Vingt mille lieues sous les mers – d’après l’oeuvre de Jules Verne

J02187

 

Éditeur : Gallimard Jeunesse / France Culture

Parution : 14 novembre 2019

Genre : Livre CD

 

Résumé : Aux côtés de l’impressionnant capitaine Nemo, le professeur Aronnax et son domestique Conseil découvrent toutes les merveilles et les dangers du monde sous-marin.

Le célèbre roman de Jules Verne dans une édition inédite du concert fiction diffusé le 2 juillet 2016 sur France Culture.

 

Avis : Qui n’a jamais entendu parler de ce monument de la littérature française ? Ici, le texte a librement été adapté par Stéphane Michaka et grâce à la musique de Didier Benetti, on embarque pour une plongée fantastique et passionnante dans l’univers de Jules Verne.

Ce titre c’est 60 minutes d’écoute, 15 comédiens talentueux et 60 musiciens de l’Orchestre National de France – accompagnés de magnifiques illustrations – qui créent une ambiance particulière. On est complètement immergé dans l’histoire, et on ne voit pas le temps passer.

Conseillé à partir de 7 ans, ce concert-fiction permet un premier pas dans ce grand roman de Jules Verne et devrait plaire à coup sûr !

 

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

Contes de la vallée ; les pieds dans l’eau – Carles Porta

139755_couverture_Hres_0

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 6 juin 2019

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Le temps passe tellement vite ces derniers temps, que finalement, dans à peu près un mois, nous serons déjà en été (mais si, mais si). C’est pourquoi, aujourd’hui, j’ai choisi de vous présenter cet album qui fait partie de cette belle série d’aventures que l’on suit au fil des saisons.

139755_interieure_Pages Interieures_0

Nous voici de retour dans cette vallée secrète, nichée au cœur de hautes montagnes. L’été arrive, et comme chaque année, les habitants de la vallée se réunissent autour d’un feu de camp pour se raconter de fantastiques histoires. A chaque fête, Aqua, une étrange créature bleue, observe les habitants de loin. Elle aussi, elle vit dans la vallée, mais elle se sent si différente qu’elle fait tout pour ne pas se faire remarquer. Jusqu’à ce que Max, arrivé récemment, s’intéresse à cette inconnue à l’étrange musée !

139755_interieure_Pages Interieures_1

Quel plaisir de découvrir ce dernier album de la série de Carles Porta ! Des personnages attachants, de magnifiques illustrations, des histoires un peu décalées, loufoques, mais en même temps qui abordent d’importants sujets. Ici, après une drôle d’aventure et avoir dépassé leurs à priori, nos habitants de la vallée vont finalement se faire une nouvelle amie et partager de beaux moments tous ensemble !

Si vous avez l’occasion de découvrir cette série originale, aux illustrations fantastiques et qui stimule l’imaginaire, n’hésitez pas !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

 

Dans la même collection :

Héros de la mythologie grecque – Martine Laffon & Martin Jarrie

HEROS-GRECS-couv

 

Éditeur : Les fourmis rouges

Parution : 18 octobre 2018

Genre : Album documentaire

 

Résumé : Pourquoi Ulysse erre-t-il si longtemps avant de rejoindre Ithaque ? Dans cet album, Martine Laffon, spécialiste des mythes et cosmogonies, nous conte les prouesses de Thésée, Héraclès, OEdipe, Persée, Jason et Ulysse. Avec concision, la philosophe nous fait entrer dans la psychologie des personnages et nous éclaire sur la motivation de leurs actes. Ainsi demi-dieux et hommes d’exception perdent une part de leur mystère et l’on s’y attache d’autant plus. Par la modulation du ton, Martine Laffon réussit à placer ces épopées à hauteur d’enfant. En miroir du texte, les illustrations de Martin Jarrie, véritables tableaux narratifs, font de l’ouvrage un objet singulier et à destination des curieux de tous âges !

 

Avis : Décidément, vous allez finir par penser que je suis en pleine période mythologie ! Mais regardez cette belle couverture ! Puis la mythologie, quoi ! Vous comprendrez bien que quand j’ai vu ce titre dans le catalogue des éditions des fourmis rouges, je ne pouvais pas résister 😛

Cet album grand format nous invite à (re)découvrir certains héros de la mythologie grecque, les plus connus même je dirais : Persée, Œdipe, Thésée, Héraclès, Jason, Ulysse. De grandes pages s’étalent et nous emmènent à Athènes, en Crète, à Argos, à Thèbes, sur les traces de ces héros mythologiques. On y lit leurs aventures avec le minotaure, l’odyssée d’Héraclès jusqu’à son retour chez lui, la quête de la toison d’or, etc.

HEROS-GRECS-DP-6-1024x721

Le texte est assez dense mais le tout ne s’étale que sur quelques pages à chaque fois, on a toujours une illustration. J’ai parfois trouvé que certains passages étaient raccourcis ou manquaient de détails qui pourtant rajoutent quelque chose à l’histoire pour moi (Ulysse et le Cyclope, Héraclès où c’est Héra qui le place au service de son cousin), MAIS pour les enfants auxquels s’adressent cet album (dès 6 ans) c’est laaaargement suffisant comme première approche. Les curieux auront tout le loisir d’explorer plus en détails ces histoires plus tard.

HEROS-GRECS-DP-26-1024x721

Quant aux illustrations, ce ne sont pas forcément mes préférées mais elles restent très belles et surtout collent bien au récit. En plus, je trouve que le côté grand format donne encore plus d’importance aux textes et illustrations, et fait du livre un bel objet à ranger dans la bibliothèque.

HEROS-GRECS-DP-11-1024x721

En bref, si vous avez un cadeau à faire à un curieux de récits mythologiques, n’hésitez pas. Personnellement, cet album, c’est typiquement le genre de titre que j’aurais soigneusement noté sur ma liste de Noël ou d’anniversaire plus jeune !

 

Un grand merci aux éditions des fourmis rouges pour la confiance et l’envoi !

Bob & Marley ; L’hôtel à insectes – Marais & Dedieu

140480_couverture_Hres_0

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 16 mai 2019

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Nous revoici avec nos deux amis préférés !

Aujourd’hui, Marley construit un hôtel à insectes. Intrigué, Bob a très envie de s’en occuper aussi, mais attention, on ne fait pas ça n’importe comment ! Marley, lui explique qu’il devra s’occuper des chambres, changer les draps, faire la poussière, hé oui, ne protège pas la vie qui veut !

Bob prend sa tâche très à cœur et se donne à fond, tellement qu’il finit épuisé et est obligé d’engager quelqu’un pour l’aider… je vous laisse découvrir qui !

Quel plaisir de retrouver Bob et Marley dans cette nouvelle aventure ! Ici, on parle responsabilité, autonomie, mais aussi nature, et préservation de la vie. Un thème d’actualité, qui permettra aux parents et aux enfants de discuter un peu autour de ça. Comme toujours, la chute est très drôle !

En bref, voici un album tendre et drôle pour parler de responsabilité et nature !

 

Dans la même collection :

Blanche et les chats – Jérémie Fleury

couv32142190

 

Éditeur : Auzou

Collection : Les albums Auzou

Parution : 3 octobre 2019

Genre : Album Jeunesse (dès 3 ans)

 

Avis : Blanche attend ses enfants et petits-enfants pour manger. Pour l’occasion, elle a mis les petits plats dans les grands et a fait une belle brioche. Mais à peine le dos tourné, un chat gourmand vient croquer la pâtisserie, puis d’autres s’attaquent au poulet, aux pommes de terre. Zut à la fin ! Tant pis, on commandera des pizzas.

blanche-et-les-chats-tome-1

Mais une fois à table avec sa famille, des chats, toujours plus nombreux, arrivent, et quoiqu’elle essaie, ils sont toujours là.

blanche-et-les-chats-tome-1 (1)

Heureusement, Blanche a une super idée pour être enfin tranquille, et il semblerait bien que ça marche ! Enfin …

Est-ce utile de vous préciser que dès que j’ai vu la couverture, si belle et pleine de chats, j’étais obligée de craquer ! 😛 Et une fois l’album ouvert, je n’ai pas du tout été déçue. J’ai retrouvé ces magnifiques illustrations, douces, colorées, avec un côté rond attendrissant, enfantin, tendres.

L’histoire est mignonne et très drôle. Il y a de fortes chances que l’enfant éclate de rire plus d’une fois ! Quant à la fin ? Elle donne à penser que Blanche n’est pas prête d’être tranquille 🙂

En bref, voici une chouette histoire, drôle et attachante, idéale pour les amoureux des chats !

Il était 3 fois ; La belle au bois dormant – Davide Cali & Amélie Falière

9782092572344

 

Éditeur : Nathan

Parution : Mars 2018

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Les contes classiques, ça vous parle ? Et tiens, une revisite des contes, ça vous dit ? Dans cette collection, je vous ai déjà présenté un album sur Boucle d’or et les Trois Petits Cochons, et à chaque fois, ce n’est pas une, mais trois propositions qu’on trouve (d’où le, « il était trois fois » :-P). Ici, l’album se consacre à la Belle au bois dormant.

Dans la première version que nous propose Davide Cali, la Belle au bois dormant devient narcoleptique à 16 ans. Imaginez, une princesse qui s’endort n’importe où, n’importe quand ! En réunion, au théâtre, en dansant. Les magiciens défilent pour l’aider, mais peine perdue. Et puis cette boule de cristal, là, qui montre des choses toutes floues ! Jusqu’à ce que la petite sœur d’Aurore (le prénom de la Belle au bois dormant) trouve le réglage et par la même occasion, la solution ! Maintenant, la princesse n’a plus de problème… et ses parents le regretteraient presque !

Dans le deuxième version, la dernière fée est tellement en colère de ne pas avoir reçu son carton d’invitation, qu’elle décide que la princesse se transformera en rat crevé à 16 ans. Bon, une fée arrive à modifier le sort, mais la Belle au bois dormant s’en sortira quand même avec une haleine de rat crevé. Pas très glamour pour une princesse, non ? Et, effectivement, à 16 ans, son haleine devient tellement chargée que chaque prétendant qui s’approche d’elle tombe aussitôt dans les vapes. Heureusement, un prince souffrant lui-même d’une étrange pathologie, frappe bientôt à la porte du château.

Dans la dernière version, notre petite Belle au bois dormant est en fait l’enfant d’une famille de sorciers. C’est donc tout naturellement qu’on lui souhaite d’être la plus laide, la plus pleine de verrue possible. Mais ça, c’était sans compter sur la dernière sorcière – tellement différente qu’on dirait une fée – qui fait tellement de jolis souhaits que notre bébé sorcière devient encore plus belle qu’une princesse Disney. Quelques années plus tard, elle rencontre même l’amour avec un beau prince. Mais vous savez ce qu’on dit, les vrais baisers aident à rompre les sortilèges…

Vous l’aurez compris, voici trois histoires s’inspirant du même conte, mais trois histoires qui partent dans des directions complètement différentes. Leur point commun ? C’est l’humour, omniprésent. C’est génial, drôle, pétillant, plein d’imagination, un vrai régal. On se dit que, décidément, on pourrait décliner les contes à l’infini !

Après nos trois versions, une postface de Gaël Aymon nous présente le texte original ainsi que les trois détournements qu’on a ici. On a également une petite piste pour inviter les enfants à faire marcher leur imagination à leur tour. Enfin, on peut (re)découvrir le texte original ayant inspiré Davide Cali !

En bref, si vous ne connaissez pas cette collection de détournements de contes, foncez, c’est vraiment drôle et savoureux !

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !

 

Dans la même collection :

 

De Amélie Falière :

 

De Davide Cali :

Petites histoires de la mythologie – Hélène Montardre

Vous l’avez peut-être remarqué maintenant, j’aime beaucoup la mythologie. Depuis toute petite, j’ai été fascinée par ces récits captivants, fondateurs, mythologiques, et aujourd’hui encore c’est toujours un plaisir de me plonger dans ce type d’ouvrages. Voici donc quelques titres parus plus ou moins récemment aux éditions Nathan pour les lecteurs dès 9 ans, dans leur collection Mythologie et compagnie.

 

 

Parution : Mars 2019

 

Avis : Je commence par ces deux titres car je vais aller assez vite : rappelez-vous, je vous les ai déjà présentés le mois dernier, dans la version Dyscool. Ici, c’est l’édition « normale », mais le texte est le même. On retrouve deux des histoires les plus connues de la mythologie, les douze travaux d’Hercule, ainsi que l’épisode du cheval de Troie.

  • Dans la première, notre cher Hercule affronte des monstres, relève des défis qui semblent impossible au commun des mortels, sur les ordres de son cousin afin d’expier sa faute. Mais tout demi-héros qu’il est, sera-t-il à la hauteur des ces douze épreuves ?
  • Dans le second, nous débarquons 10 ans après le début de la guerre de Troie dont les Grecs tentent de s’emparer. Ulysse lui, ne désespère pas d’y arriver. D’ailleurs, on ne l’appelle pas « l’homme aux mille ruses » pour rien ! Il décide de faire construire un immense cheval de bois, dans lequel il va prendre place avec d’autres guerriers… Surprise ! Un récit qui souligne que, parfois, la ruse peut être plus forte que la force même !

 

 

 

Parution : Mars 2019

 

Avis : Peut-être que cela vous parle, après l’Iliade qui raconte principalement la guerre entre Grecs et Troyens, Homère s’est lancé dans le récit de l’Odyssée, qui cette fois raconte le long retour d’Ulysse à Ithaque, chez lui. 10 ans de combats, 10 ans d’errance. Pendant ce voyage, il va croiser son lot de monstres terrifiants !

  • Le premier roman est consacré à ces derniers. Partez à la rencontre des sirènes – ces créatures mi-femmes mi-oiseaux terriblement envoûtantes -, du cyclope Polyphème, Scylla, etc. Des histoires fascinantes, sur ces effroyables créatures, sans lesquelles le retour d’Ulysse aurait été un peu plus… calme 🙂
  • Dans le second, on se concentre plus particulièrement sur le Cyclope. Cette histoire est tellement riche, intéressante, incroyable, qu’elle méritait bien son propre livre ! C’est l’un des épisodes les plus connus de l’aventure d’Ulysse, je crois, et, une fois encore, ce dernier nous épate avec sa ruse légendaire !

 

 

Parution : Septembre 2019

 

Avis : Aller, on continue la découverte de cette collection avec deux derniers titres !

  • Dans le premier, on découvre un peu plus Zeus. Vous savez, ce dieu parmi les dieux, qui règne en maître sur le mont Olympe ? Cet homme qui tombe amoureux comme on change de chemise, et qui imagine des ruses folles pour approcher les femmes qui lui plaisent ? En même temps que Zeus, on découvre ici le secret de ses origines, qui le mènera à rencontrer son père… un père assez redoutable !
  • Dans le second, nous découvrons Jason, abandonné par ses parents, élevé par le centaure Chiron. Pour récupérer le trône qui lui revient de droit, le jeune homme doit rapporter la Toison d’or à Pélias. Pour cela, il entreprend un long voyage, périlleux, accompagné de héros courageux, les Argonautes. Voici une nouvelle histoire captivante et angoissante !

 

En bref, si vous avez dans votre entourage de petits curieux ou des amoureux de la mythologie, n’hésitez pas ! Cette collection est vraiment super, les textes sont accessibles sans soucis dès 9 ans, et un petit dossier à la fin du livre permet à chaque fois d’aller plus loin.

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !

Une nouvelle aventure d’Emmett et Cambouy : Le grand voyage – Karen Hottois & Delphine Renon

140463_couverture_Hres_0

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution :  16 mai 2019

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Décidément, en ce moment je n’arrête pas avec les titres illustrés par Delphine Renon ! 😀 Ici, on retrouve deux amis dont on a déjà fait la connaissance il y a un petit moment.

Aujourd’hui, c’est les vacances ! et pour l’occasion, Cambouy a bien envie de partir en voyage. Loin ! Dormir sous une tente, découvrir la mer, profiter, quoi ! Toutefois, au moment du départ, les choses ne semblent pourtant pas aussi simples, surtout pour notre aventurier ! Sauf que tout ça, ça a donné des envies de voyage à Emmett !

Quel plaisir de retrouver nos deux amis, dans ce bel album aux airs de vacances (surtout en ce moment où on rêve de s’évader un peu) ! Découpé en trois parties, on commence par suivre leur voyage… écourté, avant qu’ils ne trouvent une solution : un voyage imaginaire. Enfin, dans la dernière, voyage rime avec amitié ! J’aime bien cette idée de découper en différentes parties, un peu comme des chapitres, ça permet d’étaler la lecture sur plusieurs fois si l’on veut.

J’ai savouré ce nouvel album de Karen Hottois et Delphine Renon, toujours emprunt de douceur, de tendresse, de sensibilité. Une belle ode à l’amitié, et à ces moments partagés. La toute fin est parfaite, et met du baume au cœur. Parce que si Cambouy rêve de partir en voyage avant de se dégonfler, il apprendra à surpasser ses peurs pour lui faire plaisir, étant donné que maintenant, Emmett meurt d’envie de découvrir la mer. Et c’est tous ensemble, au terme d’un long voyage, qu’ils y parviendront. Parce que l’amitié c’est ça aussi, prendre sur soi pour l’autre, mais aussi s’épauler, se soutenir, et profiter ensemble, partager.

En bref, un vrai plaisir de retrouver nos personnages touchants et attachants, la plume sensible, délicate et poétique de Karen Hottois, et les magnifiques et douces illustrations de Delphine Renon !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi ! 🙂

 

De Karen Hottois :

 

De Delphine Renon :

La tête dans les nuages – Tom Schamp

la-tete-dans-les-nuages

 

Éditeur : Little Urban

Parution : 10 janvier 2020

Genre : Album Jeunesse

 

Avis : Aujourd’hui, ce n’est pas tout à fait d’un album dont je vais vous parler, ou alors d’un album très particulier, puisqu’il se présente et se déplie sous forme de toise. Et oui, une toise ! Représentant un immeuble, on a 2 mètres, 8 tableaux/étages et autant d’histoires à découvrir et imaginer.

Même s’il n’y a pas de texte, on a un fil conducteur sous la forme d’un petit Chaperon Rouge (mais elle n’est pas seule !). En effet, sur la première planche, on la voit pénétrer dans l’immeuble, armée de son petit panier (qui d’ailleurs se rempli d’étage en étage), et on la suit jusqu’en haut.

la-tete-dans-les-nuages-1

D’ailleurs, quoi de mieux pour stimuler l’imagination que des images sans texte ? A l’enfant d’imaginer ce qui se passe dans chaque pièce, le lien entre les personnages, ce qui se dit, etc.

Fond-décran-nuages-1

Les illustrations sont magnifiques, on peut d’ailleurs accrocher la toise au mur grâce à un petit trou prévu. Très colorées, elles fourmillent de mille détails, et très vite cet ouvrage devient un livre-jeu puisqu’on peut s’en servir comme d’un cherche et trouve avec son enfant.

Fond-décran-nuages-3

En bref, voici une idée aussi originale que géniale, ludique et idéale pour développer l’imagination des petits ! Coup de cœur assuré !

 

Merci aux éditions Little Urban pour la confiance et l’envoi !

Les sept sœurs, tome 5 : la Soeur de la Lune – Lucinda Riley

81UaCHYNI0L

 

Éditeur : Charleston

Parution :

Genre : Littérature

Traductrice : Marie-Axelle de la Rochefoucauld

Titre original : The Moon Sister

 

Résumé : À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu’elles étaient bébés, Tiggy d’Aplièse et ses sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de, Genève.

Tiggy, la cinquième sœur, se réfugie dans les Highlands écossais où elle se consacre à sa passion : s’occuper des animaux du domaine de Kinnaird, dirigé par le mystérieux Charlie. Là, au cœur de la nature, elle retrouve une sorte de paix intérieure. Mais sur le domaine vit aussi Chilly, un vieux gitan, porteur d’un troublant message : Tiggy est l’héritière d’une célèbre lignée de voyants andalous, et il était écrit qu’il serait celui qui la ramènerait chez elle… à Grenade.

 

Avis : Si mon année en temps que Lectrice Charleston m’a beaucoup apporté, elle m’a surtout permis de découvrir des plumes fabuleuses, parmi lesquelles celle de Lucinda Riley. J’ai dévoré et adoré une bonne partie de ses romans, mais j’ai une affection toute particulière pour sa saga des Sept Sœurs dont le premier tome avait été un joli coup de cœur. Des années plus tard, j’en suis au 5ème tome (le suivant sort bientôt), et je me régale toujours autant, même si j’ai trouvé celui-ci un peu plus long et moins rythmé.

Cette fois-ci, nous découvrons Tiggy, la sœur la plus spirituelle, l’intuitive. Après la mort de Pa Salt, bien qu’elle ne la ressente pas d’ailleurs, elle travaille avec passion auprès d’animaux sur le domaine Kinnaird, en Ecosse. C’est là qu’elle fait la connaissance de Chilly, qui la reconnaît comme l’une des siens et qui, surtout, connaissait très bien sa famille biologique. Il était écrit que c’est lui qui la ramènerait vers sa famille, à Grenade, et bientôt, Tiggy se sent prête à partir à la rencontre d’elle-même.

Tiggy n’était peut-être pas la soeur dont j’avais le plus envie de faire la connaissance, et pourtant, comme à chaque fois, la magie et le talent de Lucinda Riley ont opéré et je me suis prise de passion pour ce roman. On découvre une jeune femme prête à tout pour sauver/préserver les animaux, une jeune femme passionnée, mais aussi comme je le disais plus haut, très intuitive, qui ressent des choses fortes et pleines de sens. J’ai beaucoup aimé la voir évoluer à Kinnaird et près de Charlie, espérant de tout cœur que les choses aillent plus loin. Au bout d’un bon moment, enfin, on part sur les traces de ses ancêtres, et là, on remonte le temps pour suivre les récits de son arrière grand-mère puis de sa grand-mère, pour enfin arriver plus succinctement à sa mère.

J’ai beaucoup aimé découvrir cette culture gitane, ce peuple dont au final je ne connais vraiment pas grand chose. J’ai trouvé ça très intéressant. J’ai beaucoup aimé l’importance des sensations, de la nature, des brujas. Maria m’a beaucoup touchée, par son vécu, pour son mari qui ne mérite pas ce nom, pour Ramon, pour l’histoire de ses fils. Quant à Lucia, j’ai trouvé son histoire fascinante, sa passion, son amour pour la danse et la célébrité, le feu qui l’animait. Mais par bien des égards je l’ai trouvée égoïste, capricieuse, gamine, et vraiment, parfois j’aurais aimé qu’elle fasse d’autres choix. Quant aux autres personnages, Meñique, Pepe, Angeliqua, je les ai tous trouvé très attachants – tout comme Zara, Cal, dans le quotidien de Tiggy.

En toile de fond, on découvre les ravages de la Guerre Civile en Espagne, Franco. Les conséquences pour ces peuples gitans moins bien considérés, bien souvent dénigrés, qu’on n’hésite pas à piller, chasser. Préjugés qui s’effacent quand on a besoin de leur don, ou à New York quand Lucia ramène de l’argent dans les bars où elle danse chaque soir. Au final, j’ai beaucoup aimé le contexte de ce roman, que j’ai trouvé très intéressant, et original dans le sens où je le vois peu dans les romans que je lis.

L’histoire de la famille de Tiggy est bouleversante, mais finalement, elle est pleine d’amour, de passion, et sensations, et encore une fois, Pa Salt s’est trouvé là au bon moment, dans sa quête d’adoption – j’ai d’ailleurs beaucoup aimé recroiser l’une des sœurs de Tiggy et continuer de voir son histoire avancer. Quant aux questions qu’on se pose/que je me pose depuis le premier tome, au sentiment que j’ai que tout n’est peut-être pas… si évident, le mystère continue de s’épaissir mais je crois qu’on aura bientôt la clé de tout ça 🙂

En bref, voici un roman captivant, qui nous parle de la vie, de famille, qui rappelle de s’écouter un peu plus. Des personnages attachants, une intrigue addictive entre présent et passé, un contexte captivant. Et ce qui est génial, c’est que dans cette saga, vous pouvez lire les tomes indépendamment les uns des autres ! Le prochain tome se consacre à Electra, et je suis très curieuse de le découvrir après avoir entendu ses sœurs parler d’elle, en des termes… pas toujours flatteurs.

 

Merci aux éditions Charleston pour la confiance et l’envoi, et à Lucinda Riley pour ses textes !

 

De la même autrice :