Avec des si et des peut-être, Carène Ponte

005486216.jpg

 

Éditeur : Michel Lafon

Parution : 24 mai 2018

Genre : Littérature, feel-good

 

Résumé : Professeur de français, Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert  (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cent mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur).

Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander : « Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ? » En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel…

Mais à trop réfléchir « avec des si et des peut-être », ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ? Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

 

Avis : Comme je disais sur Facebook, c’est toujours un grand plaisir de commencer un roman de Carène. Je sais que je vais pouvoir déconnecter quelques heures, me détendre, rire, avec un bon bouquin. Dire que c’est déjà le troisième publié aux éditions Michel Lafon ! Le temps passe, et je suis ravie de ce désormais rendez-vous annuel.

Sans être malheureuse de sa vie, Maxine ne peut s’empêcher de se demander ce qu’elle aurait pu être si elle n’avait pas choisi tel chemin, pris telle décision à un moment donné. Si elle avait persévéré dans le journalisme. Si elle avait tourné à gauche plutôt qu’à droite. Bref, vous voyez le genre ! Pourtant, à rêver de ce qui aurait pu être, la vie semble avoir réservé un drôle de tour à Maxine …

Je ne vais pas trop vous en dire sur l’intrigue, car pour ma part, j’ai apprécié que le résumé n’en dise pas trop : je ne savais pas quelle surprise la vie pouvait bien réserver à Maxine, et je n’ai rien vu venir avant d’y être. Pendant la première partie du roman, je me suis même demandée où voulait nous emmener Carène. La fin par contre est largement plus prévisible, ce qui ne m’a pas vraiment dérangée, bien que je n’aurais pas été contre un autre choix (encore une question de choix !).

J’ai beaucoup apprécié Maxine, son humour, ses doutes. C’est une jeune femme pétillante et énergique. Mais c’est aussi sa façon d’être qui m’a plu, car cette question de choix, de doutes, c’est quelque chose qui me parle beaucoup. Je ne compte plus le nombre de fois où j’embête quelqu’un de mon entourage en lui demandant si on aurait été amis si telle ou telle chose s’était passée différemment. Le nombre de fois où je me demande ce que je ferais, où j’en serais aujourd’hui si je n’avais pas déménagé il y a 4 ans pour le boulot. A chaque fois que j’ai une décision à prendre, j’essaie d’envisager les conséquences, mais la vérité, c’est qu’on ne peut pas savoir, à moins de se dédoubler et de mener des vies parallèles 🙂 Alors autant essayer de rester un maximum fidèle à soi-même, non ? En tout cas, cet aspect du personnage de Maxine permet aussi au lecteur de s’interroger sur sa vie et les choix qui l’y ont conduit.

Mais dans ce roman, on retrouve d’autres thèmes importants, qui m’ont également parlé. L’importance de ces liens, nés du hasard, d’une évidence. Ces amitiés placées sur notre chemin, parce qu’on a pris telle direction, qu’on a été à tel lycée ou accepté tel boulot, et dont on imagine plus vivre sans. L’importance de la famille, qu’un rien peut faire exploser, ou souder à jamais. Et cette question de culpabilité qui m’a beaucoup touchée, à travers le personnage de Moune, si attachante. C’est ça aussi que j’aime dans les romans de Carène : elle a un don incroyable pour nous faire sourire, rire. L’humour est quasi omniprésent. Et quand on la connaît c’est juste logique : c’est une femme pétillante, pleine de joie de vivre, et ça se retrouve dans ses textes. Mais il n’y a pas que ça. Ce que j’aime dans ses romans, je disais, c’est aussi l’émotion distillée au fil des pages. Je n’ai pas pleuré comme pour « tu as promis que tu vivrais pour moi »mais certains passages, certains dilemmes de Carène m’ont profondément émue.

L’autre force des romans de Carène, c’est ses personnages. Comme je disais, j’ai beaucoup aimé Maxine, mais les personnages secondaires sont tout aussi bien travaillés et attachants. Avec ses deux meilleures amies, elles forment une joyeux bande qu’on aurait envie d’intégrer. Quant à Claudia, et bien disons que son personnage nous offre de bonnes doses d’humour et d’originalité qui apportent une touche sympathique au roman.

En bref, voici encore un chouette moment de lecture passé grâce à Carène. Si j’ai trouvé ce roman bien différent des deux précédents, on y retrouve toutefois ce qui fait la force de ses textes : une bonne dose d’humour, diverses émotions, et ses personnages. Si vous cherchez une lecture légère-mais-pas-que, pétillante pour cet été : n’hésitez plus, c’est celui-là qu’il vous faut !

 

Un grand merci à Carène de m’avoir permis de découvrir son roman !

 

Découvrez d’autres romans de Carène Ponte :

25 réflexions sur “Avec des si et des peut-être, Carène Ponte

  1. J’ai juste survolé ton avis car la lecture est prévue pour bientôt. En tout cas, ta chronique est positive et c’est tant mieux +

  2. Pingback: Gros sur le cœur – Carène Ponte | ☆ L'heure de lire ☆

  3. Pingback: D’ici là, porte-toi bien – Carène Ponte | ☆ L'heure de lire ☆

  4. Pingback: Et ton cœur qui bat – Carène Ponte | ☆ L'heure de lire ☆

Répondre à Melly's Book Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s