Sans elle – Amélie Antoine

23131784_10155418014269331_2165601235091450388_n

 

Éditeur : Auto-édité

Parution : 9 novembre 2017

Genre : Littérature

 

Résumé :  Il était une fois une famille heureuse et unie. Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient.
Jusqu’à un soir de feu d’artifice où l’une d’elles se volatilise brutalement.
Il était une fois deux fillettes inséparables. Jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une.
Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

 

Avis : Fin d’année dernière, j’avais découvert la plume de Solène Bakowski avec Avec elle, qui avait été un gros coup de cœur. J’avais hâte de découvrir la version d’Amélie Antoine puisque les deux autrices ont choisi le même point de départ à leurs histoires, et que cette dernière m’avait déjà bluffée une fois avec Fidèle au poste. Comme à mon habitude, j’ai donc laissé traîner ce livre dans ma PAL, forcément !

Tout commence un soir de 14 juillet, dans cette petite famille du Nord, tout ce qu’il y a de plus normal. Quand l’une des jumelles est punie et doit rester à la maison avec papa, l’autre part voir les feux d’artifices avec sa maman. Et tant pis si Coline n’a fait qu’obéir à Jessica, et n’est techniquement pas la seule responsable, maman ne veut rien entendre. Contre tout attente, cette nuit va changer leur vie de manière irrémédiable. Alors qu’elle s’élance pour aller chercher un bracelet lumineux, la petite fille disparaît. Des heures, des jours de recherches plus tard, Jessica reste introuvable. Commence alors les médisances (et si c’était la mère ? Après tout, quelle mère digne de ce nom laisse sa fille en plein milieu d’une foule ?), les peurs (et si on ne la retrouvait jamais ?), les doutes (et si c’était un voisin ? et si maman aurait préféré que ce soit moi ?) …

Ah, quel bonheur de retrouver la plume d’Amélie Antoine. Il n’y a pas à dire, je suis vraiment fan de son style, qui donne vraiment toute sa force à son récit. C’est glaçant, c’est insidieux, les pages se tournent à toute vitesse, et pourtant il ne se passe pas « grand chose » une fois Jessica disparue. Mais voilà, comment rester insensible face à la disparition d’une petite fille ? J’ai trouvé que l’autrice ici retranscrivait avec beaucoup de justesse les conséquences d’un tel drame sur une famille, une ville.

Contrairement à Avec elle, on connaît moins la Jessica de ce roman ici, puisqu’elle disparaît à l’âge de 6 ans. On suit principalement Coline, on la voit grandir, tenter de trouver sa place, de se reconstruire et de ne pas être seulement « la sœur de la fille disparue ». Pas toujours facile quand l’enquête est toujours en cours, ou que ses parents se déchirent sous le poids des culpabilités. Ou quand, petit à petit, on fini par se dire que le fantôme, c’est celui qui reste, que, peut-être, notre mère aurait préféré que ce soit l’autre enfant qui disparaisse.

A la fin du roman de Solène Bakowski, je me demandais si Coline et sa famille n’auraient pas été plus heureuses sans Jessica (oui, je sais, c’est un peu horrible de dire ça, mais lisez son roman, ahah !), et finalement, je n’ai pas de réponse à cette question. Si à chaque fois, j’ai apprécié le personnage de Coline (même si elle n’est bien sûr pas parfaite), à chaque fois c’est avec celui de la mère que j’ai le moins accroché. Et pourtant, dur de savoir comment on réagirait à sa place. C’est un personnage complexe malgré tout. J’ai également beaucoup apprécié retrouver des points, des personnages, des caractères, croisés dans le roman de Solène, et de voir, justement les différences, dues au chemin différent qu’a pris l’histoire. On a envie de les interpeller, et de leur dire « eh, vous savez que dans une autre vie vous auriez fait ci, ou ça ? ».

Ce ne sera pas une surprise si je vous dit que j’ai adoré ce roman – même si, franchement, Amélie, tu pourrais ménager tes lecteurs et tes personnages un peu, je n’étais pas prête à une telle fin ! J’aime cette idée de point de bascule, cette opportunité de voir à quel point un micro détail peut complètement changer la donne. On se demande souvent « et si … », et pourtant, il y a des tas de choses dont on a même pas conscience ! Et si j’avais traversé plutôt à tel endroit, si j’étais partie faire mes courses lundi plutôt que mardi, et si j’avais passé mon coup de fil une demi-heure plus tôt. Peut-être que tous nos actes n’ont pas de réelles conséquences, mais parfois, il suffit d’un rien pour que nos vies prennent un chemin totalement différent …

Vous l’aurez compris, ce roman a été un gros coup de cœur également (ce dont je ne doutais pas, avec Amélie Antoine). Pour ceux qui n’ont pas encore sauté le pas et découvert cet excellent projet, bonne nouvelle : Michel Lafon sort le 8 novembre une édition qui regroupe les deux textes ! Je serai d’ailleurs très curieuse de le lire, histoire de voir s’il y a eu des modifications 🙂

 

Pour découvrir ma chronique sur Avec elle, cliquez ici !

 

22894012_1649502608446843_4439705285949733224_n

Publicités

16 réflexions sur “Sans elle – Amélie Antoine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s