Fangirl – Rainbow Rowell

20150201_155243

Éditeur : Castelmore

Année de parution : 2015

Genre : Jeunesse

Titre original : Fangirl

Traductrice : Cédric Degottex

Résumé : Cath ne vit que pour et par l’écriture. Elle est une fan inconditionnelle de la série de romans à succès Simon Snow…. au point de rédiger elle-même les aventures de son héros préféré, en attendant la parution du dernier tome ! Elle vit dans une bulle qu’elle ne partage qu’avec Wren, sa sœur jumelle, loin de toute vie sociale. Pourtant, c’est désormais en solo qu’elle devra affronter le monde extérieur. Wren vient de lui annoncer l’impensable : cette année, à la fac, elles feront chambre à part. Cath saura-t-elle s’ouvrir aux autres et profiter de sa vie d’étudiante ? Et l’amour, dans tout ça ?

Avis : Ah Rainbow, sacrée Rainbow ! Troisième livre que je lis d’elle, et troisième fois que je sors satisfaite de ma lecture. Après avoir plus qu’adoré Eleanor & Park j’avais peur d’être déçue par Attachement. Après avoir aimé Attachement j’avais peur de ne pas aimer Fangirl, même si le résumé me plaisait plutôt bien (de l’amour, une fan d’écriture, il ne m’en fallait pas plus !). Et non, encore une fois Rainbow Rowell arrive à me surprendre. Parce que non seulement ce qu’elle écrit est toujours aussi bien, mais en plus mais elle arrive à se renouveler et faire toujours quelque chose de différent.

Au début de ce roman, Cath et sa sœur jumelle partent pour la fac. Mais si l’une attend cela avec impatience, prête à rencontrer de nouvelles personnages, à prendre son envol, l’autre a peur de tout, d’avancer sans sa sœur, de rencontrer des inconnus, du changement en général. C’est le point de vue de Cath qu’on suit, et même si parfois j’avais envie de la secouer un peu, je me suis également profondément attachée à elle. Je me sentais plus proche d’elle que de Wren, même si j’aime sortir, faire la fête, voir des amis et rencontrer de nouvelles personnes, etc, si je débarquais à la fac où mon seul point de repère était ma sœur, qui s’éloignait de moi, je serais complètement perdue. Alors, en étant légèrement introvertie et ayant peur du changement, je comprends totalement qu’elle soit déboussolée. Wren m’a un peu énervée parfois, à se comporter comme une égoïste, à ne pas voir que sa sœur s’inquiète pour elle, à s’attaquer à des choses qui lui tiennent à cœur, à la laisser seule s’occuper de leur père. Et à la place de Cath j’aurais fini par lui dire ce que j’avais sur le cœur et tout ce qui a pu me blesser. Mais ça marche peut-être différemment entre deux sœurs jumelles, je ne sais pas 😛

J’ai aimé découvrir l’univers de Cath – à tout point de vue, celui qu’elle se crée également par l’écriture de fanfiction sur Simon Snow – et ses premiers pas maladroits dans l’âge adulte. Ses problèmes d’intégration, ses problèmes avec sa sœur qui semble n’avoir pas de mal à prendre son envol, elle. La relation entre Cath et sa colocataire également, avec Lévi (pour qui j’ai eu un coup de cœur : c’est le type de garçon qu’une fille veut finalement, attentionné, drôle, charmant et charmeur, un peu maladroit mais plein de bonnes intentions) , et même Nick, un type qu’elle retrouve pour écrire. La place de l’écriture. Des réflexions sur l’écriture, sur son écriture, sur la vie, sur les relations. On voit Cath s’ouvrir petit à petit, à la vie, aux autres, elle ne change pas : elle continuera d’écrire jusqu’au bout, elle redeviendra une petite fille en touchant le dernier volume de sa saga préférée, mais elle évolue, elle apprivoise ses peurs, elle s’épanouie petit à petit, grâce finalement à ses nouveaux amis, à sa sœur, à l’amour, ce qu’on aurait pas forcément pu deviner au début. Et justement, la fin est synonyme d’un nouveau départ maintenant qu’elle a toutes les clefs en main : elle se lance dans l’écriture, dans quelque chose de personnel et non plus à partir d’une oeuvre déjà existante.

Je trouve que Rainbow Rowell a un véritable don avec les mots, elle m’a touchée avec de simples mots, de simples phrases. Quand Lévi et Cath parlent, s’apprivoisent. Et puis, elle arrive à jongler avec un univers réaliste et crédible, celui de Cath, et avec des textes de Simon Snow – une sorte de Harry Potter pour nous. Même si on en sait pas plus finalement sur ces romans fictifs – on a des extraits à chaque fin de chapitres – je trouve que parfois ils résumaient plutôt bien ce qu’on lisait en parallèle. Le roman fait environ 500 pages, certains passages auraient pu être abrégés peut-être, mais cela n’empêche pas que je n’ai pas vu passer le temps, et que si j’avais pu rester un peu plus longtemps avec eux, je l’aurais fait.

Pour conclure, je dirais juste que c’est un roman frais, léger, touchant, il fait sourire, il émeut, il porte une note d’espoir et surtout, il est plein de sensibilité et de tendresse. Je le conseille vraiment à ceux qui ont aimé les autres livres de Rainbow Rowell, à ceux qui ne les ont pas aimé, à ceux qui ne la connaisse pas encore, à ceux qui aiment lire et la vie, tout simplement.

Publicités

5 réflexions sur “Fangirl – Rainbow Rowell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s