabuleux, venus des mondes mystérieux de la mythologie, du merveilleux et de la magie. Griffons, dragons, loups-garous, Gorgones… côtoyez et coloriez 90 créatures étonnantes, magnifiquement illustrées par Angela Rizza. Découvrez aussi leur histoire et leurs superpouvoirs.

Un voyage fabuleux au cœur des mythes et des légendes !

Avis : Grâce à cette magnifique encyclopédie, découvrez une incroyable série d’animaux fantastiques venus de différentes mythologies, croyances et autres légendes : dragons, loups-garous, le Sphinx, le Minotaure, une cocatrix, le kraken, etc. Un bel album qui regroupe toutes ces créatures légendaires d’horizon différent, en les séparant selon les quatre éléments (la terre, l’air, l’eau, le feu).

Mais ce livre n’est pas un simple bestiaire : toutes ces créatures sont également à colorier (le dessin précède l’explication de la créature) – même si c’est déjà très beau en noir et blanc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref, un merveilleux livre à (s’)offrir pour voyager un peu parmi ces créatures légendaires et fantastiques. Des petites présentations à picorer ou dévorer. La couverture est vraiment magnifique, les textes, les dessins sont soignés. J’aime beaucoup l’idée de pouvoir personnaliser ce livre en le coloriant. Et surtout, pour la qualité de l’ouvrage le prix est extrêmement correct !

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et la belle découverte !

Les enfants des lumières – 1759, la plume de l’ange – Laure Bazire & Flore Talamon

004194307.jpg

Editeur : Nathan

Parution : 24 août 2016

Genre : Jeunesse, historique

Résumé : Paris, 1759 : les philosophes tentent de publier leur Encyclopédie malgré la censure. Judith Amelot, fille d’imprimeur, se passionne pour le métier de son père. Mais ce dernier est brutalement arrêté, sans raison apparente, sur ordre du roi. A dix-sept ans, la jeune fille doit assumer seule la responsabilité de l’imprimerie, face à l’hostilité des ouvriers. Désespérée, elle reçoit une lettre qui lui redonne courage et dans laquelle l’auteur, anonyme, lui déclare sa flamme. Pourtant, Judith n’est pas au bout de ses peines. Quelqu’un cherche manifestement à anéantir la famille Amelot. Qui ? Et pourquoi ?

 

Avis : J’étais très curieuse de découvrir ce titre, aimant beaucoup cette époque d’un point de vue politique, littéraire. Ah le siècle des Lumières ! Ca m’a un peu rappelé ce que l’on a vu au lycée, l’Encyclopédie, etc.

Judith, jeune fille de 17 ans, est fille d’imprimeur-libraire. Passionné par le travail de son père, elle sait bien que, malheureusement, elle n’est « qu’une » fille et ne peut rêver à la succession. Mais quand son père est arrêté par lettre de cachet (ordre du roi), sa petite entreprise court à la catastrophe. Si Judith tente de maintenir l’imprimerie à flots, il semblerait qu’une mauvaise personne tente de tout saboter : des injures sur un mur, des livres trafiqués … mais qui en veut donc autant à son père ? à ses auteurs ? Heureusement, si certaines personnes sont prêtes à lui tourner le dos, il semblerait que la jeune fille ait également un allié précieux …

J’ai beaucoup aimé ce roman, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le côté historique, très travaillé par les auteures. On sent qu’elles ont effectué des recherches et voulu respecter le plus possible la réalité historique de cette époque – notamment pour le vocabulaire employé, ce qui donne un peu plus de réalisme au texte (petit plus : les mots compliqués ou d’époque sont expliqués en bas de page). On est donc en plein siècle des Lumières, on côtoie d’Alembert, on entend parler de Montaigne, Diderot, de poètes ou philosophes, des Salons, et c’est extrêmement intéressant. Cela m’a donné envie d’être à la place de Judith, et de rencontrer tous ces gens dont elle ne pouvait pas imaginer qu’on parlerait encore des siècles plus tard. Car le métier d’imprimeur, de libraire, c’est aussi un métier de liaison entre un auteur et son public, un métier de partage. On découvre, ou redécouvre, le métier d’imprimeur-libraire à l’époque, avec tout ce que cela implique : les coûts, la censure – on aborde donc également aussi la question de la liberté d’expression, les livres qui, refusés en France, seront publiés à l’étranger.

Du point de vue des personnages, j’ai aimé notre Judith, cette jeune fille déterminée, qui ne s’en laisse pas découdre quant il s’agit d’aider les siens. Têtue, passionnée, elle reste aussi fleur bleue et perd facilement ses moyens devant un beau parleur. Et puis cette aventure va la faire grandir, lui permettra d’acquérir une certaine liberté. Son rôle permet d’aborder la condition féminine des femmes de l’époque, habituée à se terre, à obéir au chef de famille sans discuter, et surtout, jugées incapable de mener à bien une entreprise.

Mais ce qui fait également tout le charme de ce livre, c’est le mystère, le suspens dû à cette enquête dans laquelle se lance la jeune fille, afin de savoir qui est responsable de tous ces étranges incidents. Au final, j’ai dévoré ce très bon roman. Seul minuscule bémol : j’aurais aimé en savoir un peu plus sur ce prologue !

En bref, un récit très complet, parfaitement travaillé et maîtrisé. A lire pour tous les amoureux d’Histoire, de Littérature, de liberté !

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et la belle découverte !