Le jardin des épitaphes, tome 1 : Celui qui est resté debout – Taï-Marc Le Thanh

9782278085569-001-T.jpeg

Editeur : Didier Jeunesse

Parution : 28 septembre 2016

Genre : Littérature Jeunesse

 

 

Résumé : Suite à une série de catastrophes, appelées « épitaphes », le monde se retrouve plongé dans le chaos. Un ado, doté de super pouvoirs mais qui émerge de deux années d’amnésie, retrouve son petit frère et sa petite sœur cachés à Paris. Ensemble, ils font route vers le Portugal, seul endroit où ils pourront prendre la mer afin de rejoindre leurs parents à San Francisco. Mais leur chemin sera semé d’embûches et de grands dangers. Il leur faudra affronter les conséquences d’un monde dévasté, abritant désormais des zombies, des machines tueuses, des hommes fous, des mutants, et peut-être bien pire encore…

Rock et castagne sont au programme de ce roman post-apocalyptique. Un road-trip d’une grande intensité qui ne néglige ni l’humour ni la tendresse !

 

Avis : L’heure de la fin du monde a sonné ; le chaos s’est abattu sur notre planète. Pour notre héros, une seule solution : quitter Paris et retrouver ses parents, qui se trouvaient à San Francisco la dernière fois qu’il a eu des nouvelles. Mais la route est longue et parsemée d’embûches, d’autant plus qu’il n’est pas seul … son petit frère (9 ans) et sa petite sœur (6 ans) sont également du voyage, et il s’est donné pour mission de les préserver au maximum. Arriveront-ils à atteindre leur but sans trop de dégâts ?

C’est Hypoténuse (alias Turbine) qui nous raconte donc ce petit récit de voyage, ce qui lui arrive, ainsi qu’aux siens. Cette fin du monde, et ses conséquences. Les obstacles qu’ils rencontrent, les zombies, les pillards, et bien d’autres dangers. Mais il y a également des moments hors du temps, du partage, des sourires, et surtout beaucoup d’amour entre ces trois êtres livrés à eux-mêmes.

Alors oui, on croise pas mal de monde, j’ai parfois trouvé que ça partait un peu dans tous les sens. Qu’il y avait, disons, beaucoup d’éléments (et pour le moins étranges), entre les goitreux, les pillards, les différentes sortes de zombies, des hommes-singes, des machines destructrices, on ne peut pas dire que l’auteur manquait d’imagination ! Mais parfois j’ai trouvé qu’à certains passages c’était « trop » et du coup, manquant de crédibilité (des cannibales qui finalement ne mangent pas les enfants, quelqu’un qui sait lire à la minute près l’heure en regardant le soleil, tous ces différents « ennemis » ou changements, des personnages qui s’en sortent toujours indemnes – ce qui donne l’impression que chaque obstacle est finalement anecdotique, puisqu’on sait d’avance à force que tout finira bien). Pourtant l’idée de base est super originale et j’ai beaucoup aimé les explications, le rôle des nuages, etc.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Double-Peine et Poisson-Pilote (ne serait-ce que pas leurs noms :P),  qui  apportent une touche de douceur, d’innocence, mais aussi de mystère au récit. J’ai également beaucoup aimé avoir le point de vue de Turbine, un point de vue plus « adulte », éveillé sur la situation. Ce qui n’est pas toujours facile, car le garçon est partiellement amnésique – j’ai d’ailleurs beaucoup aimé les parties où l’on découvrait avec lui ses souvenirs. Un personnage, comme je le disais plus haut, mystérieux, mais aussi bourré d’humour et surtout d’amour pour son frère et sa sœur, et rien que pour ça, il ne peut qu’être attachant. Malheureusement au final, on reste avec pas mal de questions : comment est-ce possible qu’il ait une telle force ? Que lui est-il vraiment arrivé avant la catastrophe ?

Le gros gros point positif de ce roman, c’est l’écriture. Fluide, poétique (on en oublierait presque parfois l’horreur du monde qui les entoure), elle nous plonge sans problèmes dans ce monde post-apocalyptique. C’est la première fois que je lis un roman de Taï-Marc Le Thanh, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sait manier les mots ! L’omniprésence de la musique est également une chouette idée, vous pouvez d’ailleurs lire en musique (avec les musiques du roman, donc) si cela vous dit grâce au site internet – qui est vraiment très bien fait : on peut également suivre leur itinéraire, et voir chaque jour où ils sont  grâce à de petites vidéos !

Au final, j’ai beaucoup aimé ce premier tome (grâce à l’univers de base et l’écriture qui fait oublier les quelques défauts), même s’il est vrai que j’en attendait beaucoup plus – disons qu’il ressemble un peu trop à un « simple » récit de voyage, une introduction. La couverture est magnifique, et à la voir, je m’attendais à quelque chose de sombre, de dur, au final nos héros s’en sortent plutôt bien – et nous laissent avec plusieurs questions .. qui trouveront leur réponse dans la suite je l’espère !

 

Merci aux éditions Didier Jeunesse pour la confiance et la découverte !

 

Publicités

20 réflexions sur “Le jardin des épitaphes, tome 1 : Celui qui est resté debout – Taï-Marc Le Thanh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s