Wild Crows, tome 1 : Addiction – Blandine P. Martin

wild-crows,-tome-1---addiction-1009643.jpg

 

Editeur : Auto-édité

Parution :  18 Janvier 2018

Genre : Romance

 

Résumé : Suite au décès de sa mère, Joe hérite d’un courrier lui dévoilant le nom de son père biologique, ainsi que l’endroit où il vit. Esseulée, et démunie face à son deuil, la jeune infirmière décide de tout plaquer pour partir en quête de ce père inconnu, un certain Jerry Welsh, propriétaire d’un bar et dirigeant d’un club de moto en Californie.

Surpris de découvrir l’existence de sa fille de 27 ans, Jerry accepte malgré tout de lui donner sa chance, et lui fait une place dans son monde à lui, mais aussi dans sa famille : celle de sang, comme celle de cœur. Joe découvre la véritable identité du club. Plus que des passionnés de motos, ces hommes forment un véritable gang ayant la main mise sur toutes sortes d’économies parallèles.

Novice dans ce milieu, Joe s’apprête à mettre les pieds dans un univers dont on ne ressort pas indemne.

 

Avis : Ça fait maintenant un petit moment que je connais la plume de Blandine, et c’est toujours un plaisir de découvrir un de ses nouveaux romans ! Addiction était d’ailleurs le 5ème que je lisais d’elle (et le 4ème que je chronique, je n’ai toujours pas publié mon avis sur Sons of Alba que j’ai beaucoup aimé). Ce que j’apprécie, c’est qu’à chaque fois, elle nous emmène dans un univers différent, et qu’à chaque fois, elle nous embarque. Pour celui-ci, j’étais intriguée par celui qu’elle proposait, d’autant plus que je ne connais quasi rien à l’univers particulier des bikers ! Au passage, regardez-moi encore la couverture sublime qui illustre ce premier tome !

Joe – alias Josephine – vient de perdre sa mère suite à un cancer. Mais avant de partir, cette dernière lui a laissé une lettre, la possibilité de découvrir qui est son père, dont elle n’a jamais entendu parler. Après quelques tergiversations, Joe décide de partir à sa rencontre, et d’ainsi n’avoir aucun regret. Mais elle est loin d’imaginer ce qu’elle s’apprête à découvrir. Là où il vit, son père n’est pas n’importe qui : entre autre il dirige le club des Wild Crows et s’occupe parfois d’affaires louches et peu légales. Alors a-t-il de la place pour une fille dont il n’a jamais entendu parler ? Et surtout, Joe est-elle prête à accepter sa réalité ?

Comme je disais plus haut, je ne connais pas grand chose à l’univers des bikers, et pourtant ! Je me suis vite sentie imprégnée par ce monde, par cette ambiance si particulière. En fait, j’étais exactement à la place de Joe : je découvrais les choses en même temps qu’elle. Je suis contente d’être tombée sur une héroïne qui n’y connaissait rien non plus, ça évite les préjugés, l’air désabusé, ou que sais-je encore. Elle tâtonne, suppose, se trompe parfois, mais découvre, et ça c’est chouette.

Ce que j’ai préféré dans ce roman ? La relation père-fille qui petit à petit, se construit. Le fait que Jerry puisse être impitoyable dans ses affaires, mais fondre devant sa fille et prêt à tout pour la préserver. Je crois que j’avais lu les mises en garde de Blandine un peu partout, et j’ai apprécié le fait qu’il n’y ait pas encore de romance dans ce premier tome. Les choses sont claires : Joe est ici pour faire connaissance avec son père, elle ne s’éparpille pas. En parlant de père, je ne m’y attendais pas, mais de temps en temps on a aussi son point de vue. J’avais un peu peur de ce que ça allait donner, que peut-être Blandine ne retranscrive pas exactement la façon de parler d’un « dur à cuire ». Mais finalement, comme elle le soulignait elle-même, l’axe qu’elle choisit toujours, c’est les sentiments, la psychologie des personnages, leur évolution. Et de ce point de vue, c’était presque essentiel d’avoir le point de vue de Jerry : comment mieux savoir ce qu’un homme peut penser qu’en étant dans ses pensées ? Bah oui, le chef des Wild Crows ne va pas verser dans le sentimentalisme dès la première rencontre avec sa fille, ni parler de ce qu’il ressent au fond de lui. Du coup, c’était une chouette idée de la part de l’auteure, et j’ai beaucoup aimé ces parties, qui permettent également de connaître un peu plus les affaires dans lesquelles il trempe.

Pour résumé, j’ai aimé l’univers, l’ambiance, le côté protecteur des personnages, découvrir la grande famille des Wild Crows et voir se dessiner des liens entre Joe et son père. Mais alors ce que je n’aurais pas cru lire un jour sous la plume de Blandine, c’est bien cette fin. Et oui, ce monde qu’elle nous invite à découvrir a ses propres règles, est impitoyable, et le pire peut survenir n’importe quand. Je n’en dirais pas plus, si ce n’est donc que je ne m’y attendais pas, que c’était dur à lire, mais paradoxalement j’ai apprécié le fait que l’auteure ne ménage ni ses personnages ni ses lecteurs. Une fois le choc passé, j’étais juste obsédée par le fait qu’il allait falloir attendre encore un peu pour lire la suite !! Une chose est sûre, j’ai hâte de voir comment va se passer la suite pour nos personnages.

En bref, un premier tome captivant qui nous fait ressentir tout un lot d’émotions différentes, jusqu’à cette fin surprenante. Pour moi, Blandine P. Martin vient de prouver une nouvelle fois qu’après tant de romans, elle peut encore surprendre et nous cueillir, qu’elle a tout d’une grande.

Un grand merci à elle pour sa confiance et de m’avoir permis de découvrir ce titre !

 

 

19 réflexions sur “Wild Crows, tome 1 : Addiction – Blandine P. Martin

  1. Pingback: Wild Crows, tome 2 : Révélation – Blandine P. Martin | ☆ L'heure de lire ☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s