Crains le pire – Linwood Barclay

Image

Édition : France Loisirs

Année de parution : 2009

Genre : Policier / Thriller

Titre Original : Fear the worst

Traducteur : Marieke Merand-Surtel

Résumé : Votre fille de 17 ans part de bon matin pour son petit boulot d’été.  Elle vous promet d’être de retour pour le dîner. Mais elle ne rentrera pas. Ni ce soir-là, ni les suivants. Votre pire cauchemar a commencé…

Pour Tim Blake, le père de Sidney, une seule mission : la retrouver à tout prix. Un coup de fil mystérieux, des individus menaçants, des meurtres… et la vie sans histoire de Tim bascule dans un engrenage incompréhensible et totalement terrifiant. Pourtant, galvanisé par son amour paternel, il ira jusqu’au bout, au risque de tout perdre…

Mon avis : C’est la première fois que je lisais un roman de Linwood Barclay, je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre. Au final, ce livre aura été une belle découverte. L’intrigue est bien ficelée, les péripéties sont nombreuses et souvent surprenantes, le suspens est présent du début à la fin. L’écriture à la première personne rend l’ensemble touchant, en nous permettant d’accéder aux pensées de Tim, ses interrogations, ses doutes, ses peurs, de même que la masse de détails nous fait entrer au cœur de l’intrigue.

Si le début peut sembler banal (une ado ne rentre pas chez elle, son père remue ciel et terre pour la retrouver), très vite l’histoire s’emballe, entraînant le lecteur à la suite de Tim, nous laissant à peine le temps de nous remettre du rebondissement précédent, nous tenant en haleine jusqu’au bout. Car en effet, tout s’enchaîne très vite et de manière inattendue : c’est quand on s’y attend le moins, quand on pense que l’auteur a abattu toutes ses cartes, qu’un nouveau rebondissement survient.

Petit bémol tout de même : si j’ai beaucoup aimé le roman, j’ai trouvé que la fin n’était pas à la hauteur du reste et aurait pu être approfondie. On suit Tim depuis le début, à travers ses recherches, ses pensées, ses coups durs, qui s’enchaînent sur des centaines de pages, pour qu’au final tout soit résolu – voire expédié – en quelques lignes à peine, laissant une impression d’inachevé.

Publicités

4 réflexions sur “Crains le pire – Linwood Barclay

  1. J’avoue qu’il ne m’emballe pas trop pour le moment…
    Je verrai plus tard…
    L’histoire à l’air sympa, mais la première personne (même si je lis de plus en plus de livre avec, dont loup, y es-tu), je ne l’aime pas encore au point de me lancer tête baissée comme pour la troisième personne du singulier.
    Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais le je me demande plus de concentration de compréhension de l’histoire que le il. T’imagine si tu n’es pas en accord avec les pensées du personnage? En il, tu es moins proche de lui, mais en je…
    Enfin, c’est mon avis… En verra, en ce moment, ça n’avance pas trop mes lectures. Non pas que les histoires ne me plaisent pas, mais parce que j’ai repris l’écriture et les deux, ben, ça ne fonctionne pas. C’est soit je lis, soit j’écris, malheureusement.
    J’espère qu’à long terme, cela changera!
    Pour en revenir à ta chronique, elle est très bien, en faisant assez court tu arrives à l’essentiel.
    Pour la fin bâclé, c’est l’un des pièges de tout écrivain et cela intervient à chaque fin de chapitre.
    Fatigue, flemme et écriture ne font pas bon ménage! Après, je pense que si Linwood Barclay l’a laissé, c’est que cela lui plaisait quand même ou alors, il avait un nombre de pages maximums,
    Oui, il y a des livres qui nous déçoivent, mais parfois, expérience vécu, un manuscrit qui te déplait peut plaire et un manuscrit dont tu es fière peut être rejeté.
    Écrire est tout un apprentissage. Non pas que je te dise ça pour dire que tu n’as pas le droit d’être déçu d’une fin, non, juste pour t’éclairer sur les raisons et aussi pour te dire de ne pas abandonné (tu ne l’as pas dit, mais au cas où) un auteur parce qu’un livre ne t’a pas plus. Il fera peut-être mieux pour le prochain?

    Enfin, encore une tartine. Quelle est ton parfum préféré? Moi, j’adore nutella et la gelé au mures! 😉
    À bientôt (beaucoup écrit pour ne pas dire grand chose, c’est une de mes habitudes)

    [commentaire rendus pour l’article : loup, y es-tu? de mon blog skyrok]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s