Bergères Guerrières, tome 1 : la relève – Jonathan Garnier & Amélie Fléchais

BergeresGuerrieres_784

 

Éditeur : Glénat

Année de parution : 28 juin 2017

Genre : BD

 

Résumé : Dix ans que les hommes du village sont partis, mobilisés de force pour la Grande Guerre. Dix ans que plus personne n’a de nouvelles d’eux ni de ce conflit… Les femmes ont alors créé l’ordre des Bergères Guerrières, des combattantes choisies parmi les plus braves pour protéger leur village !

Du haut de ses dix ans, Molly peut enfin commencer l’entraînement qui lui permettra, si elle s’en montre digne, de rejoindre l’ordre. Elle pourra compter sur on bouc Barbe-Noire et son ami Liam pour l’accompagner dans tous ses périples !

 

Avis : Je dois dire qu’avant même de savoir de quoi parlait cette bande dessinée, je savais que j’allais craquer face à cette couverture. N’est-elle pas magnifique ? Et croyez-moi, l’intérieur est tout aussi chouette !

Ça fait 10 ans que les hommes ont quitté le village. Les pères, les frères, les oncles, (presque) tous sont partis pour une guerre dont on ne sait rien – on ne sait même pas s’ils sont vivants. Pour défendre le village, les femmes ont créé l’Ordre des Bergères Guerrières, une élite de combattantes prêtes à protéger les leurs. Quand commence la bande dessinée, l’heure de la présentation de la nouvelle promotion a sonné, une date d’autant plus importante que ça fait 10 ans que les hommes sont partis. Molly (et son ami Liam) est impatiente que l’entraînement … et les choses sérieuses commencent !

Vous cherchez une bande dessinée avec des héroïnes fortes et attachantes ? N’hésitez plus, ici les femmes sont bien mises en avant ! Les Bergères Guerrières sont des femmes et guerrières extraordinaires, et Molly rêve de leur ressembler – tout comme Liam, qui aimerait faire partie de l’ordre, bien que n’étant pas une fille. Puisqu’elles ne peuvent plus compter que sur elles-mêmes, à elles d’assurer la défense du village mais aussi le quotidien (les moutons, tenir une maison, s’occuper des enfants, mais aussi s’entraîner et entraîner les apprentis, etc), sauf que parfois, c’est dur aussi de ne plus avoir son fils, son mari. L’histoire est chouette, avec un brin d’humour, de magie, de moments touchants, des personnages attachants ; les dessins sont beaux et originaux. Au-delà de l’intrigue-même, j’aime aussi les amitiés de cette histoire, les liens intra-générationnels et l’entraide de ce village. Et puis cette fin …!

En bref, j’ai complètement adoré ce premier tome, et j’ai juste hâte de lire la suite !

BG-illu1_800.jpg

Publicités

Le manchot qui en avait marre d’être pris pour un pingouin – Nicolas Digard & Christine Roussey

9782092563991.jpg

 

Éditeur : Nathan

Parution : 12 octobre 2017

Genre : Album jeunesse

 

Avis : Je vous retrouve ce soir avec l’histoire de Pierre Manchot, illustrée par la talentueuse Christine Roussey !

Alors que Pierre lit tranquillement son journal, assis sur un banc, un ours passe et le salue d’un « bonjour, monsieur Pingouin ! ». Il n’en faut pas plus pour faire sortir le manchot de ses gonds : ras-le-bol que tout le monde le prenne pour un pingouin ! Aller hop, direction le journal : il est temps de rétablir la vérité.

Le lendemain, un dromadaire sonne chez lui pour le remercier, il comprend bien son problème puisqu’on passe son temps à le confondre avec un chameau ; puis c’est au tour de l’otarie d’expliquer qu’on la confond avec un phoque, et la chouette de se plaindre qu’on la confond avec le hibou … A chaque fois, on a d’ailleurs droit aux détails qui justement les différencient (maintenant le tout c’est de s’en rappeler !).

Son histoire fait vite sensation et le voilà invité à passer dans l’émission de Mireille Puma. Alors qu’il commence à penser que Mireille n’a rien compris, voilà que …. aller, je vous laisse découvrir la chute vous-même, elle en vaut le coup ! En tout cas, la fin montre que tout compte fait, c’est pareil des deux côtés !

Au final, avec cet album et tout en humour, on se rend compte de tous ces animaux qui se ressemblent et qu’on confond : lièvre et lapin, bonobo et chimpanzé, jaguar et léopard, alligator et crocodile, guêpe et abeille, otarie et phoque, etc. Après tout, combien d’animaux souffrent qu’on ne leur reconnaisse pas leur identité ? Aller hop, on court découvrir cet album !

 

Un grand merci aux éditions Nathan pour la confiance et la découverte !

 

 

Chaque soir à onze heures – Camille Benyamina & Eddy Simon

chaque soir.jpg

 

Éditeur : Casterman

Parution : 13 mai 2015

Genre : Bande dessinée

 

Résumé : « Cette maison, la nuit, elle me fait peur. Il y a des bruits, chaque soir, vers onze heures. Ça me réveille.
– Une présence comme un fantôme ?
– Ne te moque pas ! Je ne l’entends jamais rentrer, mais je perçois sa respiration à côté de moi. »

 

Avis : Cette bande dessinée est l’adaptation d’un roman de Malika Ferdjoukh. Ne l’ayant pas lu je ne vais pas parler de l’adaptation mais uniquement de ce livre.

Lors de la soirée d’anniversaire d’une amie où elle joue un peu de saxo, Willa rencontre Edern Fils-Alberne, un jeune homme qui ne ressemble pas à ceux qu’elle croise habituellement. Renseignements pris, il semblerait que son père se serait suicidé après avoir avoué le meurtre de son épouse… Alors qu’Edern lui propose de venir donner des cours de musique à sa petite sœur, cette dernière explique à Willa que chaque soir, à onze heures, l’horloge se bloque et elle sent une présence dans sa chambre … En parallèle, quelqu’un semble en vouloir à la jeune fille qui enchaîne les accidents …

J’ai adoré découvrir cette bande dessinée. Déjà, les dessins, les couleurs souvent sombres, sont magnifiques et créent une certaine ambiance, mi-thriller, mi-fantastique – ambiance renforcée par cette histoire si particulière, mais tellement géniale. Intriguée, Willa se lancent dans ces secrets et mystères afin de découvrir la vérité, pour notre plus grand bonheur. Mon seul regret, c’est qu’il y a parfois un peu trop d’ellipses peut-être, mais en même temps, on est ici dans une BD et non pas un roman !

En bref, une superbe découverte, qui me donne envie de lire le roman !

L’homme aux deux ombres – Steven Price

product_9782207125663_195x320

 

Éditeur : Denoël

Collection : Denoël & d’ailleurs

Parution : 9 novembre 2017

Genre : Littérature

Traduction : Pierre Ménard

Titre original : By Gaslight

 

Résumé : Londres, 1885. Une tête de femme est repêchée dans les eaux sombres de la Tamise. En charge de l’enquête, le grand détective William Pinkerton se lance sur la piste du célèbre Edward Shade, mais ce dernier lui file sans cesse entre les doigts. Pinkerton s’engouffre alors dans les bas-fonds londoniens : réverbères dans la brume, fumeries d’opium, égouts tortueux, séances de spiritisme. Il y découvre un monde d’espions, de maîtres chanteurs, d’adeptes de sectes, de voleurs à la petite semaine et de tueurs sans pitié.

Grandiose, profondément évocateur, L’Homme aux deux ombres dresse le portrait saisissant de personnages au bord de l’abîme. Plongé dans un univers de secrets et de faux-semblants, le lecteur découvre l’histoire du lien improbable entre William Pinkerton, détective de légende, et Edward Shade, l’homme le plus mystérieux de la capitale victorienne.

 

Avis : Lancé sur les traces d’une obsession vieille de plusieurs années, William Pinkerton – célèbre détective américain ; ayant réellement existé – est à Londres au moment où la tête d’une femme qu’il suivait est retrouvé dans la Tamise. Sous prétexte de résoudre cette affaire, il continue d’enquêter sur Edward Shade, dont certains semblent pourtant douter de l’existence, ou du moins du fait qu’il soit encore en vie. Les choses prennent un autre tournant quand l’enquêteur est contacté par un mystérieux homme, qui semble en savoir long sur lui, et qui surtout, connaissait la victime. Alors, est-ce que le meurtre de Charlotte a un rapport avec Edward Shade ? S’agit-il d’ailleurs bien de Charlotte ?

Ce roman, loin d’être petit (784 pages quand même) est, plus qu’une enquête policière, le récit de l’obsession d’une vie, d’une traque sans fin. Car William Pinkerton est lancé sur les traces de Shade depuis des années, comme semble-t-il son père avant lui. Alors il traque le moindre indice, la moindre de piste qui pourrait le rapprocher de lui. Et quand on lui oppose qu’il n’a peut-être jamais existé, il n’y croit pas une seconde. On alterne entre le présent du récit (Londres en 1885) et des flashbacks de la guerre de Sécession ou en Afrique, et on termine en 1913 avec l’épilogue, on voyage dans le temps et les histoires, les mensonges aussi parfois. J’ai beaucoup aimé la partie parlant des services secrets, ainsi qu’en savoir plus sur Edward, ou encore comment Adam et Charlotte se sont connus.

Si au début j’en avais peur, je n’ai pas été perdue parmi tous ces personnages et leurs différentes histoires : la psychologie est dense mais bien travaillée, ils ont de l’épaisseur, nous mènent parfois en bateau – d’ailleurs tout tient aux deux personnages principaux, leurs différentes histoires bien posées. Et très vite, on se retrouve nous aussi pris dans cette chasse à l’homme, suivant les avancées d’un côté, découvrant de nouveaux éléments de l’autre. Et surtout, pris dans cette atmosphère si particulière d’un Londres humide où le mieux côtoie le pire. Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié Pinkerton et Foole, les deux sont attachants, emprunts d’un passé qui ne les lâchent pas. Entre la pugnacité de l’un, le mystère qui entoure l’autre, il y a de quoi faire !

Enfin, la plume de l’auteur est agréable, captivante. J’ai bien aimé l’originalité de ses dialogues, jamais signalés par une ponctuation « habituelle », ce qui surprend assez au début – d’autant plus que parfois (souvent) un paragraphe commence par les paroles d’un personnage mais continue sur de la narration ou inversement.C’est la première fois que je vois ça, et au bout de 784 pages on a eu tout le temps nécessaire pour s’habituer 😛

Au final, l’atmosphère oppressante et réaliste que Steven Price instaure, le mystère qui imprègne son intrigue comme le brouillard enveloppe ses personnages, et justement ses personnages sont les points forts de ce roman, que j’ai beaucoup aimé découvrir. J’avais l’impression de n’avoir jamais rien lu de pareil avant !

 

Merci aux éditions Denoël pour la confiance et la découverte !

Le Roy qui voyageait avec son royaume – Dedieu

9791023510263_1_75.jpg

 

Éditeur  : Seuil jeunesse

Parution : 4 janvier 2018

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Le Roy de Gallicie était un très grand explorateur, mais pas trop.

 

Avis : Hier est paru le nouvel album de Dedieu, pour mon plus grand plaisir !

Le Roy de Gallicie est quelqu’un de très curieux : à chaque fois que quelqu’un voyage, il exige que cet explorateur lui rapporte quelques objets, quelques souvenirs, et surtout, qu’il lui raconte son voyage, ce qu’il a vu, etc. Un beau jour, le Roy se dit qu’après tout, il pourra bien lui aussi voyager, et ainsi satisfaire son esprit curieux par lui-même !

Pourtant, où qu’il aille, il manque quelque chose. Du confort, de la conversation, de la végétation, tant et si bien qu’à chaque nouveau voyage, il emporte un peu plus de chez lui, là où il va. Jusqu’à finalement partir avec tout son royaume !

Un album très drôle et absurde, où à la fin la boucle est bouclée. Une belle manière d’illustrer la folie des grandeurs de ceux qui s’ennuient et se pensent aventuriers … mais pas trop !

 

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et la découverte !

 

libr

Pour découvrir cet album c’est par ici !

Les 3 font la paire ; un intrus dans les nombres – Delphine Chedru

9782092573686.jpg

 

Éditeur : Nathan

Parution : 17 août 2017

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Les trois font la paire ? Bizarre, bizarre !
Dans ce livre à compter, à chaque nombre correspondent des images. Mais dans chaque page, un intrus s’est caché. A toi d’ouvrir l’œil pour débusquer l’image qui ne contient pas le bon nombre !

 

Avis : Delphine Chedru est une auteure que j’aime bien, même si au final j’ai présenté bien peu de ses albums sur le blog ! Il y a un peu plus de deux ans, je vous présentais A comme Baleineun abécédaire drôle et original. Cette fois, c’est dans les nombres qu’il va falloir chercher l’intrus !

Avant de commencer, le ton est donné : en face de chaque page de chiffre, tous les éléments sont en nombre identique, sauf un ! Il s’agit donc d’observer, de (re)compter et de trouver l’intrus – la réponse apparaissant à la page suivante. Par exemple, à la première page, tous les dessins sont au nombre de 1, sauf les papillons qui sont par 2. A la page suivante, on retrouve nos 2 papillons parmi les autres paires, mais 3 enfants qui dansent. A la page suivante, on retrouve nos 3 enfants, mais 4 hirondelles, et ainsi de suite.

Original et ludique, cet album, sous forme de jeu d’observation, apprend à l’enfant les nombres de 1 à 10, puis les dizaines et la centaine, mais aussi aborde les premières additions !

 

Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !

 

libr

Pour découvrir cet album, c’est par ici !

Le corps enchanté – Aina Bestard

136774_couverture_Hres_0.jpg

 

Éditeur : Seuil Jeunesse

Année de parution : 9 novembre 2017

Genre : Album jeunesse

 

 

Résumé : Qu’est-ce qui se cache à l’intérieur du corps ? Grâce à tes loupes magiques, pars à la découverte des merveilles de l’anatomie : des organes aux cellules en passant par les veines et les artères, observe un monde secret et fascinant !

 

Avis : Peut-être que la couverture de cet album vous semblera familière, et en effet, je vous ai déjà présenté deux livres de cette talentueuse illustratrice, Aina Bestard. Pour retrouver mes chroniques, c’est par ici !

Cette fois, nous sommes conviés à partir à la découverte du corps humain, un vaste programme ! Il y a toujours trois loupes, permettant de voir sur trois niveaux : ce que l’on voit de l’extérieur, les détails invisibles au premier coup d’oeil, et enfin, la loupe du microscope. A chaque fois, une petite légende explique les magnifiques illustrations qui se dévoilent à nous.

136774_interieure_Pages Interieures_0.jpg

Comme à chaque fois, je me suis amusée comme une enfant à jouer le jeu ! Un album fascinant, superbement réalisé et ludique à découvrir – avec en bonus, un magnifique poster du corps humain !

 

Un grand merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

 

libr

Pour découvrir cet album, c’est par ici !

L’autobus – Marianne Dubuc

005280305

 

Éditeur : De la Martinière Jeunesse

Parution : 4 janvier 2018

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Aujourd’hui, Clara prend l’autobus. Elle ne se doute pas que le voyage sera aussi amusant !

 

Avis : Pour la première fois, Clara prend l’autobus seule, comme une grande. Sa maman lui a donné un goûter, et sa jolie veste rouge si jamais elle a froid. Sur sa route, le bus traverse la forêt, et prend de nouveaux passagers : une petite famille de loups, mais aussi un gros ours, un famille de hérissons, et bien d’autres ! Une chose est sûre, la petite fille ne risque pas d’oublier son premier voyage en autobus !

Dans un format allongé qui rappelle le bus, l’enfant (dès 3 ans) va pouvoir découvrir cette version drôle et moderne du Petits Chaperon Rouge. Les illustrations fourmillent de détails, d’indices, des éléments changent d’une page à l’autre on a nous aussi l’impression d’être en mouvement, et d’avoir plein de choses à raconter sur ce voyage ! A coup sûr, l’enfant pourra aiguiser son observation dans cet album pétillant qui rappelle un peu un cherche et trouve !

Marianne Dubuc est auteure et illustratrice : c’est à elle que l’on doit je ne suis pas ta maman dont je vous avais parlé il y a quelques mois ! 🙂

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Un grand merci aux éditions de la Martinière Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

 

libr

Pour  découvrir cet album, c’est par ici !

Sous le même ciel – Britta Teckentrup

005026519.jpg

 

Éditeur : Hatier

Parution : 18 octobre 2017

Genre : Album jeunesse

 

Résumé : Ici ou là-bas, de l’autre côté de la Terre ou au-delà des mers, nous vivons tous sous le même ciel…

 

Avis : Cet album ne raconte pas vraiment une histoire, mais nous montre plein de petites situations, de petites scènes, qui rappellent que peu importe les races, les peuples, les espèces, chacun vit sous le même ciel, chacun vit selon ses règles, ses traditions, mais est l’égal de l’autre. Chacun rêve, aime, aspire à des sentiments semblables.

Cet album, très poétique, est un véritable hymne à l’amour et à la tolérance. Les illustrations sont douces et tendres, on a de belles découpes également. A découvrir dès 3 ans !
Un grand merci aux éditions Hatier pour la confiance et la découverte !

Les cahiers Filliozat : Colère et retour au calme – Isabelle Filliozat

Colère-et-retour-au-calme.png

 

Éditeur : Nathan

Parution : Août 2017

Genre : Documentaire jeunesse

 

Avis : Après les cahiers Filliozat sur les émotions, la confiance en soi, et les peurs, voici la dernière nouveauté du mois d’août sur la colère et le retour au calme.

Dessiner, colorier, coller, imaginer… pour inviter l’enfant à comprendre ses colères et les exprimer sans devenir agressif. Car la colère n’est pas forcément négative, le tout c’est de la comprendre et réussir à l’exprimer pour s’affirmer !

Comme à chaque fois, on a un cahier spécial pour les parents et une centaine de gommettes !

En bref, un chouette cahier pour les enfants de 5 à 10 ans !
Merci aux éditions Nathan pour la confiance et l’envoi !