Dans les brumes de Capelans – Olivier Norek

Editeur : Michel Lafon

Parution : 7 avril 2022

Genre ! Thriller

Résumé : Une île de l’Atlantique battue par les vents, le brouillard et la neige. Un flic qui a disparu depuis six ans et dont les nouvelles missions sont classées secret défense. Sa résidence surveillée, forteresse imprenable protégée par des vitres pare-balles. Une jeune femme qu’il y garde enfermée. Et le monstre qui les traque. Dans les brumes de Capelans, la nouvelle aventure du capitaine Coste se fera à l’aveugle.

Avis : Il y a déjà quelques semaines je me suis enfin plongée dans le dernier roman d’Olivier Norek (oui, j’ai encore du retard dans mes chroniques), où l’on retrouve Victor Coste, l’occasion pour moi d’enfin faire sa connaissance, puisque jusque-là je n’avais lu que Surface.

C’est un Victor Coste brisé, exilé à Saint-Pierre, isolé dans sa résidence surveillée d’où il mène son nouveau travail secret défense que j’ai découvert. Un Coste épuisé, désormais incapable de prendre soin de lui ou de quelqu’un d’autre, à qui on va pourtant demander l’impossible. Bien (mais genre bien bien) malgré lui, il voit arriver Anna. Anna, disparue depuis 10 ans, retrouvée dans le sous-sol d’une maison abandonnée dans laquelle œuvrait un impitoyable tueur en série. Toujours en liberté. Anna, première d’une série de 10 jeunes filles enlevées, mais seule rescapée. A quel prix ?
Anna et Coste, Coste et Anna, leurs solitudes et leurs fêlures parviendront-elles à s’apprivoiser avant que le tueur ne frappe à nouveau ?

Ce roman m’a obsédée pendant plusieurs jours : surprenant, véritable page-turner impossible à lâcher, j’étais partagée par l’envie viscérale d’avancer et celle de ne pas voir la fin arriver. Parce que l’intrigue est complètement dingue et ce jusqu’à la dernière page, qu’elle est ponctuée de rebondissements, d’indices savamment disséminés, parce que j’aime quand toutes les pièces du puzzle s’assemblent, devoir poser le livre pour digérer et faire cette tête 😱 Parce qu’il y a tout ce côté psychologique, mais aussi pour cette humanité qui transpire. Parce qu’il y a cette ambiance pesante, cette tension palpable, et ces brumes qui engloutissent tout. Et puis, et puis parce que Coste, parce que Mercredi, parce que Bisset, parce que Russo, parce qu’Anna.

En bref ? Gros coup de cœur pour ce roman psychologique, surprenant, addictif. A lire absolument (sachant que si – comme moi – vous n’avez pas lu sa trilogie précédente mettant en scène Coste ce n’est pas gênant pour suivre… vu que de toute manière ça vous donnera l’envie de combler cet oubli au plus vite !).

Du même auteur :

16 réflexions sur “Dans les brumes de Capelans – Olivier Norek

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s