16 nuances de première fois – Eyrolles

9782212567373_h430

 

Éditeur : Eyrolles

Parution : 21 septembre 2017

Genre : Young adult

 

Résumé : On se dit que la première fois ça va être
GÉNIAL.
Et puis en fait c’est juste
CHELOU.
Ça fait parfois peur.
Et puis en fait c’est…
Flippant, beau,OMG !!!, Hott !!!, Sublime.

Sinon on peut toujours s’y reprendre à plusieurs fois.

Coordonné par Manu Causse et Séverine Vidal. Avec Gilles Abier, Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Benoît Broyart, Axl Cendres, Cécile Chartre, Rachel Corenblit, Antoine Dole, Chrysostome Gourio, Driss Lange, Taï-Marc Le Thanh, Hélène Rice, Arnaud Tiercelin et Emmanuelle Urien.

 

Avis : Si je me suis intéressée à ce livre, c’est parce qu’un auteur que je suis et apprécie beaucoup y a écrit une nouvelle, j’ai nommé Antoine Dole. Sinon, honnêtement, je ne pense pas que je me serais penchée dessus. Pas parce que l’ouvrage est médiocre, mais parce que je n’aurais pas cru que lire 16 histoires de premières fois m’aurait intéressée, et en fait, je crois que malheureusement je n’en aurais pas spécialement entendu parler. Bref, les choses étant bien faites, j’ai pu découvrir ce recueil.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt bien apprécié mes lectures. Comme il y a seize histoires différentes, de seize auteurs différents, les genres, les tons sont également différents, ce qui forme un ensemble à la fois disparate et homogène (mais si :-P). Il y a des nouvelles sous formes de textos, futuristes, réalistes, oniriques, certaines sont touchantes ou révoltantes, alors que d’autres sont plus légères, plus drôles. Si j’ai forcément eu mes préférences, certaines histoires m’ont semblé un peu … trop – trop clichée, trop « comme-dans-les-séries-us ». Heureusement, il y a très peu de nouvelles que je n’ai pas apprécié.

On commence le recueil avec un texte de Clémentine Beauvais, et sans surprise c’est un de ceux que j’ai préféré. Un échange de textos entre deux amies, aussi drôle que juste dans leur façon de (se) raconter. Le récit de Rachel Corenblit modernise avec humour certains contes de fées, j’ai adoré la chute que je n’avais pas vue venir. Le récit d’Antoine Dole est comme souvent, touchant, sensible, juste, en nous parlant des premiers émois, des troubles, des doutes que l’on peut ressentir. Bien que je ne m’attendais pas à cette thématique, j’ai « apprécié » la nouvelle de Emmanuelle Urien qui aborde un sujet beaucoup plus douloureux avec le viol, raconté par le biais d’un miroir, qui voit tout, mais ne peut rien faire. Car oui, ça arrive, oui, toutes les premières fois ne sont pas géniales ni même pas passables. Certaines sont épouvantables et tristement inoubliables. Et puis il y a aussi l’histoire de cette musulmane, qui s’est laissée convaincre, et qui devra assumer seule les conséquences de son acte pourtant partagé (la nouvelle de Driss Lange). Chaque texte est intéressant, bien écrit, et saura, j’en suis sûre, trouver son public.

Au final, en lisant ces nouvelles, ont réalise que ces premières fois sont nombreuses, il était donc bien juste de parler de nuances. Il y a la première fois où l’on fait l’amour, oui, mais aussi la première fois où l’on se découvre, où l’on tombe amoureux, où l’on se reconnaît. Où l’on se sent vivant. Où l’on perd quelque chose. Première fois à trois, à deux, entre hommes (bon, pas de lesbiennes ici).

Au final, c’était une très belle initiative de faire ce recueil, de parler de ce sujet omniprésent dans l’esprit des adolescents. Comment ça sera ? Quand ? Avec qui ? Ce sujet qui angoisse, qui impatiente, qui terrorise. Avec pudeur, réalisme, poésie – et parfois un peu moins, avec érotisme, humour, sensibilité, c’est un recueil à découvrir (à partir de 15 ans et bien au-delà),

18 réflexions sur “16 nuances de première fois – Eyrolles

    • Je suis bien d’accord, je suis la première d’ailleurs à refuser de lire un livre de ce type … ici c’est quand même différent : des nouvelles, au nombre de 16, sur la première fois, racontées donc pas des auteurs différents, selon leurs visions/vécus/ressentis du coup oui on peut parler de nuances :p Bref, rien à voir avec ce à quoi tu peux penser en voyant le titre :p après, oui, il faut aimer le format « nouvelles » !

  1. Pingback: Brexit Romance – Clémentine Beauvais | ☆ L'heure de lire ☆

  2. Pingback: Comme des images – Clémentine Beauvais | ☆ L'heure de lire ☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s