Un bonheur imparfait – Colleen Hoover

Editeur : Hugo roman

Parution : 10 octobre 2019

Genre : Romance

Traductrice : Pauline Vidal

Titre original : All your perfects

Résumé : Il y a sept ans, Graham et Quinn se sont rencontrés dans des circonstances un peu étranges et contre toute attente, alors que rien ne semblait les destiner l’un à l’autre, ils sont tombés profondément amoureux. Puis, ils se sont mariés, ont vécu heureux et voulu avoir des enfants.

Les mois, les années ont passé et ils n’ont pas réussi à agrandir leur famille. Le désir de Quinn d’être mère est devenue une obsession qui mine leur couple et elle n’est plus très sûre que Graham le partage. Leur relation se dégrade et ils semblent de moins en moins se comprendre.

Est-ce qu’un amour aussi intense et fusionnel peut mourir quand les épreuves se multiplient ou au contraire peut-il en sortir renforcé ?

Avis : Le jour où j’ai lu mon premier roman de Colleen Hoover, j’ai compris pourquoi elle plaisait tant, et j’ai su qu’elle ferait désormais partie de mes incontournables. Pourtant, je suis loin d’avoir tout lu – ça faisait même quelques années que je n’avais pas lu ses romans. C’est en écoutant la story Instagram de Kimysmile que je me suis rappelée que j’étais retombée sur ce titre dans ma PAL récemment, et que j’ai eu envie de l’en sortir.

Quinn et Graham se sont rencontrés il y a 7 ans, dans des circonstances pour le moins mouvementées. Alors que leurs routes auraient pu se séparer là, ils sont tomber fou amoureux l’un de l’autre, et ne se sont plus quittés. Un mariage plus tard, la vie et ses déceptions les a rattrapé : alors qu’ils rêvent de fonder une famille, ce bonheur semble leur être refusé. A tel point que la peine et les non-dits ont fini par les enfermer chacun dans leur douleur. Ils ne parlent plus, ne se comprennent plus. Un amour si fort peut-il malgré tout finir par mourir ?

« Esquiver… un gentil petit mot apparemment sans conséquence, mais qui peut provoquer de sacrés dégâts dans une relation »

Bien longtemps après avoir tourné la dernière page, l’histoire de Quinn et Graham m’a obsédée. Tout simplement parce qu’elle sonne juste. Colleen Hoover ne fait pas de grandes phrases, non, ses mots sont simples, mais ils tapent où il faut, en plein cœur. Parce que cette histoire d’amour est aussi belle et forte que leur détresse nous broie. Tout simplement parce que cette histoire aurait pu être la mienne, pourrait être la vôtre, celle de votre voisine, qu’elle est celle de trop nombreux couples, et qu’on n’y pense pas (assez) souvent quand tout va « bien » pour nous.

La construction du récit est super : un chapitre nous mène sur les traces du passé du couple – c’est beau, romantique, passionné –, quand le suivant nous ramène au présent où le couple s’accroche aux dernières branches. Je trouve ça bien pensé de la part de l’autrice, ça ne fait que renforcer la tristesse de ce qui est en train de se jouer sous nos yeux au présent : c’est bouleversant de voir ce couple souffrir autant après avoir été si heureux, les voir se murer dans le silence après avoir tant communiqué. Car comme le souligne Quinn, l’amour infini n’implique pas nécessairement le bonheur éternel…

« Le cœur de mon époux est ma rédemption, mais son contact physique est devenu mon ennemi. »

« Un bonheur imparfait » montre à quel point les silences, les non-dits peuvent détruire un couple. A quel point les réflexions, même anodines, de proches ou d’inconnus peuvent blesser. A quel point l’infertilité peut peser, sur la personne infertile, sur le couple. Certains passages m’ont littéralement brisé le cœur et ok, j’ai la larme facile de base, mais vraiment, j’ai rarement autant pleuré en lisant un roman. Pas uniquement de tristesse, mais aussi face à l’amour qui unit Quinn et Graham, à l’amour indéfectible de ce dernier, à ses mots, à l’espoir que parfois, dans le pire on peut trouver un peu de lumière.

« – On est quel jour, aujourd’hui ?
– Le huit août, pourquoi ?
– Juste pour m’assurer que tu n’oublieras jamais la date où l’univers nous a réunis. »

Je retiens rarement des citations en lisant un roman, mais ici, j’aurais pu en relever une dizaine d’autres, tant cette histoire m’a touchée, tant Quinn m’a touchée. C’est un peu délicat de conseiller ce roman, surtout aux personnes qui connaissent cette épreuve et en sont fragilisées… mais en tout cas sachez que c’est un véritable coup de / au cœur pour moi, le genre de roman dont on ne sort pas indemne. Il me reste quelques romans de CoHo à découvrir, mais clairement celui-ci s’est directement hissé au top !

De la même autrice :

12 réflexions sur “Un bonheur imparfait – Colleen Hoover

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s