Le jour où elle n’a pas fait Compostelle – Beka, Marko & Cosson

Éditeur : Bamboo

Parution : 22 août 2018

Genre : BD contemporaine

Résumé : Antoine et Clémentine se retrouvent pour marcher dans les Pyrénées. « On va suivre un GR ? » demande Clémentine. « Plutôt des CM ! Des Chemins de Moutons ! » répond Antoine. Car prendre des routes balisées, suivre des sentiers battus, revient à être sous l’emprise des « aimanteurs », qui nous éloignent de notre propre chemin de vie, unique et singulier. À travers une balade au gré de leurs envies, Antoine veut révéler à Clémentine une dernière clé, qui va lui permettre d’ouvrir grand la porte sur le reste de sa vie…

Avis : C’est toujours un plaisir de retrouver Clémentine et Antoine, mieux, c’est une bouffée d’air frais, une lecture feel-good qui en même temps fait réfléchir. Troisième tome ici (mais chacun est une histoire complète), j’étais ravie de les accompagner en randonnée, moi qui adore me balader en pleine montagne, savourer la beauté des paysages et tout ce que ça m’inspire.

A la fin du tome précédent, Clémentine commençait une vie dont elle avait toujours rêvé. Là, à l’occasion d’une rando, son ami Antoine va lui donner les dernières clés pour qu’elle ne s’éloigne pas du chemin qu’elle a eu tant de mal à trouver. Car parfois, on se laisse distraire, influencer, par ce qu’il appelle les « aimanteurs ». Ca peut être les pensées négatives qui nous freinent, le regard des autres qui nous jugent, toutes ces peurs qui nous distraient, un groupe d’amis, la famille, etc. Assurément, cette rando fera beaucoup de bien à Clémentine – et à nous aussi !

Comme toujours, de petites histoires, des contes zen ou de sagesse populaire ponctuent ce récit. Je trouve ça super chouette, ça permet d’autant mieux de comprendre les messages d’Antoine avec des situations « concrètes ». J’ai particulièrement aimé l’histoire de la grand-mère de Gwladys : plongés dans l’eau bouillante, une carotte devient molle, un œuf devient dur, des feuilles deviennent un merveilleux thé. Face à l’adversité, serons-nous plutôt carotte, œuf ou thé ? Allons-nous ramollir, changer qui nous sommes ou nous adapter et nous révéler pleinement ?

Vous le savez maintenant, j’aime beaucoup cette série. Sous ses apparences simplistes – on a parfois l’impression qu’elle enfonce des portes ouvertes – elle rappelle l’essentiel, et croyez-moi, ça ne fait pas de mal ! Savoir les choses et les mettre en application, c’est loin d’être pareil… Ce tome en tout cas m’a une nouvelle fois parlé, notamment les propos finaux d’Antoine dans sa lettre à Clémentine : ne pas s’abandonner, rester soi-même, garder en tête notre objectif en se protégeant des « aimanteurs ».

Bande dessinée inspirante, il est sûr que cette série gardera une place de choix dans ma bibliothèque. Il est même fort probable que j’y retourne quand j’aurais besoin d’un petit coup de boost ! Une série feel-good qui fait chaud au cœur, fait réfléchir, et détend ! Pour ne rien gâcher, les illustrations sont vraiment très belles – douces et colorées.

Dans la même série :

14 réflexions sur “Le jour où elle n’a pas fait Compostelle – Beka, Marko & Cosson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s