Maroussia, celle qui sauva la forêt – Carole Trébor & Daniel Egnéus

Editeur : Little Urban

Parution : 8 octobre 2021

Genre : Album Jeunesse

Avis : Maroussia vit dans une isba avec sa grand-mère, à l’orée de la forêt. Une forêt chargée de bruits, d’esprits, dont la grand-mère entend les voix. Elle leur répond, et surtout, raconte leur histoire à sa petite-fille. Leur vie paisible se trouve brusquement bouleversée quand elles apprennent que le tsar a décidé de raser le village et la forêt pour laisser passer le Transsibérien. Que faire, si ce n’est obéir ? Mais Maroussia, refusant d’abandonner sa terre et voir ses bois détruits, décide d’aller parler au dieu de la forêt.

Carole Trébor reprend les codes d’un conte russe traditionnel, mais c’est bien une histoire originale – et terriblement envoûtante – qu’elle nous offre finalement. Face à des hommes riches et puissants, qui se moquent de tout détruire sur leur passage tant que cela sert leurs intérêts, se dresse Maroussia, une fillette forte et courageuse, qui n’hésite pas à aller demander l’aide de puissants esprits. Finalement, sont-ce ces derniers qui ont répondu présent, ou bien a-t-elle tout simplement trouvé force et courage au plus profond d’elle-même ? Mon petit doigt me dit que chacun pourra interpréter comme il veut, et surtout que ce n’est pas ça le plus important.

Une fois la dernière page tournée, on reste avec l’espoir que Maroussia et sa famille ont pu rester dans leur isba, sur la terre de leurs ancêtres. J’ai beaucoup aimé l’importance de cette transmission ancestrale, du respect de la nature.

Quant aux illustrations de Daniel Egnéus, elles sont tout simplement magnifiques. Elles dépeignent à merveille cette ambiance de conte russe, le danger, le courage de Maroussia, on aurait presque l’impression d’y être de sentir le froid, l’angoisse, d’entendre la voix des esprits.

Voici donc un très beau conte, captivant, qui rappelle à quel point il est important de se battre pour ce que l’on juge essentiel. Et surtout, la nécessite de préserver et respecter la nature et ceux qu’elle abrite.

Merci aux éditions Little Urban pour la confiance et l’envoi !

De la même autrice :

Les incroyables découvertes de 100 grands scientifiques – Abigail Wheatley & Léonard Dupond

Editeur : Usborne

Parution : 30 septembre 201

Genre : Album documentaire

Avis : En bonne littéraire que je suis, moi, les Sciences, vous savez, c’est pas trop mon truc. MAIS, je suis de nature curieuse, et j’ai toujours l’espoir de finir par réussir à comprendre quelque chose ! Tout récemment vient de paraître un ouvrage très intéressant aux éditions Usborne, consacré aux incroyables découvertes faites par 100 scientifiques, certains connus encore aujourd’hui, d’autres dont le nom ne vous dira sans doute rien.

On parle, en vrac, de la disparition des dinosaures, de la découverte des trous noirs, de l’origine de l’écriture des chiffres, de botanique, du premier algorithme, de la dissection, du premier vol en avion, ainsi que des tas d’autres choses. C’est varié et très intéressant, surtout que l’on voit l’évolution, la chronologie, les différents scientifiques qui ont avancé des théories ou ont œuvré sur un même sujet, se complétant. Et puis, effectivement, des tas de noms sont tombés dans l’oubli, j’aurais été incapable de citer l’inventeur du 0, de même que je suis quasi sûre que vous ne saviez pas qu’Uranus aurait pu s’appeler Georges !

Je ne vais pas vous faire la liste de toutes les découvertes dont parle ce livre, mais en tout cas c’est super intéressant. Vous n’êtes même pas obligés de tout lire d’un coup, personnellement j’aime bien picorer quelques pages de temps en temps. Et puis, à la fin de l’ouvrage une chronologie s’étale sur plusieurs pages pour nous resituer les 100 scientifiques dont il a été question. On a également un glossaire pour expliquer certains mots.

Voici donc un documentaire intéressant pour en savoir davantage sur ces découvertes qui ont changé le monde et que, pour certaines, on utilise quotidiennement sans même savoir leurs origines.

Merci aux éditions Usborne pour la confiance et l’envoi !

La carte des nuages – Michaël Escoffier & Kris Di Giacomo

Editeur : Kaléidoscope

Parution : 5 mai 2021

Genre : Album Jeunesse

Avis : Kumaï l’orang-outan est réveillée un beau matin par d’étranges petits cris. Intriguée, elle descend de son arbre, s’approche de l’eau, et … repêche un petit oiseau en train de se noyer. Gelé, effrayé, l’oisillon se réchauffe au contact de Kumaï qui, les jours suivants, s’occupe de lui comme s’il était son propre enfant. Elle décide de le baptiser Piou, elle prend soin de lui, le protège des autres, de lui-même. Bien sûr, Kumaï est lucide, elle sait bien qu’un jour il partira explorer le vaste au monde. Comment l’aider ? Alors, la maman se lance dans une carte des nuages, afin que l’oiseau puisse toujours se repérer. Un travail titanesque ! Mais que ne ferait-on pas pour notre enfant ?

L’histoire de Kumaï pourra parler à bien des mères : cet amour inconditionnel qui fait que l’on s’inquiète, que l’on cherche le meilleur pour notre enfant, à le protéger. Cette certitude qu’un jour il s’envolera découvrir le monde de lui-même, et l’envie de l’y préparer au mieux. Avec justesse, Michaël Escoffier nous fait ressentir tous ces sentiments. Surtout, j’ai trouvé cet album d’autant plus touchant qu’ici les liens de sang sont absents : on peut adopter un enfant et l’aimer tout autant que s’il était la chair de notre chair.

Les illustrations de Kris Di Giacomo sont pleines de douceur et de tendresse. Elle nous font à merveille ressentir la force de l’amour qui lie les personnages ainsi que le besoin de liberté de Piou – dès la première de couverture d’ailleurs, avec ce regard tellement plein d’amour de Kumaï, qui tient délicatement Piou, qui lui-même regarde vers l’horizon. La fin est très belle, et souligne, s’il était nécessaire, que les mots sont parfois inutiles pour dire combien on est reconnaissant de ce qu’on a fait pour nous.

Voici un album empreint de douceur et de bienveillance, merveilleusement illustré. Un titre qui parle de transmission, d’adoption, qui rappelle la force de l’amour maternel. Une bien jolie déclaration !

Merci aux éditions de l’école des loisirs pour la confiance et l’envoi !

Ceux qui voulaient voir la mer – Clarisse Sabard

Editeur : Charleston

Parution : 19 mars 2019

Genre : Littérature française

Résumé : « Ceux qui voulaient voir la mer
Ne connaissaient pas la misère
Ils avaient fait tant de rêves
Voir le soleil mourir dans la mer… »

Pour des raisons personnelles, Lilou décide de quitter Paris pour Nice avec son fils, Marius. Et en arrivant dans le Sud, elle ne s’attendait pas à s’attacher à Aurore, cette vieille dame qu’elle croise au parc et qui commence à lui raconter sa vie. Chaque jour, Aurore attend le retour de son amoureux, Albert, parti tenter sa chance à New York après la guerre. Mais malgré sa promesse, il n’est jamais revenu… Lilou décide alors de tout faire pour retrouver le grand amour de son amie. Mais à trop vouloir remuer le passé, le présent ne risque-t-il pas de la rattraper ?

Avis : J’ai découvert la plume de Clarisse Sabard pendant mon année de lectrice Charleston – ça commence à dater -, et depuis c’est toujours un plaisir de la retrouver, d’autant plus que je trouve qu’elle ne cesse de se renouveler et d’évoluer. J’ai un peu tendance à faire traîner ses livres dans ma PAL parce que, une fois lu, forcément, il faut attendre de longs mois avant le suivant 😛 du coup j’ai profité de nos vacances en bord de mer cet été pour embarquer ce roman avec moi ; voici enfin ma chronique après des semaines de retard !

Alors qu’elle quitte Paris pour Nice avec son fils Marius, Lilou ne tarde pas à faire la connaissance d’Aurore, une vieille dame qui attend le retour de son grand amour depuis 65 longues années. Quelle est leur histoire ? Pourquoi Albert n’est-il jamais revenu malgré sa promesse ? Aidée de ses nouveaux amis, Lilou se met en tête d’assembler les pièces manquantes du puzzle, sans imaginer un seul instant ce qu’elle va découvrir.

J’aime beaucoup les romans qui alternent les chapitres entre passé et présent (sûrement une des raisons pour lesquelles j’adore les romans Charleston) – ma préférence allant d’ailleurs souvent aux parties consacrées au passé, tellement riches et passionnantes. Cette fois encore j’ai aimé ces voyages dans le temps et pour cause : une enfance placée sous le signe d’une étoile jaune ; un amour naissant ; la découverte de New York par un jeune homme plein de rêves et d’ambition, des thèmes que je trouve passionnants. J’aurais d’ailleurs voulu que ces passages durent plus longtemps !

Sous la plume vive et pétillante de Clarisse se dessinent toute une galerie de personnages attachants. Lilou, Marius, Aurore, Mathias, Raphaël, Cathy, Samuel, et même Natacha, prennent petit à petit place dans notre tête et c’est à regret qu’on les quitte. J’ai d’ailleurs peut-être trouvé la fin un peu rapide, sûrement parce que je me sentais bien dans cette histoire, mais c’est la seule raison qui m’a fait passer à côté d’un coup de cœur.

Alors qu’approchait l’heure des révélations, je l’avoue, j’ai eu peur de ce que j’allais découvrir. A tort ! Au lieu de choisir la facilité, Clarisse m’a surprise avec un dénouement que je n’avais entre-aperçu que de très loin avant de l’écarter. Terriblement touchante, j’ai beaucoup aimé cette fin qui m’a fait picoter les yeux (la fatigue, la fatigue). Mais je n’en dirais pas plus !

Si vous aussi vous croyez aux grandes histoires d’amour, si vous avez envie de savoir pourquoi Albert n’est jamais revenu, si vous voulez voyager dans le temps, je vous invite à découvrir ce roman aussi tendre que poignant, aussi drôle que touchant. Promis, vous passerez un chouette moment avec cette histoire débordante d’humanité.

Merci aux éditions Charleston pour la confiance et l’envoi !

Pourquoi je dois m’habiller ? – Katie Daynes & Marta Alvarez Miguéns

Editeur : Usborne

Collection : C’est quoi… ?

Parution : 9 septembre 2021

Genre : Livre cartonné / à rabats

Avis : S’il y a bien une chose qui nous semble naturelle, c’est de s’habiller (encore que, parfois, le dimanche, c’est cool aussi de rester en pyjama 😛 ). Mais pourquoi ? et comment ? Grâce à de multiples petites questions et de nombreux rabats, ce livre cartonné va tenter de donner le plus de réponses possibles.

Par exemple, il faut souvent adapter sa tenue en fonction de sa journée : on ne peut pas porter sa plus belle tenue pour faire du sport, se déguiser pour aller à l’école, et ce n’est pas forcément une bonne idée de mettre des choses trop légères en plein hiver. Mais il y aura d’autres occasions. Pour Manon qui en ce moment veut continuer de mettre sa petite veste d’été le matin, ce livre tombe à pique (même si elle est têtue) !

Et puis on explique ensuite à quoi sert un manteau, les bottes, les gants et les bonnets, mais aussi pourquoi les animaux n’ont pas besoin de tout ça. Enfin, on termine avec les tenues de différentes civilisations ou d’autres spécifiques à certains métiers ou activités : super intéressant.

Quant aux illustrations elles sont sympas, enfantines, et surtout pleines de diversité puisque l’on a des enfants blancs, métis, un sari, etc.

Voici un petit livre intéressant sur quelque chose que l’on fait chaque jour. Ludique grâce aux rabats, les petits sauront tout sur les vêtements, une bonne raison de quitter son pyjama le matin !

Merci aux éditions Usborne pour la confiance et l’envoi !

Un spectacle à compter – Sara Gavioli

Editeur : Seuil Jeunesse

Parution : 27 août 2021

Genre : Album jeunesse

Avis : Ca y est, c’est l’heure, le spectacle va commencer ! Vite, vite, il faut prendre sa place auprès d’un guichetier. Ca tombe bien, il en restait deux seulement ! Heureusement, on a le temps de s’installer, les portes des trois loges sont encore fermées. Pourtant à l’intérieur, c’est l’effervescence, quatre maquilleurs s’activent. Je ne vais pas vous faire tout le déroulé mais peut-être aurez-vous saisi le fil conducteur de cet album : les chiffres.

Contrairement aux albums que l’on a l’habitude de voir, qui tiennent plus de l’imagier avec un chiffre et son illustration, ici nous avons une véritable petite histoire qui se déroule le temps d’un incroyable spectacle. Mais ce n’est pas tout, bientôt plusieurs chiffres sont énoncés, soulignant un petit détail que l’on peut s’amuser à chercher dans les dessins. Exemple : 20 danseuses lèvent une jambe, dont 9 sont vernies ; 30 boas se retrouvent sur scène, dont 8 semblent vivants. Dès lors, le lecteur peut s’amuser à retrouver les différents éléments un peu à la manière d’un cherche et trouve.

Les illustrations sont superbes, on assiste à un véritable spectacle, surprenant et merveilleux. Grâce au petit jeu de cherche et trouve, on peut passer un temps fou à observer chaque page et c’est clairement un spectacle pour les yeux !

En bref ? Une chouette histoire, ludique et joliment illustrée qui porte bien son nom ! A découvrir dès 3 ans.

Merci aux éditions du Seuil Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

Amitiés – Charlotte Zolotow & Benjamin Chaud

Editeur : Little Urban

Parution : 27 août 2021

Genre : Album Jeunesse

Avis : L’amitié est un des plus beaux sentiments qui soit, un sentiment bien souvent abordé en littérature jeunesse. Cet album d’ailleurs va également nous parler d’amitié, mais pour une fois, autrement. Pas question ici de jolie rencontre et d’amitié qui dure toute la vie. Plutôt de déception, d’abandon. Car soyons honnête, qui n’a jamais perdu un ami ? Cette fois encore, les éditions Little Urban nous offre une histoire intéressante.

Au temps passé, l’amitié entre deux enfants se déploient dans les premières pages de cet album. Inséparables, ils passent tout leur temps ensemble, à jouer, découvrir, rire. Mais un jour, le petit garçon qui nous partage ces souvenirs réalise qu’il a été remplacé. Tout ce qu’ils faisaient ensemble, maintenant, son amie le fait avec quelqu’un d’autre. Le cœur chamboulé, l’enfant nous fait part de ce que l’on peut ressentir lorsque l’autre nous trahit, nous oublie, nous tourne le dos, parfois soudainement, parfois sans raison. Puis, avec le temps, la rancune et la tristesse laissent place à l’espoir : de nouvelles amitiés attendent là, quelque part, ne demandant qu’à être vécues !

J’ai aimé la mélancolie qui se dégage de ce histoire, la justesse des sentiments du petit garçon, la sensibilité du texte, mais aussi l’optimisme final. J’ai toutefois un petit bémol : pourquoi l’enfant n’a-t-il pas cherché à discuter avec son amie, ou tout simplement ne sont-ils pas devenus un trio ? L’amitié n’est pas toujours exclusive et l’on peut avoir un groupe d’amis plutôt qu’être nécessairement un duo.

Les illustrations de Benjamin Chaud sont superbes et pleines de détails, elles donnent envie de se promener en forêt, de courir pieds nus dans l’herbe humide, elles ont le charme espiègle de l’enfance. J’aime beaucoup la rondeur des traits et la prépondérance de la nature, ainsi que la légèreté qui se dégage des pages finales.

En bref, voici un album intéressant et fort, d’autant plus en cette période de reprise scolaire. A découvrir dès 4 ans !

Merci aux éditions Little Urban pour la confiance et l’envoi !

De Benjamin Chaud :

Mon encyclopédie Père Castor : les animaux, le corps humain, la Terre – Collectif

Editeur : Flammarion Jeunesse

Collection : Père Castor

Parution : 25 août 2021

Genre : Documentaire, Encyclopédie (6-9 ans)

Avis : Quoi de mieux qu’une encyclopédie pour répondre à toutes les questions que l’on peut se poser ? Personnellement, quand j’étais plus jeune, j’adorais avoir sous la main ce genre d’ouvrages (surtout qu’à l’époque, Internet c’était pas tout à fait comme aujourd’hui #dinosaure).

Ici, dès la couverture le ton est donné, 500 questions/réponses sur trois grosses thématiques : les animaux, le corps humain et la Terre. Chaque catégorie est découpée en différentes parties (les mammifères, les oiseaux, les invertébrés, les reptiles ou encore les poissons pour les animaux par exemple), permettant d’aborder tous les sujets possibles. J’aime beaucoup le côté questions/réponses : ça évite les gros pavés, c’est clair, ça permet de lire quelques encarts de temps en temps et d’y revenir plus tard si l’on souhaite (en même temps, s’enfiler 500 questions d’un coup c’est sûrement un peu indigeste ! 😛 ).

Niveau illustrations, on a un mélange photos/dessins, un côté sérieux qui tranche avec un trait plus humoristique parfois. Je trouve ça plutôt sympa, adapté autant aux jeunes qu’aux un peu plus grands.

Destiné aux 6-9 ans, cette encyclopédie passionnante et ludique sera parfaite si vous avez un cadeau à faire à un petit curieux. De chouettes illustrations, des textes concis, une mise en page aérée et 500 réponses : que demander de plus ?

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse pour la confiance et l’envoi !

Maman ! – Mireille d’Allancé

Editeur Flammarion Jeunesse

Collection : Petit Castor

Parution : 8 septembre 2021

Genre : Album Jeunesse

Avis : Après vous avoir parlé de Grosse colère la semaine dernière, voici un autre album de Mireille d’Allancé, abordant cette fois encore un thème important.

Aujourd’hui, Maman dépose Kiki chez sa grand-mère. Si cette dernière est ravie, Kiki a plus de mal à voir Maman partir. Mamie va tout faire pour l’occuper : regarder les fleurs, manger un bon gâteau fait maison. Mais rien n’y fait, il ne cesse de réclamer sa mère. Jusqu’à ce qu’il tombe sur un compagnon à 4 pattes et un petit livre qui va le captiver jusqu’au retour – trop tôt – de Maman.

Avec tendresse et humour, ce petit album nous parle de l’angoisse de la séparation maman/enfant (et si l’on imaginait le pendant avec le papa ?). Que vous deviez laisser votre petit chez nounou, à la crèche, chez ses grands-parents ou l’école, cet album pourra vous aider à le préparer et désamorcer bien des crises ! Et puis, c’est chouette de mettre en avant la lecture : moment de partage, d’échange entre la grand-mère et le petit, et la preuve s’il en était encore besoin qu’un livre peut apaiser bien des chagrins.

Les illustrations simples de Mireilles d’Allancé fonctionnent toujours aussi bien. Un petit côté vintage reconnaissable, des traits expressifs, et une dernière double page pleine de tendresse 🙂

Merci aux éditions Flammarion pour la confiance et l’envoi !

Mon bisou préféré – Elisabeth Coudol & Sejung Kim

Editeur : Flammarion Jeunesse

Collection : Petit Castor

Parution : 8 septembre 2021

Genre : Album Jeunesse

Avis : Bisou dans le cou, sur le front, sur la joue, page après page on découvre des animaux, papa et/ou maman, qui embrasse leur petit. Jusqu’à arriver au petit éléphanteau qui, à la question de savoir quel est son bisou préféré, répond sans hésiter : « aucun ! ». Comment c’est possible, ça ? C’est qu’il ne connaît pas encore le bisous sur le nez ! Et zou, voilà les animaux qui testent de bon cœur ce nouveau baiser.

Les illustrations respirent l’amour, la douceur, elles sont joliment colorées, enfantines et toutes mignonnes.

Très simple, cette petite histoire pleine de tendresse promet un beau moment de lecture-câlin, et une très belle excuse pour tester tous les bisous !

Merci aux éditions de l’école des loisirs pour la confiance et l’envoi !