Je te pardonne papa – Lizzie McGlynn

te pardonne

Éditeur : Archipoche

Année de parution : 2015

Genre : Témoignage

Titre original : I forgive you, Daddy

Traducteur : Anne Bleuzen

Résumé : Lizzie, 4 ans, grandit en croyant que la violence est la norme. Comme ses frères et sœurs, elle subit chaque jour les accès de rage de son père et accumule bleus et cicatrices.

A 11 ans, elle plonge un peu plus dans l’horreur : après sa faillite, son père sombre dans l’alcoolisme et transforme la petite fille en esclave sexuelle, sous les yeux de sa mère, impuissante. Lizzie trouve néanmoins le courage de dénoncer son père, qui est emprisonné. Pourtant, douze semaines plus tard, on l’autorise à regagner son foyer, et il recommence à y faire régner la terreur.

Frappée et maltraitée, Lizzie sait qu’elle doit rester en vie pour protéger ses deux petits frères. Comme se défaire de l’emprise diabolique de cet homme… et pouvoir un jour lui dire : « Je te pardonne, papa » ?

Leçon de courage, de ténacité et de résilience, ce récit est celui d’un chemin de croix – le calvaire d’une enfant, décidée, coûte que coûte, à survivre.

Avis : Ce récit m’a laissée complètement bouleversée. C’est juste … horrible. Un coup de poing. Dur, poignant. Les mots seront toujours en dessous de ce qu’on peut ressentir à cette lecture. Je lis beaucoup plus de fictions que de témoignages, et savoir que ce que j’avais sous les yeux était vraiment arrivé, ça m’a souvent remuée. Malheureusement, ce genre de choses arrivent encore trop souvent, et je n’ai pas assez de mots pour dire à quel point je trouve ça abjecte, horrible .. et j’ai un profond respect pour cette femme, Lizzie McGlynn, d’avoir pu pardonner à son père, après tout ce qu’il lui a infligé …

Je ne vais pas trop en dire sur ce récit, le résumé en parle déjà bien assez. En tout cas, en avançant dans ma lecture, j’avais vraiment envie de savoir comment les choses allaient tourner pour Lizzie, comment elle allait s’en sortir, comment la petite fille brisée trouverait le chemin pour se reconstruire et faire à nouveau confiance, en elle, en les autres, en la vie. Parce qu’elle en a bavé, même quand il n’était plus là, son ombre planait encore sur sa vie. J’espère qu’avoir tout écrit l’a aidée et que toute cette souffrance est derrière elle.

Je remercie les éditions de l’Archipel pour la confiance et l’envoi !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s