Comme des images – Clémentine Beauvais

9782377312894-475x500-1.jpg

 

Éditeur : Sarbacane

Collection : Exprim’

Parution : 4 Septembre 2019

Genre : Young Adult

 

Résumé : Il était une fois… des ados sages comme des images. au prestigieux lycée Henri-IV, à Paris. L’histoire commence le jour où Léopoldine rompt avec Timothée. Et où Timothée envoie un mail avec une vidéo de Léopoldine, à tout le monde. Les profs, les lycéens, les parents : tout le monde.

 

Avis : Clairement, je suis loin d’avoir lu toutes les œuvres de Clémentine Beauvais, pourtant, pour moi, depuis quelques années, c’est devenu une valeur sûre. Si bien que quand j’ai vu que son roman Comme des images était réédité, je n’ai pas voulu passer à côté.

Dans un prestigieux lycée parisien, où l’investissement et la réussite sont de mises, les ados sont sages comme des images. Enfin, c’est ce qu’ils voudraient bien nous faire croire. Quand Léopoldine rompt avec Timothée pour un autre, elle est loin d’imaginer qu’il va envoyer une vidéo intime d’elle à tous, et encore moins tout ce qui va en découler.

Plonger dans un roman de Clémentine Beauvais, pour moi, c’est l’assurance de passer un excellent moment, et ce roman-ci n’a pas dérogé à la règle. Du point de vue de la forme déjà. C’est fluide, ça se lit très vite, et très bien. C’est écrit divinement bien, les touches d’humour et les références littéraires sont savoureuses. Bref, la plume de l’autrice est tout bonnement parfaite : c’est un régal. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les alternances de récits, entre la narratrice, les commentaires Youtube, règlements intérieurs ou autres lettres. Et puis, et puis, le fonds. C’est juste, ça touche en plein cœur, elle nous prend, nous embarque, tout en soulignant une dérive, mettant en lumière un souci, pointant un message. C’est profond, réaliste, violent, mais efficace, nécessaire.

Avec Comme des images, Clémentine Beauvais nous parle de plusieurs choses. Il y a cette pression, c’est nécessité de réussir, de ne pas être « rien ». Il ne suffit pas d’avoir le BAC, il faut la mention. La moyenne ? N’y pensez même pas, il faut l’excellence. Ce qui fait que, même si l’on se fait des amis, on reste finalement avant tout des concurrents. Il faut se comparer, se mesurer, s’affronter sans cesse. Puis il y a ces relations, parfois toxiques, ceux qui évoluent dans « l’ombre de ». Ce manque de communication ados/adultes, de réaction du corps enseignant même. Qui fait que, finalement, bien qu’entouré, on reste seul.

Et puis, on en parle, de cette facilité avec laquelle maintenant on peut nuire à quelqu’un ? En un clic, quelque chose censé rester dans l’intimité de deux personnes se retrouve diffusé par mail, sur les réseaux, au monde entier. Avec quelle facilité des gens qui n’ont rien à voir dans cette affaire prennent position pour l’un ou l’autre de ces parties ? Croyez-moi, ce roman est un très bon roman sur l’adolescence et tout ce qu’elle comporte, de bon, comme de pire.

Enfin, l’ambiance, instaurée dès le premier chapitre. Un corps, un drame. Que s’est-il passé ? Y-a-t-il un rapport avec le choix de Léo ? D’abord, de qui parle-t-on, vraiment ? Les pages défilent, on a envie de savoir, de comprendre, ce qui s’est passé, comment ça a pu se produire, pourquoi. Mais je ne vous en dirai pas plus !

En bref, un roman choc, qui reste longtemps en tête une fois la dernière page tournée. Clémentine Beauvais frappe encore une fois fort, nous montrant une fois de plus l’étendue de son talent. Un seul conseil, foncez !

 

Un grand merci aux éditions Sarbacane pour la confiance et la découverte !

 

 

De la même autrice :

25 réflexions sur “Comme des images – Clémentine Beauvais

  1. Bonjour,
    Votre publication me tente fortement, peut-être parce que j’ai encore deux jeunes femmes qui sont en étude.
    Et puis parce que je sais combien nos jeunes ont la pression, être le meilleur, réussir afin de s’en sortir, du moins l’espérer. Les mentalités étaient autre aussi, plus de respect…
    Je suis triste pour eux, nous avons eu la chance de vivre dans la naïveté, nous leurs parents…
    Merci pour ce partage, douce fin de semaine à vous 🙂

  2. J’ai beaucoup aimé Songe a la douceur, il faut absolument que je lise les Petites reines qui est dans ma PAL mais là, tu me fais ajouter celui-ci directement à ma WL aussi ! Il a l’air vraiment percutant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s