T’as mal où ? – Pierre Delye & Cécile Hudrisier

9782278085491-001-T

 

Éditeur : Didier Jeunesse

Parution : 30 août 2017

Genre : Bébé

 

Résumé : Ouh ! là, là, mon petit canard ! T’as mal où ?
Heureusement, nounou kangourou est là pour s’occuper de tout !

 

Avis : A la garderie, on n’est jamais à l’abri d’une chute, d’une morsure, d’un coup quelconque. Heureusement, la nounou kangourou est là pour soigner les petits bobos ! A chaque petit tracas, sa solution ! Il suffit de soulever le petit flap pour découvrir l’idée de la nounou.

Un texte malicieux, et surtout des illustrations pleines de douceur et de tendresse (j’aime beaucoup le travail de Cécile Hudrisier) : au final, un petit livre cartonné adorable. Dès 2 ans !

Pour découvrir un autre titre de la collection, c’est par ici !

Merci aux éditions Didier Jeunesse pour la confiance et la découverte !

Publicités

La Princesse de l’aube – Sophie Bénastre & Sophie Lebot

130229_couverture_Hres_0.jpg

 

Éditeur : De la Martinière Jeunesse

Parution : 4 mai 2017

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Elyséa était une contrée lumineuse, où vergers et troupeaux abondaient. Mais un jour le sol se mit à trembler et le royaume sombra dans les entrailles de la terre. Ceux qui avaient survécu creusèrent des tunnels dans ce monde d’en bas, se nourrissant de champignons, s’habituant à l’obscurité et à la tristesse infinie.

La reine donna pourtant naissance à une petite princesse prénommée Lucia, bientôt vénérée par son peuple comme la promesse d’une aube nouvelle…

Un conte intense, illuminé par une princesse nommée Lucia…

 

Avis : Elyséa est le plus heureux des pays. Il y fait toujours beau, et le peuple vit en harmonie, profitant chaque jour des bienfaits de la nature. Pourtant, un beau matin, la terre se met à trembler, à se fendre, et le peuple se retrouve face à des ruines, sans que l’on comprenne vraiment ce qui a bien pu se passer. Bon gré mal gré, la vie continue, et il faut avancer, laissant le passé derrière soi, acceptant la situation autant que possible. Mais quand la petite princesse Lucia voit le jour, l’espoir renaît peu à peu : on dit que c’est par elle que reviendra la lumière. Bientôt, la voilà en âge de se marier, l’occasion pour le peuple de s’unir, pour que peut-être la joie renaisse …

Cet album grand format est tout simplement magnifique : les illustrations de Sophie Lebot sont juste sublimes. L’histoire est également très belle, et nous rappelle l’importance de rester soudé et de ne pas prendre les choses pour acquises, mais au contraire celle de savourer chaque chose, chaque instant. J’aime beaucoup la fin.

Au final, une belle leçon de vie, servie par de magnifiques illustrations. A découvrir dès 6 ans.

6.jpg

Merci aux éditions de la Martinière Jeunesse pour la confiance et la belle découverte !

Le rendez-vous – Julie Colombet

135699_couverture_Hres_0.jpg

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 1er juin 2017

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Assis sur un gros caillou, Lapinou attend. Avec qui peut-il bien avoir rendez-vous ?

 

Avis : Lapinou est assis sur un grosse pierre. Quand écureuil lui demande ce qu’il fait, il répond simplement qu’il attend. Au fur et à mesure que d’autres animaux les rejoignent, Lapinou précise juste qu’ils attendent quelqu’un. Qui donc cela peut-il bien être ? Et pourquoi ne faut-il pas faire de bruit ?

A chaque page, on a un nouvel animal, identifié par ce qu’il est (ours, cerf, etc). Les illustrations sont simples mais efficaces, les animaux ressemblent à des peluches. Le décor, lui, est le même à chaque fois, sauf qu’il s’assombrit un peu plus à chaque changement de page … jusqu’à ce qu’une main jette du ciel quelques grains fluorescents : le marchand de sable est passé, et nos amis s’endorment paisiblement.

Un album doux pour préparer l’enfant à s’endormir.

 

Merci aux éditions du Seuil jeunesse pour la confiance et la découverte !

Ma vie amoureuse en 16 garçons – Stephanie Kate Strohm

134207_couverture_Hres_0.jpg

 

Éditeur : De la Martinière Jeunesse

Parution : 6 avril 2017

Genre : Jeunesse

Traduction : Rosalind Elland-Goldsmith

 

Résumé : Jolie, drôle et intelligente, Avery Dennis fait rêver tous les garçons du lycée. Mais pourquoi ses histoires d’amours finissent-elles toujours mal ?
Après sa dernière rupture, Avery est décidée à comprendre. Elle ne peut tout de même pas être responsable de tous ces échecs… Si ?
Accompagnée de Hutch, son binôme du cours de sciences, elle se lance dans une grande enquête et interroge tous ses ex… depuis la maternelle !
Avery est-elle vraiment prête à entendre ce qu’ils ont à lui dire ?
En tout cas, elle n’est pas au bout de ses surprises…

 

Avis : Quand j’ai entendu parler de ce roman, j’étais un peu dubitative : je me suis dit qu’on allait voir une pseudo-réflexion d’une gamine superficielle, sur tous les garçons qu’elle avait fréquenté depuis la maternelle (et seize, c’est quand même pas mal !). Mais comme généralement, j’aime bien les romances de la Martinière Jeunesse, j’ai choisi de tenter ma chance !

Ce qui est à l’origine de ce roman, l’événement déclencheur qui pousse Avery Dennis a débuter sa quête, c’est que pour la première fois de sa vie, un garçon la largue. Et pas n’importe quand, non : à quelques jours à peine du bal de fin d’année, l’événement le plus important de sa vie de lycéenne, et qui devait d’ailleurs la clore en beauté. Une fois le choc passé, Avery décide de comprendre pourquoi, si elle n’a quasiment jamais été célibataire, aucune de ses histoires n’a vraiment duré. Accompagnée de son binôme de cours de sciences, la voilà qui rappelle ses ex afin d’en savoir plus …

Ce qui m’a surprise dès que j’ai débuté ma lecture, c’est la forme de ce roman : il s’agit de la retranscription des échanges (entre Avery et ses ex, Coco la meilleure amie, Hutch l’expert en sciences, mais aussi divers camarades de classe ou membres de familles, bref tout ceux qui ont à voir de près ou de loin à ces histoires) lors de cette enquête. J’ai trouvé ça très sympa, ça donne un côté vivant, dynamique, et surtout, on ne s’encombre pas de descriptions ou autres détails : nous n’avons que du dialogue. Certains passages sont d’ailleurs très drôles.

Au début, j’ai eu un avis plutôt négatif sur Avery, qui pique sa crise quand elle se fait larguer. Et puis, c’est vrai qu’elle a tout du stéréotype de la fille superficielle américaine : magnifique même sans maquillage, de sublimes cheveux blonds, des histoires d’amour à la pelle (et d’ailleurs ses ex se rappellent tous de sa beauté et de leur fierté de sortir avec elle), etc. Pourtant, au fur et à mesure des échanges (et des commentaires que rajoute la jeune fille), on apprend à la voir autrement, et surtout on voit qu’elle n’est pas sans cœur. Cette recherche lui permettra finalement de se trouver elle-même, et d’ouvrir les yeux sur ce qu’elle avait sous le nez depuis un bon moment. J’ai bien aimé les autres personnages : au final c’est une petite histoire mignonnette, même les « méchantes » du lycée font plus rire qu’autre chose. Coco m’a fait sourire à toujours voir le meilleur de sa meilleure amie, Hutch m’a plu par ses réflexions « scientifiques » et ses propos sur Avery. Il est le total opposé de la jeune fille, pourtant leur duo fonctionne plutôt bien.

Bien sûr, il n’y a pas de réelle surprise dans ce roman  : on sait d’avance comment ça va finir. Et c’est pas grave ! C’est le but du jeu avec ce type d’histoire. Ce que j’ai trouvé intéressant ici, c’est vraiment le personnage d’Avery, différent de ce à quoi on peut s’attendre, et de ce que l’on pourrait voir au premier regard. Au final, au fil des différents échanges qu’elle peut avoir, elle évolue.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas le livre du siècle, mais c’est bien agréable à lire. Une lecture légère, qui fait souvent sourire, qui se lit vite, bref, parfaite pour le public visé (12-14 ans) et pour se changer les idées !

 

Merci aux éditions de la Martinière Jeunesse pour la confiance et la découverte !

 

libr

Cliquez ici pour en savoir plus sur ce roman ! 

La tour Eiffel se balade à Paris – Mymi Doinet & Mélanie Roubineau

9782092566381.jpg

 

Éditeur : Nathan

Année de parution : mai 2017

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Léa et Nino cherchent un trésor dans Paris. Ils ont de la chance : la tour Eiffel propose de les aider ! En route pour une balade dans Paris, du Louvre à Notre-Dame en passant par les bouquinistes, sur le dos de la belle d’acier !

 

Avis :  L’année dernière, je vous parlais d’un roman Nathan paru dans la collection des premières lectures « la tour Eiffel se balade à Paris » (chronique ici).  Ici, c’est la même histoire, mais sous forme d’album. L’occasion de prêter davantage attention aux belles illustrations de Mélanie Roubineau.

Ce matin, la tour Eiffel reçoit la visite de deux enfants intrépides, à la recherche d’un trophée. Malheureusement, il ne se trouve pas là. Qu’à cela ne tienne, désireuse de se dégourdir les jambes et de se rendre utile, la tour Eiffel décide de les aider, elle qui connaît Paris comme sa poche ! Et les voilà tous trois partis pour cette chasse au trésor, qui les emmène devant les plus beaux monuments de la ville ! Aidés au fils des rencontres qu’ils font, ils finiront par trouver ce qu’ils cherchent, après une journée riche en émotion !

Un chouette album pour partir à la découverte des lieu b x mythiques de notre capitale !

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !

Pompon apprend à dire s’il te plaît – Mes copains et moi

004836935.jpg

 

Éditeur : Hatier Jeunesse

Collection : Mes copains et moi

Parution : 13 juin 2017

Genre : Album enfant

 

Résumé : Pompon fait du collage. Il demande de l’aide à ses amis, mais oublie de dire s’il te plaît.

Rejoignez Pompon et ses copains dans cette jolie histoire écrite pour les jeunes enfants qui découvrent comment bien vivre ensemble.

Avec des conseils pour engager la discussion avec l’enfant.

 

Avis : Il y a quelques mois (en mars, je crois), les éditions Hatier ont lancé une nouvelle collection plutôt sympa, intitulée « mes copains et moi », basée sur le bien-être et le développement personnel, adaptés aux petits .

Aujourd’hui, Pompon apprend à dire s’il te plaît ! Il fait du collage avec ses amis, et leur emprunte diverses choses, mais à chaque fois, il oublie de leur dire « s’il te plaît ». Alors à la fin, quand il a besoin d’aide, personne ne veut l’aider. Pour se faire pardonner, il décide d’aider ses amis à finir leur collage ! Pompon ne risque plus d’oublier le mot magique.

Après cette mignonne petite histoire (où les mots importants sont en gras), une double page « lire ensemble » accompagne les parents pour engager une discussion avec les enfants sur la notion de politesse abordée ici.

Au final, une collection très sympa pour les petits, dès 2 ans. Il y a déjà plusieurs titres parus, sur l’aide, la colère, l’écoute, le partage, etc. Retrouvez les différents titres sur le site Hatier Jeunesse en cliquant ici !

 

Merci aux éditions Hatier pour la confiance et l’envoi !

Patate – Antonin Louchard

135693_couverture_Hres_0.jpg

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 6 avril 2017

Genre : Album enfant

 

Résumé : « La vengeance est un plat qui se mange froid. » Proverbe populaire

 

Avis : A chaque fois qu’un nouvel album d’Antonin Louchard sort je suis joie ! j’aime beaucoup ce qu’il fait, c’est toujours très drôle. Pour d’autres chroniques, c’est par ici !

Normalement, un chien, ça aime rapporter les balles, non ? Pourtant, Patate ne semble pas bien comprendre ce qu’on entend de lui. Alors son maître commence à lui lancer tout ce qui lui tombe sous la main, de la pantoufle à la chaise, en passant par le pot de fleur et le ballon de basket. Décidément, il ne comprend pas le français, ce chien ! A moins que ….

Encore une fois, la chute est irrésistible ! Un album très drôle,  qui rappelle qu’il y a une manière de demander les choses !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

Le piège parfait – Gilles Baum & Matthieu Maudet

134450_couverture_Hres_0.jpg

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Parution : 6 avril 2017

Genre : Album enfant

 

Résumé : Tu n’as pas un seul ami ? Alors, prends ce livre !

 

Avis : Ce petit livre cartonné donne de précieux conseils afin de capturer un animal de compagnie ! Enfin, précieux … tout est relatif, rien ne marche ! Les animaux se sauvent ou le petit garçon arrive juste à capturer … son père ! On a vu mieux comme prise, non ? Et si la solution était juste de rester sagement assis, un livre à la main ?

Une jolie façon de rappeler que dans les moments de solitude, un (bon) livre peut également être un ami, ou le moyen de s’en faire !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et la découverte !

3 histoires de petits chats – Le trésor de l’heure des histoires

product_9782075079396_244x0.jpg

 

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Parution : 16 mars 2017

Genre : Album enfant

 

Avis : J’aime beaucoup l’idée qu’on eu les éditions Gallimard Jeunesse de réunir trois petites histoires (déjà parues seules), dans des thèmes différents, ici par exemple sur les chats. On retrouve des petits héros, des petites collections, ou des auteurs incontournables de cette maison d’édition, dans un petit recueil à couverture molletonnée. Pour retrouver ma chronique sur trois albums précédents, c’est par ici !

La première histoire que l’on retrouve, c’est celle de Marion et Simon les chatons de Antoon Krings, parue dans la série des Petites Bêtes. Marion et Simon, sont deux chatons adorables et si mignons, que Mireille l’abeille les recueille chez eux, malgré les recommandations du lutin. Mais un petit incident pourrait bien tout gâcher !
Au delà de l’histoire choupinette, les dessins sont bourrés de douceur, de tendresse. C’est un régal pour les yeux. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, j’espère que ça vous donnera envie de découvrir la collection !

La deuxième histoire, c’est MacPat le chat chanteur de Julia Donaldson & Axel Scheffler où l’on fait connaissance d’un chat de musicien ambulant. Rencontrant une jolie chatte, notre petit chat laisse son maître pour la journée. Malheureusement, à son retour il ne retrouve pas ce dernier, et croit qu’il a été abandonné, sans se douter une seconde qu’il est à l’hôpital. Alors il se construit sa petite vie, jusqu’à comprendre que tant qu’il n’aura pas retrouvé son chanteur, il ne sera pas heureux. Un joli dénouement pour cette histoire pleine de chats, de valeurs, d’amour et d’émotions !

Enfin, la dernière histoire est Le chat ne sachant pas chasser  de John Yeoman & Quentin Blake. Un meunier en a marre que les souris envahisse son moulin : il décide d’acquérir un chat. Seulement, radin comme il est, il évite de lui donner à manger, et souvent, lui donner des coups de pied. Les souris, qui ont mal au cœur de voir ça, décident d’agir ! Une belle histoire d’amitié et d’entraide !

Après ces trois belles petites histoires, tout ce que je dirai, c’est : vive les chats !

 

Un grand merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

Follow me back – A.V. Geiger

9782221200247.jpg

Éditeur : Robert Laffont

Collection : Collection R

Parution : 8 juin

Genre : Jeunesse, YA

Traduction : Frédérique Le Boucher

Titre original : Follow me back

 

Résumé : Follow me. Love me. Hate me.
#EricThornObsessed

L’agoraphobie de Tessa Hart l’empêche de sortir de sa chambre. Son seul moyen de s’évader : le fandom en ligne d’Eric Thorn, superstar pop-rock. Quand il tweete, c’est comme s’il s’adressait directement à elle, comme s’il la comprenait…

Eric Thorn dit à ses fans qu’il les aime toutes, mais c’est son équipe de com qui parle pour lui. En réalité, il est terrifié par cette adoration débordante. Surtout depuis qu’un autre jeune prodige de la chanson a été assassiné…

Pas de bio. Pas de photo de profil. Pas d’historique. Personne ne doit savoir qui se cache derrière le nom de Taylor, ni la raison secrète qui pousse ce hater à vouloir détruire la réputation d’Eric Thorn…

 

Avis : Au moment de sa sortie, j’ai beaucoup entendu parler de ce roman. Les avis me donnaient envie de le découvrir, le résumé m’intriguait, et la magnifique couverture m’appelait, c’est donc sans surprise qu’il a atterri dans ma PAL – et je suis plutôt fière de moi de ne pas l’y avoir trop laissé traîner !

Dans ce roman, on fait la connaissance de Tessa, une jeune fille qui vit cloîtrée dans sa chambre. Quelques mois plus tôt, elle a vécu quelque chose de traumatisant, un drame qui continue de la hanter : impossible pour elle de mettre un pied dehors sans qu’une crise de panique ne la submerge. La seule chose qui lui donne le sourire et lui permet de s’évader – hormis les brèves visites de son copain Scott – c’est Eric Thorn, pop-star adulée de toutes les adolescentes. Son téléphone est rempli de photos de lui, et chaque jour elle guette le moindre de ses tweets. Un beau jour, un hater l’interpelle sur Twitter, bien décidé semble-t-il à ternir la réputation du chanteur. Pourtant, très vite, une relation s’installe entre les deux jeunes gens. Mais Tessa est bien loin d’imaginer la vraie identité de son interlocuteur, et encore moins jusqu’où cette histoire va les mener …

Contrairement à ce que le résumé (et ce que j’ai écrit ci-dessus) laisse présager, il n’y a pas tant de mystères sur ce point dans le roman. Dès le début, on sait que c’est Eric qui se cache derrière le mystérieux Taylor. J’ai aimé avoir un regard lucide, mature, sur la vie que mène notre pop-star : bien qu’encore jeune, il est lassé de cette vie, et surtout, flippé. Toutes ces fans qui prétendent l’aimer, mais ne le connaissent pas. Toutes ces jeunes filles qui s’inventent une histoire avec lui, devenant de potentielles psychopathes. Car Eric se sent suivi, tendu, depuis qu’un autre chanteur a été sauvagement agressé par une fan. Et ça, seule Tessa semble l’avoir remarqué.

J’ai aimé la relation qui se tisse petit à petit entre Tessa et Taylor, même si je regrette un peu que parfois on passe de « grandes » périodes, et du coup leur relation continue d’évoluer pendant ce temps. J’ai bien aimé le personnage de Tessa (excepté ses « oh my God », qui parle comme ça dans la vraie vie ?), j’avais envie de savoir ce qui avait bien pu lui arriver ce fameux jour de juin, envie qu’elle s’en sorte, qu’elle trouve quelqu’un de bien, qui l’aiderait. Mais le personnage que j’ai préféré, finalement, c’est Eric Thorn, bien loin du cliché de la pop-star superficielle qu’on aurait pu s’attendre à trouver. On voit à quel point il est obligé de faire semblant, obligé de faire certaines choses demandées par son manager ou l’équipe de production alors même que ça l’énerve.

Le point fort – à mon sens – de ce roman, c’est la tension, omniprésente. L’auteure a eu la géniale idée d’intercaler le roman avec des extraits d’interrogatoires menés, finalement, après tout ce qu’on a lu. En fait, dès le début, on sait qu’il s’est passé quelque chose de tragique. Qui ? Qui ? Comment ? Où ? Pourquoi ? Ce sont les questions que l’on se pose tout au long de notre lecture. La tension monte, à chaque fois que les choses avancent, qu’on imagine deviner, ou qu’un nouvel extrait d’interrogatoire nous perd tout en piquant notre curiosité un peu plus.

Pourtant, quand j’ai commencé ce roman, j’avais très peur de ne pas accrocher. A voir un peu trop souvent la mention « Wattpad » ces derniers temps, j’avais un peu peur de ne pas être emballée. Et puis, encore une fois, j’en avais tellement entendu parler ces derniers temps, que c’était un peu quitte ou double. Finalement, la curiosité l’a emporté et c’était une très bonne chose : malgré les avis disant que la fin était topissime, mais qu’ils avaient deviné ce qui allait se passer, personnellement, j’ai été bluffée. Je n’ai rien vue venir, et j’ai adoré la fin choisie par l’auteure. J’ai hâte de lire le tome suivant, même si ça aurait été génial de s’arrêter là (et de bien frustrer le lecteur au passage, mais également le laisser imaginer des tas de théories).

Au final, la seule chose qui m’a un peu « dérangée » dans ce roman (et encore, ce n’est rien de bien grave), c’est le côté Twitter : je suis une quiche sur ce réseau social (pourtant j’ai essayé !) et du coup j’étais perdue face à certains termes « techniques ». Heureusement, Google est mon ami ! D’ailleurs, j’ai bien aimé le fait que parfois, quand par exemple une photo est postée ou envoyée, il y ait le lien : j’ai testé, et ça marche ! 😛

En bref, une très bonne lecture, avec une fin surprenante. Un joli coup de cœur, qui au passage rappelle les dangers des réseaux sociaux (mais aussi les bonnes choses qu’ils peuvent apporter !).

libr

Pour en savoir plus sur ce roman, c’est par ici !