Little Girl Gone – Alexandra Burt

little-gone-girl

Éditeur : Denoël

Parution : 20 avril 2017

Genre : Thriller

Traducteur : Santiago Artozqui

Titre original : Little Girl Gone

Résumé : Une mère ne renonce jamais.

Quand elle se réveille ce matin-là, Estelle, comme tous les jours, se rend dans la chambre de sa petite fille de sept mois pour lui donner son biberon. Effarée, elle découvre un berceau vide, une chambre vide : plus aucun vêtement, plus de jouets. Comme si son bébé n’avait jamais existé. Estelle, sous l’emprise d’une dépression post-partum très sévère, met plusieurs jours à signaler la disparition. Très vite, la jeune mère devient le suspect numéro un aux yeux de la police, des médias et de son mari…

Abandonnée, de tous, elle s’accroche à un espoir fou : celui de retrouver son enfant.

 

Avis : Lorsque Estelle se réveille à l’hôpital, impossible pour elle de se rappeler ce qui s’est passé. Tout ce qu’elle se rappelle, c’est qu’un beau matin, elle a trouvé le berceau de son enfant vide. Où a bien pu passer Mia ? Qu’est-ce qui a bien pu arriver ? Et pourquoi toutes ses affaires (biberons, vêtements, couches) ont-elles disparues ? Ce n’est quand même pas possible de perdre un bébé ? Son mari – absent au moment des faits – semble la tenir responsable, tout comme la police qui ne comprend pas pourquoi elle a mis une semaine à déclarer la disparition de Mia. Les faits sont tellement étranges, que même Estelle commence à douter de son innocence. Placée dans un institut psychiatrique, sa seule chance de recouvrer la mémoire repose sur le docteur Ari. Mais a-t-elle vraiment envie de savoir ce qu’elle a pu faire à sa fille ?

Au début de ce thriller, j’avais un peu de mal à entrer dans l’histoire. J’avais l’impression d’être dans le flou, je me sentais frustrée du manque d’éléments. Et Estelle m’agaçait légèrement, je pense. Mais dès que la jeune femme commence ses rendez-vous avec le docteur Ari et que le travail pour recouvrer sa mémoire commence, je n’ai plus su lâcher ce roman.

Tout au long de la lecture, on se demande ce qui a bien pu se passer. J’ai suspecté à peu près tout le monde – sauf la bonne personne. Puisque les souvenirs ne reviennent que petit à petit, on essaie avec Estelle d’assembler les bouts, et entre chaque flashback la tension monte : on oublie pas l’urgence de savoir ce qui a bien pu arriver à un bébé de 7 mois, peut-être mort, peut-être kidnappé.

Au final, comme je disais plus haut, j’ai d’abord eu du mal avec Estelle avant de vouloir la défendre bec et ongle. Bien qu’on ne sache pas ce qui s’est passé, on (re)sent sa souffrance, son incompréhension. L’attitude de Jack envers elle m’a particulièrement énervée, surtout à la fin, après tout ce qui s’était passé.

Alexandra Burt m’a bluffée avec ce roman psychologique captivant, haletant que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher. Son intrigue est glaçante, après tout avec tout ce qu’on voit maintenant, quelque chose de ce genre pourrait bien arriver. Au-delà de ça, elle nous fait entrevoir la question de la dépression post-partum, sujet bien trop souvent tabou, alors que la mère aurait juste bien souvent besoin d’être écoutée et aidée.

En bref, un excellent thriller à découvrir. Ne soyez pas rebutés par les premiers chapitres, car la fin en vaut le détour !

 

Un grand merci aux éditions Denoël pour la confiance et la découverte !

 

libr

Pour en savoir plus, cliquez ici !

Publicités

17 réflexions sur “Little Girl Gone – Alexandra Burt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s