Les chemins de l’école – Nicolas Digard & Myriam Dahman

devi ani

francklyn erbol

Éditeur : Nathan

Année de parution : 2015

Genre : Jeunesse

Résumé : Les chemins de l’école est une série télévisée documentaire réalisée à la suite du film à succès Sur le chemin de l’école. Chaque livre raconte les périples d’un enfant à l’autre bout du monde qui brave tous les dangers pour avoir la chance d’étudier. Accéder au savoir reste encore une aventure !

Avis : Ces quatre romans nous racontent l’histoire vraie d’enfants, vivant à des milliers de kilomètres les uns des autres, mais pourtant unis par le même espoir d’un avenir meilleur grâce à l’éducation.

Il y a Francklyn, petit garçon de 13 ans vivant à Madagascar. Chaque dimanche il parcourt 20km à travers la savane avec son frère, afin de se rendre à l’école pour la semaine. Et chaque samedi, ils doivent aller chercher l’eau pour la semaine, 200kg qu’ils ramènent en charrette. Leur père, éleveur de zébus, et le seul du village à savoir lire et écrire, et c’est pour cela qu’il rêve d’un avenir meilleur pour ses deux fils et que lui et sa femme se sacrifient. Le rêve de Francklyn est de devenir maire du village, afin de pouvoir aider son père en retour plus tard. La route pour se rendre à l’école est loin d’être de tout repos : des rumeurs courent comme quoi des brigands enlèvent les enfants. Enfin les voilà arrivés et la semaine peut commencer.

Puis il y a Ani, garçon de 11 ans vivant en Malaisie. Seul garçon et seul enfant de la famille à aller à l’école, chaque jour il rame pendant une heure avec son cousin (qui lui ne va pas à l’école et fait donc 4h de route chaque jour rien que pour lui) afin de se rendre en cours. Son rêve à lui, c’est d’être professeur, afin de transmettre le savoir à d’autres enfants. Sa responsabilité, en tant qu’unique garçon de la famille, c’est d’assurer la sécurité financière à sa famille plus tard, c’est pour cela que c’est important pour lui de réussir ses études. Mais la route n’est pas toujours de tout repos, il arrive par exemple que la barque prenne l’eau, et alors gare aux méduses !

Ensuite on a Devi d’Inde, jeune fille de 13 ans. La semaine à l’école, le dimanche elle va chercher l’eau au puits, 20kg qu’elle transporte sur la tête. Dans le village où elle vit, l’école s’arrête au CM2. Pour ceux qui veulent continuer, il faut se rendre dans un autre village. C’est pour cela qu’énormément de petits garçons et de petites filles arrêtent l’école après le CM2. La mère de Devi lui explique à quel point c’est important, de savoir lire et écrire, afin d’être indépendante et savoir ne serait-ce que prendre le bus sans avoir besoin de demander l’aide de quelqu’un. Chaque jour elle prend le bateau pour pouvoir traverser, ce qui a un coût, et aussi le risque de tomber à l’eau, dangereux puisqu’on apprend pas aux filles à nager. Finalement tout le monde arrive sain et sauf, et la journée peut commencer !

Enfin, nous avons Erbol de Kirghizie, âgé de 12 ans. Chaque jour il chevauche son cheval pendant 3h et 13km à travers la neige afin de pouvoir se rendre à l’école, priant pour ne pas croiser la route de loups. Parfois le cheval est fatigué et il fait une pause … gare alors à bien l’attacher ! Une fois dans le village il finit de se préparer chez sa grand-mère, et la journée de cours peut enfin commencer.

Ces histoires, à la fois simples et touchantes sont de magnifiques témoignages, sur ceux qui se sacrifient pour que leurs enfants puissent aller à l’école et avoir une vie meilleure, sur ces enfants courageux qui aident leur parents et parcourent des kilomètres pour pouvoir aller à l’école.

A la fin de chaque livre quelques pages expliquent la situation dans chacun de ces pays, comment on y vit, si les enfants sont obligés d’aller à l’école, comment se déroule une journée d’école, etc. Parce que ces 4 histoires pourraient se décliner à l’infini, tant les enfants qui se battent pour accéder au savoir sont encore nombreux.

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et la découverte de ces témoignages !

Publicités

6 réflexions sur “Les chemins de l’école – Nicolas Digard & Myriam Dahman

  1. Une grande envie de le lire. Merci pour la découverte. Cela me rappelle aussi des Voyages en Terre Inconnue, l’émission de Frédéric Lopez. Tant d’enfants et de parents qui faisaient d’énormes sacrifices pour l’accès à l’éducation et une vie meilleure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s