Time Bomb – Joelle Charbonneau

9782408007812

 

Éditeur : Milan

Parution : 28 août 2019

Genre : Young Adult

Traductrice : Amélie Sarn

 

Résumé : En ce samedi précédant la rentrée, le lycée devrait être vide. Pourtant, six ados y sont : Diana, la fille du sénateur, qui veut s’occuper de l’annuaire des élèves ; Rachid, qui cherche à se fabriquer une nouvelle carte de lycéen qui ne le stigmatiserait pas ; Z, parce qu’il est à la rue suite au décès de sa mère quelques semaines auparavant ; Tad, qui entend remettre à leur place ses coéquipiers de l’équipe de foot ; Cassandra, victime de bullying et bien déterminée à faire bouger les choses. Chacun a une bonne raison d’être là ; chacun a quelque chose à cacher.

Soudain, deux bombes explosent, et les ados se retrouvent confinés dans le lycée. Chacun jauge l’autre, se méfie. Les peurs et les vieux démons redoublent lorsque les lycéens comprennent que le poseur de bombes est parmi eux, et qu’une troisième bombe menace d’exploser. Aussitôt, les soupçons se tournent vers Rachid, parce qu’il est musulman. Mais le véritable poseur de bombes, bien sûr, a un tout autre motif pour agir…

 

Avis : Dorénavant, il suffit que je vois le nom de Joelle Charbonneau sur la couverture d’un livre pour avoir envie de le lire. Cette fois encore, ça n’a pas loupé, sans même vraiment lire le résumé, je voulais le découvrir ! – et puis, il faut dire que je trouvais ça intéressant de la lire dans un autre registre que du fantastique.

Quelques jours avant la rentrée, des bombes explosent dans un lycée. Parmi les personnes présentes, on trouve Diana, Frankie, Tad, Cass, Z et Rachid. Des ados qui pour la plupart ne s’étaient jamais adressé la parole, et qui vont devoir s’entraider pour survivre. Se faire confiance. Parce qu’il semblerait qu’une nouvelle bombe est sur le point d’exploser, et que le responsable serait parmi eux…

Ce roman s’ouvre sur une scène en plein cœur du drame, nos protagonistes sont réunis, on apprend que l’un d’eux est responsable. Puis on rembobine, et on redécouvre le fil de cette journée de l’horreur, alternant entre les différents points de vue, à mesure que le temps passe..

La tension est donc à son comble : que l’on suive l’un ou l’autre des personnages, on a envie de leur crier de ne pas se rendre au lycée, de changer de direction. Mais les pages se tournent et les conduisent inexorablement vers leur destin. Parce que chacun d’eux est en colère, blessé, fatigué, chacun d’eux s’est donné une mission aujourd’hui, et chacun d’eux a une raison plus ou moins bonne d’aller au lycée. Bien sûr, on ne sait pas forcément ce qu’ils ont décidé d’y faire, ce qui laisse planer le doute sur chacun… même si pour ma part j’en ai rapidement éliminé deux (l’un parce que ça aurait été trop « facile » et décevant que ça soit lui, l’autre parce que j’ai vite deviné ce qu’elle (oui, c’est une fille :-P) comptait faire au lycée ce jour-là) et finalement deviné le responsable avant la fin.

Voir ces jeunes tout faire pour sauver leur peau, quitter un étage, une salle, mêler leurs idées, leurs compétences pour sauver une vie, a été vraiment prenant ; on ne voit pas défiler les pages, c’est vraiment addictif. Et puis l’écriture de Joelle Charbonneau nous fait parfaitement ressentir l’horreur de la situation, la pression, l’angoisse, la peur de tout voir s’écrouler, s’enflammer, les emporter.

Au-delà de juste savoir qui est responsable, j’ai aimé les questionnements, les réflexions. Déjà, bien évidemment sur ces attentats – on a beau savoir que c’est horrible, là, voir « de l’intérieur », imaginer ce que l’on peut vivre dans ces cas-là, c’est assez terrifiant -, cette facilité à rentrer dans un établissement et provoquer autant de dégâts (humain, matériel). Et puis, on se retrouve avec des personnages tous différents les uns des autres, qui doivent faire face quotidiennement à un deuil, une pression, du racisme, du harcèlement, une différence. Le temps d’un instant, toutes ces barrières tombent, ce sont juste des jeunes qui tentent de survivre et qui vont mêler leurs forces.

Je n’en dirais pas plus pour ne pas dévoiler la fin, mais en tout cas, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Peut-être que l’autrice aurait pu aller un peu plus loin dans la réflexion, mais c’est déjà une bonne chose d’aborder un si grave sujet d’actualité, et de déconstruire un peu les clichés.

En bref, voici un roman addictif, où la tension monte au fur et à mesure des pages, qui rappelle également de ne pas juger les apparences. A découvrir !

 

Merci aux éditions Milan et Pageturners pour la confiance et l’envoi !

11 réflexions sur “Time Bomb – Joelle Charbonneau

  1. Je déteste quand on commence par une scène qui se déroule en fait tout à la fin du roman et qu’on fait une remontée dans le temps. Ca m’énerve XDDD Mais sinon, ce roman a l’air très page turner !
    Kin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s