Les fils de George – Manu Causse

9782362661501FS

 

Éditeur : Talents Hauts

Collection : Ego

Parution : 16 juin 2016

Genre : Jeunesse

 

Résumé : – Et ton copain, alors ? Il allait bien ?
Je commence à lui expliquer que Mardochée n’est pas vraiment un copain, juste un type de la classe ; je lui raconte ce qui s’est passé. Je n’aurais sans doute pas dû car, au bout de quelques minutes, elle me coupe la parole pour me demander :
– Il s’appelle vraiment Mardochée ? C’est bizarre, quand même.
– C’est son nom, quoi.
Elle me regarde d’un air soupçonneux :
– C’est pas un de ceux de la secte, quand même ?
Je ne réponds pas, ça ne servirait à rien. Je n’aime pas lui mentir et elle ne va pas aimer la vérité.

 

Avis : Comme vous le savez peut-être, j’aime beaucoup la collection « Ego » de Talents Hauts, des textes forts, sur des sujets importants, parmi lesquels j’ai déjà trouvé de petites pépites. D’ailleurs la promesse de la collection, c’est « des romans courts et choc pour les ados qui disent « Je ». Si vous ne connaissez pas encore, je vous invite fortement à découvrir leur catalogue. Pour retrouver mes chroniques de la collection, c’est par ici : Grosse folie de Raphaële Frier, Mauvais fils toujours de Raphaële Frier, Trop tôt de Jo Witek, La porte de la salle de bain de Sandrine Beau.

Au lycée, il y a des jeunes qui font parler d’eux. La rumeur court qu’ils font partie d’une secte, l’Eglise congrégationniste du livre de George. Qu’ils s’appellent les Fils de George. Pourtant, même si on l’a mis en garde, Léo est intrigué par Mardochée. Quand enfin il arrive à avoir une discussion avec lui, il est choqué par ce qu’il entend, tout en pressentant que, peut-être, il peut faire quelque chose pour ce jeune garçon. Qu’il doit, faire quelque chose. Du temps, il n’en a pas beaucoup : dès leurs 16 ans, les jeunes sont retirés de l’école, et on ne les voit plus. Mais la mort d’un camarade de Mardochée va pousser l’adolescent à se poser certaines questions.

J’ai beaucoup aimé découvrir ce roman, qui s’attaque à un thème dont on parle peu (à ma connaissance, en littérature jeunesse) : les sectes. Ici, l’imprégnation de Mardochée est d’autant plus grande qu’il a grandi dedans ; il n’a quasiment pas d’autres souvenirs. On suit avec lui les étapes de son quotidien, les rituels auxquels il s’adonne, les phrases qu’il répète, qui donne tellement l’impression d’un lavage de cerveau. Je pense que le plus terrifiant, c’est qu’on se rend compte à quel point il est dur d’agir, tant qu’il n’y a rien d’illégal. Par contre, c’est intéressant de voir le processus, les façons d’approcher les gens, et de conditionner les jeunes, pour justement agir comme prévention, sensibiliser les jeunes. Car si finalement l’histoire se termine bien pour Mardochée, ça n’a pas été le cas pour son camarade Chrysostome, et surtout, on sait bien que dans la vraie vie, tout n’est pas si facile et que des tas de personnes sont encore concernées de près ou de loin.

J’ai bien aimé les personnages, surtout Léo, qui ne laisse pas tomber face à la carapace de Mardochée. Il a un rôle essentiel dans cette histoire. Au début, c’est un peu dur d’apprécier Mardochée, on a de la peine pour lui, l’envie qu’il s’en sorte, pourtant il a l’air presque … d’un robot, sans personnalité, on a envie de le secouer – tout en sachant pertinemment qu’il n’y est pour rien, qu’il va y avoir du travail avant qu’il ouvre les yeux. Mais au fur et à mesure, en voyant le comportement de son père, les brimades, les punitions, la dureté de leurs traitements, c’est dur de ne pas être touché. D’ailleurs, ce roman sert aussi à s’interroger : qu’est-ce qu’on ferait à la place de Léo, ou d’un autre camarade de classe ? Comment on réagirait, si on nous imposait, ado, de vivre dans une secte ? Ou si un ami, un voisin, un enfant était abordé ?

Autre point que j’ai apprécié, c’est le choix de narration : on suit une fois Mardochée, une fois Léo, ce qui est pas mal pour savoir ce que pensent et vivent les deux garçons, et s’attacher à eux.

En bref, un roman qui aborde le thème des sectes, de façon juste et percutante. Il y est question de liberté, de choix, d’amitié, aussi. A découvrir, pour qu’il n’y ait pas de nouveau Chrysostome, pour prévenir des dangers.

 

Merci aux éditions Talents Hauts pour la confiance et la découverte !

 

libr

Pour découvrir ce roman, c’est par ici !

10 réflexions sur “Les fils de George – Manu Causse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s