Mamie Luger – Benoît Philippon

Editeur : Le livre de poche

Parution : 27 mai 2020

Genre : Roman noir

Résumé : Six heures du matin : Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate.

Huit heures : l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger vide son sac, et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors…

Aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

Avis : Je n’avais jamais entendu parler de ce titre avant de le découvrir dans la story Insatram d’Anne-Gaëlle Huon. Fortement intriguée, je le gardais un coin de la tête. Puis subitement, je l’ai vu de plus en plus dans mon fil d’actualité, alors à force et mes vacances approchant, vous comprendrez que j’étais obligée de craquer 😛

Alors que le jour se lève, Berthe, 102 ans au compteur, fait feu sur la police. Après avoir troué le… pantalon de son voisin (ce dernier portant bien évidemment le premier). Ni une ni deux, une fois la centenaire maîtrisée, la voici placée en garde-à-vue. Pour l’inspecteur Ventura commence alors l’interrogatoire le plus long, le plus surprenant, le plus bouleversant de sa carrière. Parce que la mamie Luger, on peut dire qu’elle en a des secrets ! Et ils sont sur le point d’être déterrés.

Quand j’ai commencé ce roman, je me suis demandé où je mettais les pieds. Mais dès que l’interrogatoire a commencé, j’ai été captivée, et là, plus moyen de reposer le livre. Berthe commence son récit par répondre à la question que tout le monde se pose : comment est-elle rentrée en possession d’une arme nazie. Mais son histoire ne s’achève pas là. Parce que mamie Luger en a dégommé des bonshommes. Des assassins, des violeurs, des mauvais, des infidèles, des relous – et beaucoup de maris dans le lot.

Très vite, l’interrogatoire prend la forme d’une confession, de celle qu’on lance quand on sent que la fin approche. Il faut dire qu’au bout de 102 ans – et maintenant que ses petits secrets sont dévoilés au grand jour – Berthe n’en a à priori plus pour très longtemps. Si on découvre que cette dernière est une tueuse en série, c’est impossible de la détester. Sans aller jusqu’à cautionner ses actes, on va dire que certains étaient plutôt justifiés ! Et surtout, surtout, quelle femme ! Forte, indépendante, attach(i)ante, Berthe vit sa vie comme elle l’entend, et elle aurait tort de se priver !

Et puis clairement, sa répartie fait tout le sel du roman. C’est brut, corrosif, sarcastique tellement bien trouvé, tellement drôle ! Je ne pensais pas m’amuser autant au milieu de tant de cadavres. Certaines parties de sa vie sont plus touchantes – son histoire avec Luther m’a mis du baume au cœur avant de me le briser. D’autres sont révoltantes. Moi qui aime les romans prenant place durant la seconde guerre mondiale j’ai adoré cette partie.

Enfin, on aborde tellement de sujets importants ! La place de la femme, le respect, le viol, l’impossibilité d’avoir des enfants, la guerre, le racisme, les violences conjugales. Derrière cette histoire réjouissante, Benoît Philippon porte à réfléchir et c’est génial.

En bref ? Je ne peux que vous encourager à votre tour à découvrir ce roman noir mais drôle, touchant, étonnant, prenant, à faire la connaissance de Mamie Luger, cette femme étonnante, forte… Inoubliable tout simplement !

24 réflexions sur “Mamie Luger – Benoît Philippon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s