Danse avec les lutins – Sam Taplin & Ana Larrañaga

Editeur : Usborne

Parution : 27 octobre 2022

Genre : Livre sonore, bébé

Avis : A l’approche de Noël je ne pouvais résister à l’envie de découvrir un nouveau petit livre sonore, et quand j’ai vu celui-ci je me suis dit que ça changerait un peu de ceux que nous avons déjà à la maison.

Dans ce petit livre cartonné, il n’y a pas vraiment d’histoire mais plutôt un prétexte à faire la fête : l’enfant est invité à sauter sur place avec les petits lutins, trotter de droite à gauche comme le renne, battre des ailes (ou des bras) comme une fée, ou mieux encore : taper des pieds avec le Père Noël ! Pour ceux qui auront tout mémorisé, le but final est de refaire l’entièreté de la danse.

Que manque-t-il pour accompagner une danse ? De la musique pardi ! Et ça tome bien, à chaque double page on trouve une petite puce sonore à activer. Si les airs joués vous diront forcément quelque chose, le rythme est ici bien plus entraînant, et autant vous dire que c’est efficace : ma petite dernière l’adore et l’emmène partout avec elle en se trémoussant. Si dans un premier temps je le trouvais sympa, je vous avoue que je commence à saturer (ou avoir envie de danser comme un petit lutin de Noël, au choix) 😛

En bref, voici un livre sonore et cartonné entraînant qui change des comptines traditionnelles que l’on peut trouver le plus souvent !

Merci aux éditions Usborne pour la confiance et l’envoi !

Ô les cœurs – Alexandra Brunbrouck & Fanny Falgas

Editeur : Editions Pera

Parution : 15 juin 2021

Genre : Album jeunesse

Avis : Je ne sais plus exactement quand j’ai entendu parler des éditions Pera pour la première fois, mais j’étais curieuse de découvrir cette jeune maison lilloise étant moi-même originaire du coin. J’ai ce titre depuis un moment à la maison maintenant et il était plus que temps que je vous en parle !

Dans cet album, le narrateur nous présente son cœur. Mais qui est-il ? Un enfant, un adulte ? Garçon, fille ? Quel âge ? En réalité, peu importe tant le discours est universel.

On suit ce cœur, à la fois semblable à tant d’autres et unique et par son histoire, son vécu. Un cœur qui bat à l’unisson des autres, un cœur qui parfois est touché, surpris, blessé, dépassé par la colère ou la peur, un cœur qu’on isole ou enferme parfois pour le protéger, le temps qu’il guérisse et soit apte à s’ouvrir à nouveau aux autres.

J’ai été touchée par la justesse de ce petit album, dans lequel je suis sûre, chacun peut se reconnaître. Beaucoup de tendresse et de douceur se dégagent du texte – j’ai d’ailleurs été davantage touchée par ce dernier que par les illustrations que j’ai trouvé plutôt simples même si efficaces.

En bref, voici un album touchant et poétique pour petits et grands !

Mes berceuses – Elsa Fouquier (illustrations)

Editeur : Gallimard Jeunesse

Collection : Mes petits imagiers sonores

Parution : 8 septembre 2022

Genre : Livre sonore, bébé

Avis : Vous le savez, à la maison les livres sonores ont la côte !

Dans ce nouvel ouvrage, on retrouve de célèbres (ou moins connues, mais à force de les entendre régulièrement je les connais par cœur ahah) comptines. Il y a « dodo, l’enfant do », « toc, toc, toc », « passe la dormette », « le tour de la maison », « fais dodo, Colas mon p’tit frère ». La qualité du son est top, les voix sont celles d’enfants, je trouve ça tellement mignon ! Les illustrations sont douces, colorées, très agréables. Et à la fin, on retrouve la petite nouveauté de cette collection, le jeu sonore de cherche et trouve : on appuie sur la puce sonore et il s’agit de retrouver l’image correspondant à ce qu’on entend.

Voici une super collection pour les petits friands de livres sonores ! Ici, peu importe la différence d’âge, les filles en sont toujours aussi fans !

Merci aux éditions Gallimard pour la confiance et l’envoi !

Promenade dans la savane – Emiri Hayashi

Editeur : Nathan

Collection : Petit Nathan

Parution : 13 juillet 2022

Genre : Livre animé, bébé

Avis : Vous connaissez mon amour pour cette collection, c’est donc sans surprise que j’étais ravie de recevoir ce nouveau titre cet été ! Direction une nouvelle promenade poétique en plein cœur de la savane.

Il y a cette girafe et son petit qui commencent la journée par un gros câlin, les éléphants qui jouent à s’arroser pour se rafraîchir, les guépards qui se courent après. On croise également des oiseaux et des petits singes avant que tout ce beau monde ne s’endorme.

On retrouve ce format cartonné bien solide que j’apprécie tant, mais aussi toutes les petites animations (à glisser, tourner, tirer) qui amusent tant les petits, mais aussi les illustrations toutes douces d’Emiri Hayashi, tendres et poétiques, agrémentées de petits détails brillants. Et puis, entre nous, les bouilles des petits animaux sont tellement adorables ! 

En bref, voici un petit livre animé parfait pour les petits ! Une jolie manière de découvrir la savane et ses habitants !

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !

D’Emiri Hayashi :

Ni prince ni charmant – Florence Medina

Editeur : Magnard Jeunesse

Collection : La Brève

Parution : 9 mars 2023

Genre : Littérature ado

Résumé : – T’es au courant que ton pote est un violeur ?

SMS DE ZOÉ À 00 H 54.

Sur les réseaux sociaux, Louis, le meilleur ami de Tristan, est accusé d’agression sexuelle, et même de viol.

C’est de la pure diffamation, évidemment.

Évidemment ? Et s’il y avait du vrai dans ces dénonciations ? D’ailleurs, Tristan repense à un épisode de sa propre histoire avec Amina, six mois plus tôt. Ce soir-là, il a été lourd. Plus que lourd ? Existe-t-il, sur les portables des filles, un fil de discussion où il est lui aussi étiqueté «problématique » ?

Avis : Ce roman, c’est l’histoire de Tristan, qui apprend que son meilleur pote est accusé de viol par au moins une fille, d’avoir un comportement « problématique » par plusieurs autres. Dans un premier temps, Tristan rejette cette idée en bloc et refuse de croire Zoé, et pour cause : il connaît Louis depuis l’enfance, jamais il n’aurait fait ça. Impossible. Mais quand finalement il repense à certaines choses ou décide d’aller lui parler, ses certitudes volent en éclats.

Ce court roman – même pas 80 pages – est un roman choc, terriblement d’actualité et important, qui nous montre la prise de conscience d’un ado sur la question du consentement et des comportements qui peuvent sembler normaux sur le coup mais qui sont en réalité problématiques.

J’ai apprécié suivre Tristan, le cheminement de sa pensée, son évolution. C’est intéressant car réaliste, il n’est sûrement pas le seul à commencer par défendre un ami avant d’écouter les victimes, ni même à penser agir comme il faut quand ce n’est pas le cas – car oui, surprise, on peut toujours dire stop à n’importe quel moment sans être obligé de quoique ce soit. Grâce à sa demi-sœur la réalité va le percuter de plein fouet évoluer. Quant à Louis, inutile de dire que je l’ai détesté et que certains de ses propos m’ont donné la nausée.

Si l’évolution de Tristan peut sembler rapide/facile, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un court roman (comme tous ceux de cette collection). Pour ma part, je le trouve intéressant pour aborder les notions de consentement ou de relation amoureuse, de stéréotypes ou de patriarcat, et c’est tellement important qu’il faudrait vraiment que ça soit quelque chose dont on parle et discute dès le collège.

Voici donc un roman où le personnage principal n’est ni prince, ni charmant, mais suffisamment humain pour savoir porter un regard nouveau sur lui-même et les autres.

Le petit bonhomme de papier – Agnès de Lestrade & Maurèen Poignonec

Editeur : Belin Jeunesse

Collection : Nos histoires à partager

Parution : 13 janvier 2021

Genre : Album jeunesse

Avis : Le petit bonhomme de papier vit sa petite vie tranquilou dans un livre, avec son papa et sa maman. Mais un jour, il en a marre de sa petite routine, c’est décidé, il va partir voir le monde ! Le voilà qui s’éclipse discrètement par la fenêtre, prêt à vivre la plus grande des aventures. Il se balade dans l’herbe, respire les fleurs, sent le vent le pousser, jusqu’aux pieds d’une petite fille qu’il reconnaît : chaque soir elle lit son histoire avant de s’endormir. Alors que la pluie commence à tomber, Hortense l’emmène avec elle, à la maison, à l’école, et continue de lui faire découvrir le monde. Jusqu’à ce qu’un soir, ses parents se mettent à lui manquer un peu trop : il est temps pour lui de les retrouver. A son retour, ces derniers sont fiers de leur petit aventurier qui a finalement bien grandi.

L’histoire de ce petit bonhomme de papier est toute mignonne. Elle invite à laisser libre cours à l’imagination et à l’aventure, aux voyages qui forment la jeunesse, tout en rappelant que rien n’est plus doux que la chaleur et l’amour du foyer. C’est tendre et adorable. Les illustrations de Maurèen Poignonec sont comme toujours superbes et pleines de douceur, j’adore !

A la fin du livre on retrouve des conseils pour animer la lecture ou discuter autour de l’histoire, mais également une idée d’activité manuelle à réaliser avec l’enfant. Une chouette idée !

Quand je serai grand ! – Caroline Pellissier & Virginie Aladjidi, Lucile Ahrweiller (illustrations)

Editeur : Deux coqs d’or

Collection : Un petit livre d’or

Parution : 6 septembre 2017

Genre : Album jeunesse

Avis : Le temps d’une journée, on suit la vie d’une communauté/d’un village et ses habitants à travers Zoé, Lili, Aimé, et leurs amis. L’occasion de découvrir tout plein de métiers différents : de la maîtresse en passant par le facteur, la médecin, le jardinier, la fleuriste, etc, avec un petit mot pour chacun.

Les illustrations de Lucile Ahrweiller sont mignonnes et pleines de douceur.

Une lecture chaleureuse et conviviale, portant une part de rêverie, de celles qui nous fait rêver à un plus tard, au métier que l’on peut rêver d’exercer quand on sera grand alors que grâce à l’innocence de l’enfance on ne s’impose aucune limite.

De nulle part – Claire Favan

Editeur : Harper Collins

Parution : 5 octobre 2022

Genre : Thriller

Résumé : Chatou. Fin des années 1990. Deux nouveau-nés sont trouvés et confiés à l’Assistance publique. Des jumeaux que l’existence va vite se charger de séparer.
Trappes. 2020. Ballotté de foyers sordides en familles d’accueil, Antoine, dit « Tony », s’est construit tant bien que mal avec l’idée que la vie est un combat. Il lutte pour mener de front études de droit et petits boulots, et qui sait : dépasser sa condition.
Alors que tout ce qu’il réussit à faire est d’accumuler les dettes, se présente un beau jour à sa porte un certain Raphaël. Raf, c’est son frère, sa copie conforme et son exact contraire, un héritier qui a les codes et la confiance qui va avec. Raf a un plan qui peut changer le destin de son frère. Passé la surprise de la première rencontre, Tony hésite à qualifier la visite de providentielle. Car il n’oublie pas : l’échec est inscrit en lui depuis son premier cri. Mais il reste l’espoir. Cet espoir qui engendre le supplice.

Avis : Claire Favan fait partie de ces autrices dont j’attends chaque roman avec impatience. A chaque fois, je voudrais pouvoir retarder le moment de le lire parce qu’après je sais que de longs mois d’errance m’attendent (moi, exagérer ? A peine !), mais en réalité j’en suis tout bonnement incapable. Je ne suis même pas sûre d’avoir lu le résumé avant de commencer De nulle part tant je place une confiance aveugle en Claire, et d’un côté je ne trouve pas ça plus mal, c’est totalement la découverte comme ça. Bref, trêve de bavardages et place à mon avis !

Fin des années 90, deux bébés, des jumeaux, sont abandonnés. L’un va être adopté par une famille aisée – qui ne souhaite pas non plus s’encombrer d’un autre enfant – tandis que l’autre va trouver sa place chez un autre couple. Malheureusement pour ce dernier, un accident de voiture va faire voler sa vie en éclat pour une seconde fois et le conduire en foyer. Déterminé à mener ses études à bien et ne jamais faillir, Tony va se battre sans relâche pour s’élever dans la société. Mais pas facile de mener de front études et travail dans un système qui ne fait rien – ou trop peu – pour aider les jeunes comme lui. Alors que tout ce qu’il s’est évertué à construire s’écroule peu à peu autour de lui, la surprise vient frapper à sa porte sous les traits de son frère. Et si Raphaël pouvait l’aider à sortir la tête de l’eau ? Les jumeaux pourront-ils au moins rattraper le temps perdu ? En ont-ils vraiment envie ?

Ce que j’aime dans les romans de Claire Favan, ce qui m’a frappée dans ses deux derniers par exemple, c’est qu’on est pas juste dans un thriller pur et dur, c’est qu’on parle également de faits de société, de psychologie, qu’on dénonce quelque chose, et que, finalement, on apprend quelque chose. J’ai lu quelques avis qui critiquaient le fait qu’on parle énormément de foyers, de la jeunesse de Tony, personnellement j’ai beaucoup aimé cette première partie. C’était poignant de découvrir l’horreur qu’a pu vivre Tony, on sait que c’est réel, que ce genre de choses arrivent. En revanche je n’imaginais pas à quel point ces jeunes sont lâchés dans la nature dès leur majorité et si peu aidés. Quelle détermination, quel courage il faut pour s’accrocher et choisir de se lancer dans de longues études. Malheureusement quand on voit les horreurs par lesquelles certains passent – ceux qui savent et qui ferment les yeux – et tous les obstacles qui se dressent, ce n’est pas dur de comprendre pourquoi certains abandonnent.

Evidemment, tout ce background nous rend le personnage de Tony attachant. C’est révoltant de le voir se démener pour tenter de s’en sortir, et crouler sous la fatigue, les dettes, le stress. Autant de coups d’épée dans l’eau. Alors quand Raphaël débarque dans sa vie et que les deux jeunes hommes comprennent qu’ils peuvent chacun s’apporter quelque chose, Tony y voit sûrement un signe du destin, et comment l’en blâmer ?

Je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire pour ne rien vous dévoiler, sachez que, cette fois encore, Claire Favan nous entortille dans une intrigue où tout s’imbrique, tout se relie, tout est calculé. Mon seul petit regret, c’est que j’avais deviné ce que cachait Raphaël – même si je me demande si l’autrice a vraiment cherché à le dissimuler tant ça m’a vite paru évident – même si finalement ce qui m’intéressait était vraiment de voir comment les choses allaient se terminer. Et fiouuuuuuu !

Je me rappelle avoir dû stopper ma lecture pour aller dormir (quand même) ou travailler (eh oui), et d’en avoir parlé à mes collègues tant ça m’obsédait : j’ai vécu ma lecture comme en apnée, sous tension. J’adore ce que Claire arrive à insuffler à ses textes, cette ambiance particulière qui les rend addictifs.

Alors si vous ne connaissez pas encore les romans de Claire Favan, foncez ! Si vous aimez les romans noirs, psychologiques, où les choses ne sont pas forcément ce qu’elles semblent être, n’hésitez pas à découvrir De nulle part !

De la même autrice :

Petits meurtres à Endgame – Alexandra Benedict

Editeur : Charleston

Parution : 18 octobre 2022

Genre : Thriller / Cosy Mystery

Traduction : Laura Bourgeois

Résumé : Cette année, Lily Armitage est invitée à passer les fêtes de Noël à Endgame House, l’imposant manoir familial sur lequel son excentrique tante Liliana a toujours régné en maîtresse incontestée. Comme lorsqu’ils étaient enfants, cette dernière a prévu pour ses neveux et nièces un jeu de piste géant : Douze énigmes à résoudre pour les douze jours après Noël. Mais cette fois, le prix est particulièrement élevé : Liliana est morte et celui qui remportera la victoire héritera du domaine.Pourtant ce n’est pas la seule raison qui pousse Lily à franchir les hautes grilles d’Endgame House pour la première fois depuis vingt ans. Elle espère y découvrir enfin la vérité sur la mystérieuse disparition de sa mère.

Mais plus le jeu avance, plus la tension monte entre les cousins. Et quand une tempête de neige les coupe du reste du monde, Lily comprend que le manoir renferme de sombres secrets, et qu’elle risque sa vie dans ce jeu dangereux…

Un cosy mystery haletant, entre traditions de Noël, retrouvailles familiales tendues et disparitions inquiétantes…

Avis : J’adore les cosy mystery, j’adore Noël, à partir de là, j’étais à peu près sûre de passer un bon moment avec ce roman d’Alexandra Benedict !

On y suit Lily, invitée à passer Noël dans la demeure familiale, Endgame, manoir dans lequel elle n’a pas remis les pieds depuis 20 ans et la mort de sa mère. Décédée à son tour, sa tante Liliana a souhaité réunir ses enfants, neveux et nièces pour un dernier jeu de piste à l’enjeu de taille : les clés du domaine. Alors qu’une tempête de neige les isole du reste du monde le poids des secrets se fait de plus en plus prégnant, faisant ressortir rancœurs et drames… Alors, qui remportera le manoir ? Surtout, qui agi dans l’ombre pour nuire aux autres ?

Moi qui adoooore les huis-clos, je me suis régalée avec ce roman. Si certains personnages sont plus attachants que d’autres (qui savent se montrer parfaitement exécrables, oui Sara, c’est bien de toi que je parle), on se méfie vite de tous, et j’adore ce genre d’ambiance. Tout au long de ma lecture j’ai tenté d’échafauder quelques théories, mais même si j’avais trouvé quelques pistes je n’avais pas trouvé tous les éléments pour établir toutes les connexions. J’ai lu quelques critiques sur la fin, alors ok, oui, c’est peut-être un peu tiré par les cheveux mais honnêtement ça ne m’a pas dérangée, ça reste plausible.

Je tiens en tout cas à saluer le travail de l’autrice (et même de la traductrice qui a dû faire en sorte de ne rien dénaturer), au-delà de brouiller les pistes elle a également choisi de jouer avec le lecteur puisque énigmes et anagrammes sont disséminés au fil de l’histoire. J’ai dû en repérer 4 ou 5 seulement, j’étais tellement happée par ma lecture que j’avoue que je ne cherchais pas plus que ça 😂 En tout cas l’idée est vraiment chouette et originale.

En bref, voici un huis-clos efficace et addictif que je vous recommande absolument à l’approche de l’hiver !

Merci aux éditions Charleston pour la confiance et l’envoi !

La première aube – Estelle Faye & Antonin Faure

Editeur : Nathan

Parution : 5 mai 2022

Genre : Album jeunesse

Avis : Au milieu d’un vaste océan se trouve une petite île, où les habitants vivent réunis sous un grand dôme de pierre, d’où ils ne sortent jamais. Pas de portes (à priori), pas de fenêtres, leur vie entière s’étend sous ce dôme. Le matin de son anniversaire, la petite Luna trouve une clé et découvre qu’elle ouvre une porte sur l’extérieur. Avec son ami Sol, ils décident de s’aventurer dehors – non sans crainte : il paraît que des monstres rôdent dans le ciel et la mer, prêts à dévorer quiconque se trouve sur leur chemin. En allant jusqu’au phare, les enfants vont rencontrer un vieillard qui leur fera découvrir le vent, la pluie, la tempête, la marée, l’aube et le crépuscule.

Tourner les pages de cet album, c’est suivre Luna et Sol dans une expérience unique : la découverte de l’inconnu. Pour eux, à partir du moment où ils franchissent la porte, tout est une première fois. Et c’est un réel plaisir de redécouvrir les choses à travers leur regard, pur et innocent, neuf. Après tout, qui prend le temps de s’arrêter, sentir le vent sur son visage ? Combien de lever ou de coucher de soleil avez-vous regardé dernièrement ?

J’ai beaucoup aimé la beauté et la douceur, la poésie, qui se dégagent des illustrations.

Un album charmant qui parle d’ouverture, de liberté, qui rappelle de ne pas oublier de célébrer les choses simples et la beauté de la nature. A découvrir dès 4 ans et également en audio sur l’application Nathan Live.

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !