Solstices – Laetitia Arnould

9791096797219.jpg

Éditeur : Gloriana

Collection : Impéria

Parution : 5 mai 2017

Genre : Littérature, fantastique, historique

 

Résumé : Gemma est l’héritière du trône d’Aroue. Elle est intelligente et dotée d’une beauté rare, insolente.
Elle devrait être promise à des lendemains radieux. Oui, elle le devrait…
Mais derrière son sourire d’apparat, la princesse cache un terrible secret. Une malédiction qui écrit pour elle un avenir sombre et s’éveille à chaque solstice.

Au royaume d’Aroue, la colère monte. Profitant du soulèvement d’un peuple avide de liberté, un mouvement anti-aristocrates se met en marche et contraint la princesse Gemma à quitter le château de Montanges. Esseulée, abandonnée des siens, elle prend pleinement conscience de l’avenir qui l’attend et qui l’écœure. Non, elle ne peut pas accepter de passer le restant de sa vie dans un endroit sordide, avec pour seule compagnie celle d’un homme au physique et aux mœurs abominables. Comme les insurgés, Gemma rêve de liberté.
Guidée par ce rêve, enivrée par une nuit de révoltes, elle va fuir et prendre en main son destin.
La voilà prête à changer d’apparence, à se mêler au peuple, pour pouvoir espérer des jours meilleurs. La voilà prête à suivre cet étranger aux yeux couleur de pierre, qui l’agace autant qu’il l’attire…

Avis : J’étais curieuse et impatiente de découvrir ce roman (à la superbe couverture, mystérieuse et intrigante) dont j’entends parler depuis un petit moment sur les réseaux sociaux. Finalement, je ressors ravie de ma lecture.

Héritière du trône d’Aroue, Gemma se retrouve obligée de se cacher au Grenier pour rassurer ses souverains parents. En effet, la menace gronde : le peuple, envieux de liberté, a choisi de se révolter et s’oppose aux aristocrates … dans des tentatives plutôt sanglantes. Porteuse d’un lourd secret, et promise à un homme qu’elle n’aime pas, Gemma décide de fuir son refuge, quitte à se cacher et vivre une vie de paysanne. Mais suite à toute une série d’événements plus ou moins tragiques, les choses prennent une tournure que la jeune fille n’aurait pu envisager …

Dans ce roman, on retrouve divers éléments, formant presque trois thèmes centraux – et liés – à cette histoire. J’ai beaucoup aimé le côté historique, le contexte dans lequel prend place l’intrigue de Laetitia Arnould – même si j’aurais aimé en savoir un peu plus à la fin et sur la résolution de ce conflit -, ce mouvement paysan qui va s’opposer à la noblesse, peu importe le prix à payer, les sacrifices à faire. Ces gens prêts à tout pour défendre leurs idéaux, pour atteindre une forme de liberté. Dans un certain sens, on retrouve la figuration de ce mouvement cristallisé dans le comportement de Gemma, cette jeune fille qui semble avoir tout pour elle, mais contrainte d’épouser un homme qu’elle n’aime pas, un homme qui semblerait être le seul qui n’aurait pas peur d’elle. Car la jeune fille cache au fond d’elle un terrible secret, une malédiction, un cruel manque de confiance en elle. Une fragilité – qui s’opposera au côté sauvage, indomptable de Laurent. Avec ce côté-ci du roman, c’est la quête identitaire de Gemma qui se retrouve placée au centre : cette jeune femme qui rêve de liberté, ne la trouvera vraiment que quand elle se sera acceptée telle qu’elle est, sans se soucier davantage de ce que pourraient penser les autres, d’elle, de son secret, et en s’autorisant à vivre la vie qu’elle veut, pour elle, au plus profond d’elle-même. C’est de sa peur qu’il lui faut s’affranchir, et le moins que l’on puisse dire c’est que le chemin ne sera pas aisé ! Enfin, et pour le coup, c’était assez prévisible, c’est une histoire d’amour qu’on retrouve, avec un petit triangle amoureux, quelques rebondissements et révélations. Mais si la fin était prévisible, j’ai apprécié le chemin choisi.

Si tous les personnages sont intéressants et apportent leurs lots de secrets et surprises, ma préférence va clairement à Laurent. Son côté sauvage, passionnel, mystérieux, parfois dur, parfois tendre m’a beaucoup plu. D’une certaine façon, c’est lui qui pourra sauver Gemma, dans tous les sens du terme. J’ai également plutôt apprécié Gemma, bien que j’ai été déçue de la voir envisager un peu trop aisément de vivre dans le mensonge, par facilité. On a de jolis instants de pensées quand Gemma nous livre ce qu’elle ressent, mais aussi un beau moment, touchant, offert par la petite Jeanne.

Finalement, mon seul grand regret réside dans le fait que le côté « solstices », malédiction, ne soit pas si important au regard de l’histoire d’amour et de la révolte paysanne. Je m’explique : on apprend peut-être à environ un tiers/à la moitié du roman ce qui est arrivé à la jeune fille, il y est encore fait mention un peu après, mais vu l’importance de la chose, j’aurais préféré que sa place soit plus grande (on parle énormément des émeutes, des différentes effarouchées et autres altercations, par exemple) et pas uniquement dans le cadre du rapport de Gemma aux hommes (peur d’être jugée comme un monstre), car après tout, c’est dans ses chairs qu’elle en souffre, et ce côté est plutôt survolé pour moi.

En bref, avec ce roman j’ai fait une belle découverte de la plume de l’auteure : agréable, fluide, j’ai été agréablement surprise. L’histoire est assez courte et se lit vite, c’est prenant, captivant, et les pages défilent vite.

Un grand merci aux éditions Gloriana pour la découverte de ce titre !

logo1-copie

Publicités

14 réflexions sur “Solstices – Laetitia Arnould

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s