L’éveil de mademoiselle Prim, Natalia Sanmartin Fenollera

Image

Édition : Grasset

Année de parution : 2013

Genre : Roman

Titre Original : El despertar de la señorita Prim

Traducteurs : Nelly et Alex Lhermillier

Résumé : « Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d’exercer fonction de bibliothécaire pour un gentleman et ses livres. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes d’enseignement supérieur s’abstenir. »

Mademoiselle Prim ne répondait qu’en partie à ce profil : bardée de diplômes et sans aucune expérience des enfants et des chiens. Elle est engagée et, après quelques heurts avec son employeur, un homme aussi intelligent et cultivé que peu délicat, elle découvre le style de vie et les secrets des habitants de Saint-Irénée d’Arnois. Mademoiselle Prim tombe très vite sous le charme de ce village hors normes où les voisins s’adonnent à leur passion et où l’intérêt de la communauté prédomine. Pour eux le temps n’a pas d’importance et la littérature ne sert qu’à s’épanouir.

Mon avis : Je fais partie des personnes qui choisissent leurs lectures aussi en fonction de la couverture (surtout quand je ne connais pas le bouquin). Et, quand je vois des livres dessus, j’ai du mal à résister : pourquoi un livre qui parle de livres de me plairait pas ? Je me suis donc lancée dans cette nouvelle aventure, avec un personnage qui porte décidément bien son prénom (un peu trop peut-être).
L’histoire commence  avec l’arrivée de Prudence Prim à Saint-Irénée, village hors du temps où chacun prend le temps, finalement, de vivre, dans une atmosphère d’autrefois. Ses discussions avec son patron ou d’autres femmes du village donnent lieu à de véritables débats, très intéressants, sur Darcy, sur l’importance des livres dans l’éducation des enfants, de l’importance pour une fille d’avoir lu ou non les Quatres filles du Docteur March, ou encore sur la beauté. Autant d’idées qui donnent matière à réfléchir. Bon, à côté de ça, il y a aussi de grandes discussions sur la religion et autre, que j’ai trouvé parfois difficiles à suivre et moins intéressantes du point de vue de l’histoire.
Ce qui m’a aussi beaucoup intéressée, c’est la relation entre Prudence et « l’homme au fauteuil », son patron dont on ne saura jamais le nom. Dès le début leur relation m’a fait pensé à celle qu’entretiennent Rochester et Jane Eyre dans Jane Eyre (la scène où Prudence se lève en pleine nuit et est surprise par son patron, avant qu’ils ne se mettent à discuter m’y a également fait penser) et j’ai suivi l’évolution, ainsi que toutes leurs discussions avec grand intérêt.
Même si le style de Natalia Sanmartin Fenollera n’a rien d’exceptionnel ça reste très agréable à lire. Il y a vraiment de très beaux passages aussi. J’ai aimé l’atmosphère, ce village (cette « colonie ») originale, à part, les idées qui s’y développent, les personnalités qu’on y rencontre. L’impression de plonger dans un autre temps.
Au final, c’est une bonne lecture, ça se lit vite, on sourit, on réfléchit, ça fait du bien au moral !

Publicités

2 réflexions sur “L’éveil de mademoiselle Prim, Natalia Sanmartin Fenollera

  1. Prudence… c’est marrant c’est un de mes prénoms fétiches. ça a l’air intéressant en tout cas…
    Mais bref j’ai été tagé, j’ai pensé à faire un lien vers ton blog, c’est ici : http://mademoisellecordelia.wordpress.com/2014/02/17/blabla-liebster-award/
    Tu n’es pas obligé de faire quoi que ce soit, mais c’est pour signaler quoi 😉
    Bonne journée !
    (tu peux même supprimer le commentaire si ça te gonfle d’ailleurs…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s