La sirène et la licorne – Erin Mosta

Sans titre.jpg

 

Éditeur : Rageot

Parution : 20 juin 2018

Genre : Jeunesse

 

Résumé : La licorne, c’est Lili. 17 ans, cheveux longs couleur arc-en-ciel, ballerines pailletées. Elle est passionnée par les effets spéciaux et le maquillage au cinéma. Elle a été harcelée sur le Net par les élèves de sa classe. Pour oublier, elle quitte la banlieue parisienne et part en vacances chez sa tante près de l’océan. En apparence, tout va bien et elle assume. La réalité est moins facile.

La sirène, c’est Cris. Cheveux courts, baskets défoncées, vieux jean trop large. Passionnée de voile et de natation, elle est plus à l’aise sur l’océan qu’au milieu de la foule. En vacances dans la maison de vacances familiale, elle tente de guérir d’une blessure. Fragile en apparence, elle possède une vraie force intérieure.

 

Avis : Juste avant la sortie de ce roman, j’avais dû voir passer un avis élogieux, ce qui fait que quand je suis tombée dessus le jour J, je savais qu’il me le fallait. Je savais vaguement de quoi il allait être question, ça m’intéressait, et … ok, je l’avoue, je trouvais la couverture magnifique.

Après une fin d’année scolaire difficile, l’été est enfin là. Lili, notre licorne, va passer ses vacances chez sa tante qu’elle connaît peu, histoire de mettre un peu de distance entre elle et ce quotidien qu’elle a connu ces derniers mois, fait d’insultes, de harcèlement et autres agressions de ses camarades de classe. Passionnée d’effets spéciaux et de maquillage, elle va voir la mer pour la première fois de sa vie. La mer, mais aussi une sirène – Cris, passionnée par l’océan et la voile, prétendument trop fragile pour ses proches, elle vient passer les vacances dans la maison familiale et tenter de guérir sa blessure. Rien ne les destinaient à se rencontrer, et pourtant …

Juste avant de me lancer dans ma lecture, je venais de lire une chronique un peu mitigée, qui parlait de clichés, de petites déceptions. Une fois le roman fini, je vous avoue que je n’ai pas trop compris. Personnellement, je ne changerai rien à cette histoire, pas un mot, pas une ligne. J’ai toujours cette petite appréhension quand il s’agit de romance, la peur que l’auteur ne tombe dans des clichés, de lire quelque chose que j’ai déjà lu 100 fois. Mais je vous assure qu’ici ça n’a pas été le cas. Je n’ai pas trouvé le récit niais, leur histoire ne m’a pas fait lever les yeux au ciel.

Déjà, j’ai aimé le caractère de Lili. Le fait qu’elle sache qui elle est, ce qu’elle aime. Les effets spéciaux, les maquillages un peu atypiques (que ce soit pour un montage ou sortir), les filles. On ne perd pas de temps avec des interrogations sur ce qu’elle peut ressentir, sur le fait d’être attirée par une fille, ce qu’en penseront les gens, etc. Non. Elle voit Cris, et elle sait qu’elle lui plaît. Après tout, ce n’est pas la première à lui taper dans l’œil, et ça, Lili s’en rappelle très bien, puisque ça a été la cause de son harcèlement. On a quelques explications mais pas réellement de détails, et ce n’est, finalement, pas le plus important. Ici, ce qui compte, c’est l’après. La reconstruction, la renaissance. Guérir. Ce n’est pas fini, ce n’est pas facile, mais ce n’est pas impossible.

Quant à Cris, elle aussi a vécu quelque chose de douloureux, dont elle tente de se remettre. Ne dit-on pas qu’à deux on est plus fort ? C’est bien cela que Cris et Lili nous font ressentir, et j’ai adoré partager leur été. Cris est entourée de mystère (d’autant plus que c’est le point de vue de Lili que l’on suit) jusqu’à ce qu’on apprenne ce qu’elle a vécu. Puis elle se révèle forte, courageuse, vivante, passionnée. Lili est lumineuse, drôle, pétillante. Cette dernière peut d’ailleurs compter sur son meilleur ami Rayane pour lui remettre les idées en place quand elle déraille un peu, mais aussi pour la (nous) faire rire. Et puis il y a la tante, Julia, à l’existence auréolée de mystères, que j’ai également beaucoup aimée découvrir. Enfin, on peut parler des chats des deux adolescentes, sans qui rien de tout ce qu’elles vont vivre n’aurait été possible !

Vous l’aurez compris, ce roman aura été une jolie découverte et un joli coup de cœur. C’est beau, doux, tendre, lumineux, optimiste. Ça parle d’amour, d’amitié, de reconstruction. C’est drôle mais aussi touchant. Le tout parfaitement dosé. C’est lumineux, et ça nous rappelle que parfois, il faut peut-être connaître le pire, d’atroces moments, pour que le chemin nous mène au bonheur. Car si Cris n’avait pas connu un drame l’été précédent, peut-être aurait-elle passé ses vacances dans l’eau avec ses amis du club de voile. Et puis, si Lili n’avait pas été harcelée sur les réseaux sociaux, elle n’aurait pas eu besoin de fuir ses barres d’immeuble. Le destin, peut-être…

En bref, je ne peux que vous recommander cette belle lecture, idéale pour finir l’été, ou si vous cherchez juste une douce lecture. Ce roman est le premier de l’autrice, et croyez-moi, c’est une belle réussite !

20 réflexions sur “La sirène et la licorne – Erin Mosta

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s